The importance of information about State of Cuba !!

 

State of Cuba

Page semi-protected
Cuba
From Wikipedia, the free encyclopedia
Jump to navigationJump to search
This article is about the country. For other uses, see Cuba (disambiguation).
Coordinates: 22°00′N 80°00′W

Republic of Cuba
República de Cuba (Spanish)
Flag of Cuba
Flag
A shield in front of a fasces crowned by the Phrygian Cap, all supported by an oak branch and a laurel wreath
Coat of arms
Motto:
“¡Patria o Muerte, Venceremos!” (Spanish)
“Homeland or Death, we shall overcome!”[1]
Anthem: La Bayamesa
Bayamo Song [2]
MENU0:00
Location of Cuba (green)
Location of Cuba (green)
Location of Cuba
Capital
and largest city Havana
23°8′N 82°23′W
Official languages Spanish
Ethnic groups (2012[3])
64.1% White
26.6% Mixed
(including Mulatto, Mestizo, Zambo, or Pardo)
9.3% Black
Demonym Cuban
Government Unitary Marxist–Leninist one-party socialist republic[4]
• First Secretary of the Communist Party
Raúl Castro
• President
Miguel Díaz-Canel
• First Vice President
Salvador Valdés Mesa
• Second Secretary of the Communist Party
José Machado Ventura
• President of the
National Assembly
Esteban Lazo Hernández
Legislature National Assembly of People’s Power
Independence
• Declaration of Independence
10 October 1868
• War of Independence
24 February 1895
• Recognized (handed over from Spain to the United States)
10 December 1898
• Republic declared (independence from United States)
20 May 1902
• Cuban Revolution
26 July 1953 – 1 January 1959
• Current constitution
24 February 1976
Area
• Total
109,884 km2 (42,426 sq mi) (104th)
• Water (%)
0.94
Population
• 2017 census
Decrease 11,221,060[5] (82nd)
• Density
102.1/km2 (264.4/sq mi) (114th)
GDP (PPP) 2015 estimate
• Total
US$ 254.865 billion[6]
• Per capita
US$ 22,237[6][7]
GDP (nominal) 2016 estimate
• Total
US$ 89.689 billion[8] (65th)
• Per capita
US$ 7,815[9] (77th)
Gini (2000) 38.0[10]
medium
HDI (2017) Increase 0.777[11]
high · 73th
Currency
Peso (CUP)
Convertible pesoa
(CUC)
Time zone UTC−5 (CST)
• Summer (DST)
UTC−4 (CDT)
Driving side right
Calling code +53
ISO 3166 code CU
Internet TLD .cu
Website
www.cubagob.cu
From 1993 to 2004, the United States dollar was used alongside the peso until the dollar was replaced by the convertible peso.
Cuba (/ˈkjuːbə/ (About this sound listen); Spanish pronunciation: [ˈkuβa]), officially the Republic of Cuba (Spanish: About this sound República de Cuba (help·info)), is a country comprising the island of Cuba as well as Isla de la Juventud and several minor archipelagos. Cuba is located in the northern Caribbean where the Caribbean Sea, Gulf of Mexico and Atlantic Ocean meet. It is east of Mexico, south of both the U.S. state of Florida and the Bahamas, west of Haiti and north of Jamaica. Havana is the largest city and capital; other major cities include Santiago de Cuba and Camagüey. The area of the Republic of Cuba is 110,860 square kilometres (42,800 sq mi) (109,884 square kilometres (42,426 sq mi) without the territorial waters). The island of Cuba is the largest island in Cuba and in the Caribbean, with an area of 105,006 square kilometres (40,543 sq mi), and the second-most populous after Hispaniola, with over 11 million inhabitants.[12]

The territory that is now Cuba was inhabited by the Ciboney Taíno people from the 4th millennium BC until Spanish colonisation in the 15th century.[13] From the 15th century, it was a colony of Spain until the Spanish–American War of 1898, when Cuba was occupied by the United States and gained nominal independence as a de facto United States protectorate in 1902. As a fragile republic, in 1940 Cuba attempted to strengthen its democratic system, but mounting political radicalization and social strife culminated in a coup and subsequent dictatorship under Fulgencio Batista in 1952.[14] Open corruption and oppression under Batista’s rule led to his ousting in January 1959 by the 26th of July Movement, which afterwards established communist rule under the leadership of Fidel Castro.[15][16][17] Since 1965, the state has been governed by the Communist Party of Cuba. The country was a point of contention during the Cold War between the Soviet Union and the United States, and a nuclear war nearly broke out during the Cuban Missile Crisis of 1962. Cuba is one of few Marxist–Leninist socialist states, where the role of the vanguard Communist Party is enshrined in the Constitution. Independent observers have accused the Cuban government of numerous human rights abuses, including arbitrary imprisonment.[18]

Culturally, Cuba is considered part of Latin America.[19] It is a multiethnic country whose people, culture and customs derive from diverse origins, including the aboriginal Taíno and Ciboney peoples, the long period of Spanish colonialism, the introduction of African slaves and a close relationship with the Soviet Union in the Cold War.

Cuba is a sovereign state and a founding member of the United Nations, the G77, the Non-Aligned Movement, the African, Caribbean and Pacific Group of States, ALBA and Organization of American States. The country is a regional power in Latin America and a middle power in world affairs. It has currently one of the world’s only planned economies, and its economy is dominated by the exports of sugar, tobacco, coffee and skilled labor. According to the Human Development Index, Cuba has high human development and is ranked the eighth highest in North America, though 67th in the world.[20] It also ranks highly in some metrics of national performance, including health care and education.[21][22]

Contents
1 Etymology
2 History
2.1 Pre-Columbian era
2.2 Spanish colonization and rule (1492–1898)
2.3 Independence movements
2.4 Republic (1902–59)
2.4.1 First years (1902–1925)
2.4.2 Revolution of 1933–1940
2.4.3 Constitution of 1940
2.5 Revolution and Communist party rule (1959–present)
3 Government and politics
3.1 Administrative divisions
3.2 Human rights
3.3 Foreign relations
3.4 Crime and law enforcement
3.5 Military
4 Economy
4.1 Resources
4.2 Tourism
5 Geography
5.1 Climate
5.2 Biodiversity
6 Demographics
6.1 Ethnoracial groups
6.2 Immigration and emigration
6.3 Religion
6.4 Languages
6.5 Largest cities
7 Media
7.1 Press
7.2 Television
7.3 Internet
8 Culture
8.1 Music
8.2 Cuisine
8.3 Literature
8.4 Dance
8.5 Sports
9 Education
10 Health
11 See also
12 References
13 Bibliography
14 External links
Etymology
Historians believe the name Cuba comes from the Taíno language, however “its exact derivation [is] unknown”.[23] The exact meaning of the name is unclear but it may be translated either as ‘where fertile land is abundant’ (cubao),[24] or ‘great place’ (coabana).[25] Authors who believe that Christopher Columbus was Portuguese state that Cuba was named by Columbus for the town of Cuba in the district of Beja in Portugal.[26][27]

History
Main articles: History of Cuba and Timeline of Cuban history
Pre-Columbian era

Monument of Hatuey, an early Taíno chief of Cuba
Before the arrival of the Spanish, Cuba was inhabited by three distinct tribes of indigenous peoples of the Americas. The Taíno (an Arawak people), the Guanahatabey and the Ciboney people.

The ancestors of the Ciboney migrated from the mainland of South America, with the earliest sites dated to 5,000 BP.[28]

The Taíno arrived from Hispanola sometime in the 3rd century A.D. When Columbus arrived they were the dominant culture in Cuba, having an estimated population of 150,000.[28]

The Taíno were farmers, while the Ciboney were farmers as well as fishers and hunter-gatherers.

Spanish colonization and rule (1492–1898)
Main article: Captaincy General of Cuba
After first landing on an island then called Guanahani, Bahamas, on 12 October 1492,[29] Christopher Columbus commanded his three ships: La Pinta, La Niña and the Santa María, to land on Cuba’s northeastern coast on 28 October 1492.[30] (This was near what is now Bariay, Holguín Province.) Columbus claimed the island for the new Kingdom of Spain[31] and named it Isla Juana after Juan, Prince of Asturias.[32]

Diego Velázquez de Cuéllar, conquistador of Cuba
In 1511, the first Spanish settlement was founded by Diego Velázquez de Cuéllar at Baracoa. Other towns soon followed, including San Cristobal de la Habana, founded in 1515, which later became the capital. The native Taíno were forced to work under the encomienda system,[33] which resembled a feudal system in Medieval Europe.[34] Within a century the indigenous people were virtually wiped out due to multiple factors, primarily Eurasian infectious diseases, to which they had no natural resistance (immunity), aggravated by harsh conditions of the repressive colonial subjugation.[35] In 1529, a measles outbreak in Cuba killed two-thirds of those few natives who had previously survived smallpox.[36][37]

On 18 May 1539, Conquistador Hernando de Soto departed from Havana at the head of some 600 followers into a vast expedition through the Southeastern United States, starting at La Florida, in search of gold, treasure, fame and power.[38] On 1 September 1548, Dr. Gonzalo Perez de Angulo was appointed governor of Cuba. He arrived in Santiago, Cuba on 4 November 1549 and immediately declared the liberty of all natives.[39] He became Cuba’s first permanent governor to reside in Havana instead of Santiago, and he built Havana’s first church made of masonry.[40] After the French took Havana in 1555, the governor’s son, Francisco de Angulo, went to Mexico.[41]

British map of Cuba 1680
Cuba developed slowly and, unlike the plantation islands of the Caribbean, had a diversified agriculture. But what was most important was that the colony developed as an urbanized society that primarily supported the Spanish colonial empire. By the mid-18th century, its colonists held 50,000 slaves, compared to 60,000 in Barbados; 300,000 in Virginia, both British colonies; and 450,000 in French Saint-Domingue, which had large-scale sugar cane plantations.[42]

Map of Cuba by Cornelius Wytfliet in 1597 (National Library of Sweden)
The Seven Years’ War, which erupted in 1754 across three continents, eventually arrived in the Spanish Caribbean. Spain’s alliance with the French pitched them into direct conflict with the British, and in 1762 a British expedition of five warships and 4,000 troops set out from Portsmouth to capture Cuba. The British arrived on 6 June, and by August had Havana under siege.[43] When Havana surrendered, the admiral of the British fleet, George Keppel, the 3rd Earl of Albemarle, entered the city as a conquering new governor and took control of the whole western part of the island. The British immediately opened up trade with their North American and Caribbean colonies, causing a rapid transformation of Cuban society. They imported food, horses and other goods into the city, as well as thousands of slaves from West Africa to work on the underdeveloped sugar plantations.[43]

The British invasion and occupation of Havana in 1762
Though Havana, which had become the third-largest city in the Americas, was to enter an era of sustained development and increasing ties with North America during this period, the British occupation of the city proved short-lived. Pressure from London sugar merchants, fearing a decline in sugar prices, forced negotiations with the Spanish over colonial territories. Less than a year after Britain seized Havana, it signed the Peace of Paris together with France and Spain, ending the Seven Years’ War. The treaty gave Britain Florida in exchange for Cuba. The French had recommended this to Spain, advising that declining to give up Florida could result in Spain instead losing Mexico and much of the South American mainland to the British.[43] Many in Britain were disappointed, believing that Florida was a poor return for Cuba and Britain’s other gains in the war.

The real engine for the growth of Cuba’s commerce in the late eighteenth and early nineteenth century was the Haitian Revolution. When the enslaved peoples of what had been the Caribbean’s richest colony freed themselves through violent revolt, Cuban planters perceived the region’s changing circumstances with both a sense of fear and opportunity. They were afraid because of the prospect that slaves might revolt in Cuba, too, and numerous prohibitions during the 1790s on the sale of slaves in Cuba that had previously been slaves in French colonies underscored this anxiety. The planters saw opportunity, however, because they thought that they could exploit the situation by transforming Cuba into the slave society and sugar-producing “pearl of the Antilles” that Haiti had been before the revolution.[44] As the historian Ada Ferrer has written, “At a basic level, liberation in Saint-Domingue helped entrench its denial in Cuba. As slavery and colonialism collapsed in the French colony, the Spanish island underwent transformations that were almost the mirror image of Haiti’s.”[45] Estimates suggest that between 1790 and 1820 some 325,000 Africans were imported to Cuba as slaves, which was four times the amount that had arrived between 1760 and 1790.[46]

Slaves in Cuba unloading ice from Maine, c. 1832
Although a smaller proportion of the population of Cuba was enslaved, at times slaves arose in revolt. In 1812 the Aponte Slave Rebellion took place but it was suppressed.[47]

The population of Cuba in 1817 was 630,980, of which 291,021 were white, 115,691 free people of color (mixed-race), and 224,268 black slaves.[48] This was a much higher proportion of free blacks to slaves than in Virginia, for instance, or the other Caribbean islands. Historians such as Swedish Magnus Mõrner, who studied slavery in Latin America, found that manumissions increased when slave economies were in decline, as in 18th-century Cuba and early 19th-century Maryland of the United States.[42][49]

In part due to Cuban slaves working primarily in urbanized settings, by the 19th century, there had developed the practice of coartacion, or “buying oneself out of slavery”, a “uniquely Cuban development”, according to historian Herbert S. Klein.[50] Due to a shortage of white labor, blacks dominated urban industries “to such an extent that when whites in large numbers came to Cuba in the middle of the nineteenth century, they were unable to displace Negro workers.”[42] A system of diversified agriculture, with small farms and fewer slaves, served to supply the cities with produce and other goods.[42]

In the 1820s, when the rest of Spain’s empire in Latin America rebelled and formed independent states, Cuba remained loyal. Its economy was based on serving the empire.[further explanation needed] By 1860, Cuba had 213,167 free people of color, 39% of its non-white population of 550,000.[42] By contrast, Virginia, with about the same number of blacks, had only 58,042 or 11% who were free; the rest were enslaved.[42] In the antebellum years, after Nat Turner’s Slave Rebellion of 1831, Virginia discouraged manumissions and strengthened restrictions against free blacks, as did other Southern states. In addition, there was a high demand for slaves, and Virginia planters sold many in the internal domestic slave trade, who were shipped or taken overland to the Deep South, which had greatly expanded its cotton production.

Independence movements
See also: Cuban War of Independence

Carlos Manuel de Céspedes is known as Father of the Homeland in Cuba, having declared the nation’s independence from Spain in 1868.
Full independence from Spain was the goal of a rebellion in 1868 led by planter Carlos Manuel de Céspedes. De Céspedes, a sugar planter, freed his slaves to fight with him for an independent Cuba. On 27 December 1868, he issued a decree condemning slavery in theory but accepting it in practice and declaring free any slaves whose masters present them for military service.[51] The 1868 rebellion resulted in a prolonged conflict known as the Ten Years’ War. Two thousand Cuban Chinese joined the rebels. Chinese had been imported as indentured laborers. A monument in Havana honours the Cuban Chinese who fell in the war.[52]

The United States declined to recognize the new Cuban government, although many European and Latin American nations did so.[53] In 1878, the Pact of Zanjón ended the conflict, with Spain promising greater autonomy to Cuba. In 1879–1880, Cuban patriot Calixto García attempted to start another war known as the Little War but did not receive enough support.[54] Slavery in Cuba was abolished in 1875 but the process was completed only in 1886.[55][56]

An exiled dissident named José Martí founded the Cuban Revolutionary Party in New York in 1892. The aim of the party was to achieve Cuban independence from Spain.[57] In January 1895 Martí traveled to Montecristi and Santo Domingo to join the efforts of Máximo Gómez.[57] Martí recorded his political views in the Manifesto of Montecristi.[58] Fighting against the Spanish army began in Cuba on 24 February 1895, but Martí was unable to reach Cuba until 11 April 1895.[57] Martí was killed in the battle of Dos Rios on 19 May 1895.[57] His death immortalized him as Cuba’s national hero.[58]

Calixto García, a general of Cuban separatist rebels, (right) with U.S. Brigadier General William Ludlow (Cuba, 1898)
Around 200,000 Spanish troops outnumbered the much smaller rebel army, which relied mostly on guerrilla and sabotage tactics. The Spaniards began a campaign of suppression. General Valeriano Weyler, military governor of Cuba, herded the rural population into what he called reconcentrados, described by international observers as “fortified towns”. These are often considered the prototype for 20th-century concentration camps.[59] Between 200,000 and 400,000 Cuban civilians died from starvation and disease in the camps, numbers verified by the Red Cross and United States Senator Redfield Proctor, a former Secretary of War. American and European protests against Spanish conduct on the island followed.[60]

The U.S. battleship Maine was sent to protect U.S. interests, but soon after arrival, it exploded in Havana harbor and sank quickly, killing nearly three quarters of the crew. The cause and responsibility for the sinking of the ship remained unclear after a board of inquiry. Popular opinion in the U.S., fueled by an active press, concluded that the Spanish were to blame and demanded action.[61] Spain and the United States declared war on each other in late April 1898.

Over the previous decades, five U.S. presidents—Polk, Pierce, Buchanan, Grant, and McKinley—had tried to buy the island of Cuba from Spain.[62][63]

Republic (1902–59)
Main article: Republic of Cuba (1902–1959)
First years (1902–1925)

Raising the Cuban flag on the Governor General’s Palace at noon on 20 May 1902
After the Spanish–American War, Spain and the United States signed the Treaty of Paris (1898), by which Spain ceded Puerto Rico, the Philippines, and Guam to the United States for the sum of US$20 million[64] and Cuba became a protectorate of the United States. Cuba gained formal independence from the U.S. on 20 May 1902, as the Republic of Cuba.[65] Under Cuba’s new constitution, the U.S. retained the right to intervene in Cuban affairs and to supervise its finances and foreign relations. Under the Platt Amendment, the U.S. leased the Guantánamo Bay Naval Base from Cuba.

Following disputed elections in 1906, the first president, Tomás Estrada Palma, faced an armed revolt by independence war veterans who defeated the meager government forces.[66] The U.S. intervened by occupying Cuba and named Charles Edward Magoon as Governor for three years. Cuban historians have characterized Magoon’s governorship as having introduced political and social corruption.[67] In 1908, self-government was restored when José Miguel Gómez was elected President, but the U.S. continued intervening in Cuban affairs. In 1912, the Partido Independiente de Color attempted to establish a separate black republic in Oriente Province,[68] but was suppressed by General Monteagudo with considerable bloodshed.

In 1924, Gerardo Machado was elected president.[69] During his administration, tourism increased markedly, and American-owned hotels and restaurants were built to accommodate the influx of tourists.[69] The tourist boom led to increases in gambling and prostitution in Cuba.[69] The Wall Street Crash of 1929 led to a collapse in the price of sugar, political unrest, and repression.[70] Protesting students, known as the Generation of 1930, turned to violence in opposition to the increasingly unpopular Machado.[70] A general strike (in which the Communist Party sided with Machado),[71] uprisings among sugar workers, and an army revolt forced Machado into exile in August 1933. He was replaced by Carlos Manuel de Céspedes y Quesada.[70]

The Pentarchy of 1933. Fulgencio Batista, who controlled the armed forces, appears at far right
Revolution of 1933–1940
In September 1933, the Sergeants’ Revolt, led by Sergeant Fulgencio Batista, overthrew Cespedes.[72] A five-member executive committee (the Pentarchy of 1933) was chosen to head a provisional government.[73] Ramón Grau San Martín was then appointed as provisional president.[73] Grau resigned in 1934, leaving the way clear for Batista, who dominated Cuban politics for the next 25 years, at first through a series of puppet-presidents.[72] The period from 1933 to 1937 was a time of “virtually unremitting social and political warfare”.[74] On balance, during this period 1933–1940 Cuba is supported by a fragile politic reality that materialize in the decision making of three presidents in two years (1935–1936), as well as in the militaristic and repressive policies of Batista as Head of the Army.

Constitution of 1940
A new constitution was adopted in 1940, which engineered radical progressive ideas, including the right to labour and health care.[75] Batista was elected president in the same year, holding the post until 1944.[76] He is so far the only non-white Cuban to win the nation’s highest political office.[77][78][79] His government carried out major social reforms. Several members of the Communist Party held office under his administration.[80] Cuban armed forces were not greatly involved in combat during World War II—though president Batista did suggest a joint U.S.-Latin American assault on Francoist Spain to overthrow its authoritarian regime.[81]

Batista adhered to the 1940 constitution’s strictures preventing his re-election.[82] Ramon Grau San Martin was the winner of the next election, in 1944.[76] Grau further corroded the base of the already teetering legitimacy of the Cuban political system, in particular by undermining the deeply flawed, though not entirely ineffectual, Congress and Supreme Court.[83] Carlos Prío Socarrás, a protégé of Grau, became president in 1948.[76] The two terms of the Auténtico Party brought an influx of investment, which fueled an economic boom, raised living standards for all segments of society, and created a middle class in most urban areas.[84]

Slum (bohio) dwellings in Havana, Cuba in 1954, just outside Havana baseball stadium. In the background is advertising for a nearby casino.
After finishing his term in 1944 Batista lived in Florida, returning to Cuba to run for president in 1952. Facing certain electoral defeat, he led a military coup that preempted the election.[85] Back in power, and receiving financial, military, and logistical support from the United States government,[86] Batista suspended the 1940 Constitution and revoked most political liberties, including the right to strike. He then aligned with the wealthiest landowners who owned the largest sugar plantations, and presided over a stagnating economy that widened the gap between rich and poor Cubans.[87] Batista outlawed the Cuban Communist Party in 1952.[88] After the coup, Cuba had Latin America’s highest per capita consumption rates of meat, vegetables, cereals, automobiles, telephones and radios, though about one third of the population was considered poor and enjoyed relatively little of this consumption.[89]

In 1958, Cuba was a relatively well-advanced country by Latin American standards, and in some cases by world standards.[90] On the other hand, Cuba was affected by perhaps the largest labor union privileges in Latin America, including bans on dismissals and mechanization. They were obtained in large measure “at the cost of the unemployed and the peasants”, leading to disparities.[91] Between 1933 and 1958, Cuba extended economic regulations enormously, causing economic problems.[77][92] Unemployment became a problem as graduates entering the workforce could not find jobs.[77] The middle class, which was comparable to that of the United States, became increasingly dissatisfied with unemployment and political persecution. The labor unions supported Batista until the very end.[77][78] Batista stayed in power until he was forced into exile in December 1958.[93]

Revolution and Communist party rule (1959–present)
Main article: Cuban Revolution

Che Guevara and Fidel Castro, photographed by Alberto Korda in 1961
In the 1950s, various organizations, including some advocating armed uprising, competed for public support in bringing about political change.[94] In 1956, Fidel Castro and about 80 supporters landed from the yacht Granma in an attempt to start a rebellion against the Batista government.[94] It was not until 1958 that Castro’s July 26th Movement emerged as the leading revolutionary group.[94]

By late 1958 the rebels had broken out of the Sierra Maestra and launched a general popular insurrection. After Castro’s fighters captured Santa Clara, Batista fled with his family to the Dominican Republic on 1 January 1959. Later he went into exile on the Portuguese island of Madeira and finally settled in Estoril, near Lisbon. Fidel Castro’s forces entered the capital on 8 January 1959. The liberal Manuel Urrutia Lleó became the provisional president.[95]

From 1959 to 1966 Cuban insurgents fought a six-year rebellion in the Escambray Mountains against the Castro government. The government’s vastly superior numbers eventually crushed the insurgency. The rebellion lasted longer and involved more soldiers than the Cuban Revolution.[96][97] The U.S. State Department has estimated that 3,200 people were executed from 1959 to 1962.[98] According to Amnesty International, official death sentences from 1959–87 numbered 237 of which all but 21 were actually carried out.[99] Other estimates for the total number of political executions range from 4,000 to 33,000.[100][101][102] The vast majority of those executed directly following the 1959 revolution were policemen, politicians, and informers of the Batista regime accused of crimes such as torture and murder, and their public trials and executions had widespread popular support among the Cuban population.[103]

Since 1959, Cuba has regarded the U.S. presence in Guantánamo Bay as illegal.[104]
The United States government initially reacted favorably to the Cuban revolution, seeing it as part of a movement to bring democracy to Latin America.[105] Castro’s legalization of the Communist party and the hundreds of executions that followed caused a deterioration in the relationship between the two countries.[105] The promulgation of the Agrarian Reform Law, expropriating thousands of acres of farmland (including from large U.S. landholders), further worsened relations.[105][106] In response, between 1960 and 1964 the U.S imposed a range of sanctions, eventually including a total ban on trade between the countries and a freeze on all Cuban-owned assets in the U.S.[107] In February 1960, Castro signed a commercial agreement with Soviet Vice-Premier Anastas Mikoyan.[105]

In March 1960, Eisenhower gave his approval to a CIA plan to arm and train a group of Cuban refugees to overthrow the Castro regime.[108] The invasion (known as the Bay of Pigs Invasion) took place on 14 April 1961.[106] About 1,400 Cuban exiles disembarked at the Bay of Pigs, but failed in their attempt to overthrow Castro.[106]

In January 1962, Cuba was suspended from the Organization of American States (OAS), and later the same year the OAS started to impose sanctions against Cuba of similar nature to the US sanctions.[109] The Cuban Missile Crisis occurred in October 1962. By 1963, Cuba was moving towards a full-fledged Communist system modeled on the USSR.[110]

Fidel Castro and members of the East German Politburo in 1972
During the 1970s, Fidel Castro dispatched tens of thousands of troops in support of Soviet-supported wars in Africa. He supported the MPLA in Angola and Mengistu Haile Mariam in Ethiopia.[111]

The standard of living in the 1970s was “extremely spartan” and discontent was rife.[112] Fidel Castro admitted the failures of economic policies in a 1970 speech.[112] In 1975 the OAS lifted its sanctions against Cuba, with the approval of 16 member states, including the U.S. The U.S., however, maintained its own sanctions.[109]

Castro’s rule was severely tested in the aftermath of the Soviet collapse in 1991 (known in Cuba as the Special Period). The country faced a severe economic downturn following the withdrawal of Soviet subsidies worth $4 billion to $6 billion annually, resulting in effects such as food and fuel shortages.[113][114] The government did not accept American donations of food, medicines, and cash until 1993.[113] On 5 August 1994, state security dispersed protesters in a spontaneous protest in Havana.[115]

Fidel Castro with South African president Thabo Mbeki and the Swedish prime minister Göran Persson, 2005
Cuba has since found a new source of aid and support in the People’s Republic of China. In addition, Hugo Chávez, former President of Venezuela, and Evo Morales, President of Bolivia, became allies and both countries are major oil and gas exporters. In 2003, the government arrested and imprisoned a large number of civil activists, a period known as the “Black Spring”.[116][117]

In February 2008, Fidel Castro announced his resignation as President of Cuba.[118] On 24 February his brother, Raúl Castro, was declared the new President.[119] In his inauguration speech, Raúl promised that some of the restrictions on freedom in Cuba would be removed.[120] In March 2009, Raúl Castro removed some of his brother’s appointees.[121]

On 3 June 2009, the Organization of American States adopted a resolution to end the 47-year ban on Cuban membership of the group.[122] The resolution stated, however, that full membership would be delayed until Cuba was “in conformity with the practices, purposes, and principles of the OAS”.[109] Fidel Castro restated his position that he was not interested in joining after the OAS resolution had been announced.[123]

Raúl Castro and U.S. President Barack Obama at their joint press conference in Havana, Cuba, 21 March 2016
Effective 14 January 2013, Cuba ended the requirement established in 1961, that any citizens who wish to travel abroad were required to obtain an expensive government permit and a letter of invitation.[124][125][126] In 1961 the Cuban government had imposed broad restrictions on travel to prevent the mass emigration of people after the 1959 revolution;[127] it approved exit visas only on rare occasions.[128] Requirements were simplified: Cubans need only a passport and a national ID card to leave; and they are allowed to take their young children with them for the first time.[129] However, a passport costs on average five months’ salary. Observers expect that Cubans with paying relatives abroad are most likely to be able to take advantage of the new policy.[130] In the first year of the program, over 180,000 left Cuba and returned.[131]

As of December 2014, talks with Cuban officials and American officials, including President Barack Obama, resulted in the release of Alan Gross, fifty-two political prisoners, and an unnamed non-citizen agent of the United States in return for the release of three Cuban agents currently imprisoned in the United States. Additionally, while the embargo between the United States and Cuba was not immediately lifted, it was relaxed to allow import, export, and certain limited commerce.[132]

Government and politics
Main article: Politics of Cuba

Sign promoting the 2008 parliamentary election
The Republic of Cuba is one of the world’s last remaining socialist countries following the Marxist–Leninist ideology. The Constitution of 1976, which defined Cuba as a socialist republic, was replaced by the Constitution of 1992, which is “guided by the ideas of José Martí and the political and social ideas of Marx, Engels and Lenin.”[4] The constitution describes the Communist Party of Cuba as the “leading force of society and of the state”.[4]

The First Secretary of the Communist Party is concurrently President of the Council of State (President of Cuba) and President of the Council of Ministers (sometimes referred to as Prime Minister of Cuba).[133][needs update] Members of both councils are elected by the National Assembly of People’s Power.[4] The President of Cuba, who is also elected by the Assembly, serves for five years and there is no limit to the number of terms of office.[4]

The headquarters of the Communist Party
The People’s Supreme Court serves as Cuba’s highest judicial branch of government. It is also the court of last resort for all appeals against the decisions of provincial courts.

Cuba’s national legislature, the National Assembly of People’s Power (Asamblea Nacional de Poder Popular), is the supreme organ of power; 609 members serve five-year terms.[4] The assembly meets twice a year; between sessions legislative power is held by the 31 member Council of Ministers. Candidates for the Assembly are approved by public referendum. All Cuban citizens over 16 who have not been convicted of a criminal offense can vote.[134] Article 131 of the Constitution states that voting shall be “through free, equal and secret vote”.[4] Article 136 states: “In order for deputies or delegates to be considered elected they must get more than half the number of valid votes cast in the electoral districts”.[4]

No political party is permitted to nominate candidates or campaign on the island, including the Communist Party.[135] The Communist Party of Cuba has held six party congress meetings since 1975. In 2011, the party stated that there were 800,000 members, and representatives generally constitute at least half of the Councils of state and the National Assembly. The remaining positions are filled by candidates nominally without party affiliation. Other political parties campaign and raise finances internationally, while activity within Cuba by opposition groups is minimal.

Cuba is considered an authoritarian regime according to the 2016 Democracy Index[136] and 2017 Freedom in the World survey.[137]

In February 2013, Cuban president Raúl Castro announced he would resign in 2018, ending his five-year term, and that he hopes to implement permanent term limits for future Cuban Presidents, including age limits.[138]

After Fidel Castro died on 25 November 2016, the Cuban government declared a nine-day mourning period. During the mourning period Cuban citizens were prohibited from playing loud music, partying, and drinking alcohol.[139]

Administrative divisions
Main articles: Provinces of Cuba and Municipalities of Cuba
The country is subdivided into 15 provinces and one special municipality (Isla de la Juventud). These were formerly part of six larger historical provinces: Pinar del Río, Habana, Matanzas, Las Villas, Camagüey and Oriente. The present subdivisions closely resemble those of the Spanish military provinces during the Cuban Wars of Independence, when the most troublesome areas were subdivided. The provinces are divided into municipalities.

Provinces of Cuba
Pinar del Río
Artemisa
Havana
Mayabeque
Matanzas
Cienfuegos
Villa Clara
Sancti Spíritus
Ciego de Ávila
Camagüey
Las Tunas
Granma
Holguín
Santiago de Cuba
Guantánamo
Isla de la Juventud
Human rights
Main articles: Human rights in Cuba, Censorship in Cuba, and Cuban dissidents

Ladies in White demonstration in Havana (April 2012)
The Cuban government has been accused of numerous human rights abuses including torture, arbitrary imprisonment, unfair trials, and extrajudicial executions (also known as “El Paredón”).[140][141] Human Rights Watch has stated that the government “represses nearly all forms of political dissent” and that “Cubans are systematically denied basic rights to free expression, association, assembly, privacy, movement, and due process of law”.[142]

In 2003, the European Union (EU) accused the Cuban government of “continuing flagrant violation of human rights and fundamental freedoms”.[143] It has continued to call regularly for social and economic reform in Cuba, along with the unconditional release of all political prisoners.[144] The United States continues an embargo against Cuba “so long as it continues to refuse to move toward democratization and greater respect for human rights”,[145] though the UN General Assembly has, since 1992, passed a resolution every year condemning the ongoing impact of the embargo and claiming it violates the Charter of the United Nations and international law.[146] Cuba considers the embargo itself a violation of human rights.[147] On 17 December 2014, United States President Barack Obama announced the re-establishment of diplomatic relations with Cuba, pushing for Congress to put an end to the embargo.[148]

Cuban dissidents Antonio Rodiles, Antúnez and Orlando Gutierrez-Boronat in 2017
Cuba had the second-highest number of imprisoned journalists of any nation in 2008 (China had the highest) according to various sources, including the Committee to Protect Journalists and Human Rights Watch.[149][150]

Cuban dissidents face arrest and imprisonment. In the 1990s, Human Rights Watch reported that Cuba’s extensive prison system, one of the largest in Latin America, consists of 40 maximum-security prisons, 30 minimum-security prisons, and over 200 work camps.[151] According to Human Rights Watch, Cuba’s prison population is confined in “substandard and unhealthy conditions, where prisoners face physical and sexual abuse”.[151]

In July 2010, the unofficial Cuban Human Rights Commission said there were 167 political prisoners in Cuba, a fall from 201 at the start of the year. The head of the commission stated that long prison sentences were being replaced by harassment and intimidation.[152] During the entire period of Castro’s rule over the island, an estimated 200,000 people had been imprisoned or deprived of their freedoms for political reasons.[16]

Foreign relations
Main article: Foreign relations of Cuba
See also: Cuban medical internationalism

Propaganda sign in front of the United States Interests Section in Havana
Cuba has conducted a foreign policy that is uncharacteristic of such a minor, developing country.[153][154] Under Castro, Cuba was heavily involved in wars in Africa, Central America and Asia. Cuba supported Algeria in 1961–1965,[155] and sent tens of thousands of troops to Angola during the Angolan Civil War.[156] Other countries that featured Cuban involvement include Ethiopia,[157][158] Guinea,[159] Guinea-Bissau,[160] Mozambique,[161] and Yemen.[162] Lesser known actions include the 1959 missions to the Dominican Republic.[163] The expedition failed, but a prominent monument to its members was erected in their memory in Santo Domingo by the Dominican government, and they feature prominently at the country’s Memorial Museum of the Resistance.[164]

In 2008, the European Union (EU) and Cuba agreed to resume full relations and cooperation activities.[165] Cuba is a founding member of the Bolivarian Alliance for the Americas.[166] At the end of 2012, tens of thousands of Cuban medical personnel worked abroad,[167] with as many as 30,000 doctors in Venezuela alone via the two countries’ oil-for-doctors programme.[168]

Raúl Castro with Mongolian President Elbegdorj during the Moscow Victory Day Parade, 9 May 2015
In 1996, the United States, then under President Bill Clinton, brought in the Cuban Liberty and Democratic Solidarity Act, better known as the Helms–Burton Act.[169] In 2009, United States President Barack Obama stated on April 17, in Trinidad and Tobago that “the United States seeks a new beginning with Cuba”,[170] and reversed the Bush Administration’s prohibition on travel and remittances by Cuban-Americans from the United States to Cuba.[171] Five years later, an agreement between the United States and Cuba, popularly called “The Cuban Thaw”, brokered in part by Canada and Pope Francis, began the process of restoring international relations between the two countries. They agreed to release political prisoners and the United States began the process of creating an embassy in Havana.[172][173][174][175][176] This was realized on 30 June 2015, when Cuba and the U.S. reached a deal to reopen embassies in their respective capitals on 20 July 2015[177] and reestablish diplomatic relations.[178] Earlier in the same year, the White House announced that President Obama would remove Cuba from the American government’s list of nations that sponsor terrorism,[179][180] which Cuba reportedly welcomed as “fair”.[181] On 17 September 2017, the United States considered closing its Cuban embassy following mysterious sonic attacks on its staff.[182]

Crime and law enforcement
See also: Law enforcement in Cuba and Crime in Cuba

A Lada Riva police car in Holguín
All law enforcement agencies are maintained under Cuba’s Ministry of the Interior, which is supervised by the Revolutionary Armed Forces. In Cuba, citizens can receive police assistance by dialing “106” on their telephones.[183] The police force, which is referred to as “Policía Nacional Revolucionaria” or PNR is then expected to provide help. The Cuban government also has an agency called the Intelligence Directorate that conducts intelligence operations and maintains close ties with the Russian Federal Security Service.

Military
Main article: Cuban Revolutionary Armed Forces
As of 2009, Cuba spent about US$91.8 million on its armed forces.[184] In 1985, Cuba devoted more than 10% of its GDP to military expenditures.[185] In response to perceived American aggression, such as the Bay of Pigs Invasion, Cuba built up one of the largest armed forces in Latin America, second only to that of Brazil.[186]

From 1975 until the late 1980s, Soviet military assistance enabled Cuba to upgrade its military capabilities. After the loss of Soviet subsidies, Cuba scaled down the numbers of military personnel, from 235,000 in 1994 to about 60,000 in 2003.[187]

Economy
Main articles: Economy of Cuba, Rationing in Cuba, Sociolismo, and United States embargo against Cuba

Cuban export composition, 2009
The Cuban state claims to adhere to socialist principles in organizing its largely state-controlled planned economy. Most of the means of production are owned and run by the government and most of the labor force is employed by the state. Recent years have seen a trend toward more private sector employment. By 2006, public sector employment was 78% and private sector 22%, compared to 91.8% to 8.2% in 1981.[188] Government spending is 78.1% of GDP.[189] Any firm that hires a Cuban must pay the Cuban government, which in turn pays the employee in Cuban pesos.[190] The average monthly wage as of July 2013 is 466 Cuban pesos—about US$19.[191]

People waiting in line at a libreta store in Havana
Cuba has a dual currency system, whereby most wages and prices are set in Cuban pesos (CUP), while the tourist economy operates with Convertible pesos (CUC), set at par with the US dollar.[191] Every Cuban household has a ration book (known as libreta) entitling it to a monthly supply of food and other staples, which are provided at nominal cost.[192]

Before Fidel Castro’s 1959 revolution, Cuba was one of the most advanced and successful countries in Latin America.[193] Cuba’s capital, Havana, was a “glittering and dynamic city”.[193] The country’s economy in the early part of the century, fuelled by the sale of sugar to the United States, had grown wealthy. Cuba ranked 5th in the hemisphere in per capita income, 3rd in life expectancy, 2nd in per capita ownership of automobiles and telephones, and 1st in the number of television sets per inhabitant. Cuba’s literacy rate, 76%, was the fourth highest in Latin America. Cuba also ranked 11th in the world in the number of doctors per capita. Several private clinics and hospitals provided services for the poor. Cuba’s income distribution compared favorably with that of other Latin American societies. However, income inequality was profound between city and countryside, especially between whites and blacks. Cubans lived in abysmal poverty in the countryside. According to PBS, a thriving middle class held the promise of prosperity and social mobility.[193] According to Cuba historian Louis Perez of the University of North Carolina at Chapel Hill, “Havana was then what Las Vegas has become.”[194] In 2016, the Miami Herald wrote, “… about 27 percent of Cubans earn under $50 per month; 34 percent earn the equivalent of $50 to $100 per month; and 20 percent earn $101 to $200. Twelve percent reported earning $201 to $500 a month; and almost 4 percent said their monthly earnings topped $500, including 1.5 percent who said they earned more than $1,000.”[195]

Cigar production in Santiago de Cuba
After the Cuban revolution and before the collapse of the Soviet Union, Cuba depended on Moscow for substantial aid and sheltered markets for its exports. The loss of these subsidies sent the Cuban economy into a rapid depression known in Cuba as the Special Period. Cuba took limited free market-oriented measures to alleviate severe shortages of food, consumer goods, and services. These steps included allowing some self-employment in certain retail and light manufacturing sectors, the legalization of the use of the US dollar in business, and the encouragement of tourism. Cuba has developed a unique urban farm system called organopónicos to compensate for the end of food imports from the Soviet Union. The U.S. embargo against Cuba was instituted in response to nationalization of U.S.-citizen-held property and was maintained at the premise of perceived human rights violations. It is widely viewed that the embargo hurt the Cuban economy. In 2009, the Cuban Government estimated this loss at $685 million annually.[196]

Cuba’s leadership has called for reforms in the country’s agricultural system. In 2008, Raúl Castro began enacting agrarian reforms to boost food production, as at that time 80% of food was imported. The reforms aim to expand land use and increase efficiency.[197] Venezuela supplies Cuba with an estimated 110,000 barrels (17,000 m3) of oil per day in exchange for money and the services of some 44,000 Cubans, most of them medical personnel, in Venezuela.[198][199]

Cubans are now permitted to own small businesses in certain sectors.
In 2005, Cuba had exports of US$2.4 billion, ranking 114 of 226 world countries, and imports of US$6.9 billion, ranking 87 of 226 countries.[200] Its major export partners are Canada 17.7%, China 16.9%, Venezuela 12.5%, Netherlands 9%, and Spain 5.9% (2012).[201] Cuba’s major exports are sugar, nickel, tobacco, fish, medical products, citrus fruits, and coffee;[201] imports include food, fuel, clothing, and machinery. Cuba presently holds debt in an amount estimated at $13 billion,[202] approximately 38% of GDP.[203] According to the Heritage Foundation, Cuba is dependent on credit accounts that rotate from country to country.[204] Cuba’s prior 35% supply of the world’s export market for sugar has declined to 10% due to a variety of factors, including a global sugar commodity price drop that made Cuba less competitive on world markets.[205] It was announced in 2008 that wage caps would be abandoned to improve the nation’s productivity.[206]

In 2010, Cubans were allowed to build their own houses. According to Raúl Castro, they could now improve their houses, but the government would not endorse these new houses or improvements.[207] There is virtually no homelessness in Cuba, and 85% of Cubans own their homes and pay no property taxes or mortgage interest. Mortgage payments may not exceed 10% of a household’s combined income.[196][208]

On 2 August 2011, The New York Times reported that Cuba reaffirmed its intent to legalize “buying and selling” of private property before the year’s end. According to experts, the private sale of property could “transform Cuba more than any of the economic reforms announced by President Raúl Castro’s government”.[209] It would cut more than one million state jobs, including party bureaucrats who resist the changes.[210] The reforms created what some call “New Cuban Economy”.[211][212] In October 2013, Raúl said he intended to merge the two currencies, but as of August 2016, the dual currency system remains in force.

In August 2012, a specialist of the “Cubaenergia Company” announced the opening of Cuba’s first Solar Power Plant. As a member of the Cubasolar Group, there was also a mention of 10 additional plants in 2013.[213]

Resources
Cuba’s natural resources include sugar, tobacco, fish, citrus fruits, coffee, beans, rice, potatoes, and livestock.[214] The output of Cuba’s nickel mines that year was 71,000 tons, approaching 4% of world production.[215] As of 2013 its reserves were estimated at 5.5 million tons, over 7% of the world total.[215] Sherritt International of Canada operates a large nickel mining facility in Moa. Cuba is also a major producer of refined cobalt, a by-product of nickel mining.[216]

Oil exploration in 2005 by the US Geological Survey revealed that the North Cuba Basin could produce about 4.6 billion barrels (730,000,000 m3) to 9.3 billion barrels (1.48×109 m3) of oil. In 2006, Cuba started to test-drill these locations for possible exploitation.[217]

Tourism
Main article: Tourism in Cuba

Varadero beach
Tourism was initially restricted to enclave resorts where tourists would be segregated from Cuban society, referred to as “enclave tourism” and “tourism apartheid”.[218] Contact between foreign visitors and ordinary Cubans were de facto illegal between 1992 and 1997.[219] The rapid growth of tourism during the Special Period had widespread social and economic repercussions in Cuba, and led to speculation about the emergence of a two-tier economy.[220]

Cuba has tripled its market share of Caribbean tourism in the last decade;[when?] as a result of significant investment in tourism infrastructure, this growth rate is predicted to continue.[221] 1.9 million tourists visited Cuba in 2003, predominantly from Canada and the European Union, generating revenue of US$2.1 billion.[222] Cuba recorded 2,688,000 international tourists in 2011, the third-highest figure in the Caribbean (behind the Dominican Republic and Puerto Rico).[223]

The medical tourism sector caters to thousands of European, Latin American, Canadian, and American consumers every year.

A recent study indicates that Cuba has a potential for mountaineering activity, and that mountaineering could be a key contributor to tourism, along with other activities, e.g. biking, diving, caving). Promoting these resources could contribute to regional development, prosperity, and well-being.[224]

The Cuban Justice minister downplays allegations of widespread sex tourism.[225] According to a Government of Canada travel advice website, “Cuba is actively working to prevent child sex tourism, and a number of tourists, including Canadians, have been convicted of offences related to the corruption of minors aged 16 and under. Prison sentences range from 7 to 25 years.”[226]

Some tourist facilities were extensively damaged on 8 September 2017 when Hurricane Irma hit the island. The storm made landfall in the Camagüey Archipelago; the worst damage was in the keys north of the main island, however, and not in the most significant tourist areas.[227]

Geography
Main article: Geography of Cuba

A general map of Cuba
Cuba is an archipelago of islands located in the northern Caribbean Sea at the confluence with the Gulf of Mexico and the Atlantic Ocean. It lies between latitudes 19° and 24°N, and longitudes 74° and 85°W. The United States lies 150 kilometers (93 miles) across the Straits of Florida to the north and northwest (to the closest tip of Key West, Florida), and the Bahamas 21 km (13 mi) to the north. Mexico lies 210 kilometers (130 miles) across the Yucatán Channel to the west (to the closest tip of Cabo Catoche in the State of Quintana Roo).

Haiti is 77 km (48 mi) to the east, Jamaica (140 km/87 mi) and the Cayman Islands to the south. Cuba is the principal island, surrounded by four smaller groups of islands: the Colorados Archipelago on the northwestern coast, the Sabana-Camagüey Archipelago on the north-central Atlantic coast, the Jardines de la Reina on the south-central coast and the Canarreos Archipelago on the southwestern coast.

Sierra Maestra
The main island, named Cuba, is 1,250 km (780 mi) long, constituting most of the nation’s land area (104,556 km2 (40,369 sq mi)) and is the largest island in the Caribbean and 17th-largest island in the world by land area. The main island consists mostly of flat to rolling plains apart from the Sierra Maestra mountains in the southeast, whose highest point is Pico Turquino (1,974 m (6,476 ft)).

The second-largest island is Isla de la Juventud (Isle of Youth) in the Canarreos archipelago, with an area of 2,200 km2 (849 sq mi). Cuba has an official area (land area) of 109,884 km2 (42,426 sq mi). Its area is 110,860 km2 (42,803 sq mi) including coastal and territorial waters.

Climate
Main article: Climate of Cuba

Viñales Valley
With the entire island south of the Tropic of Cancer, the local climate is tropical, moderated by northeasterly trade winds that blow year-round. The temperature is also shaped by the Caribbean current, which brings in warm water from the equator. This makes the climate of Cuba warmer than that of Hong Kong, which is at around the same latitude as Cuba but has a subtropical rather than a tropical climate. In general (with local variations), there is a drier season from November to April, and a rainier season from May to October. The average temperature is 21 °C (69.8 °F) in January and 27 °C (80.6 °F) in July. The warm temperatures of the Caribbean Sea and the fact that Cuba sits across the entrance to the Gulf of Mexico combine to make the country prone to frequent hurricanes. These are most common in September and October.

Hurricane Irma hit the island on 8 September 2017, with winds of 260 kilometres per hour,[228] at the Camagüey Archipelago; the storm reached Ciego de Avila province around midnight and continued to pound Cuba the next day.[229] The worst damage was in the keys north of the main island. Hospitals, warehouses and factories were damaged; much of the north coast was without electricity. By that time, nearly a million people, including tourists, had been evacuated.[227] The Varadero resort area also reported widespread damage; the government believed that repairs could be completed before the start of the main tourist season.[230] Subsequent reports indicated that 10 people had been killed during the storm, including seven in Havana, most during building collapses. Sections of the capital had been flooded.[230] Hurricane Jose was not expected to strike Cuba.[231]

Biodiversity

Large group of American crocodiles in Cuba
Cuba signed the Rio Convention on Biological Diversity on 12 June 1992, and became a party to the convention on 8 March 1994.[232] It has subsequently produced a National Biodiversity Strategy and Action Plan, with one revision, that the convention received on 24 January 2008.[233]

The revision comprises an action plan with time limits for each item, and an indication of the governmental body responsible for delivery. That document contains virtually no information about biodiversity. However, the country’s fourth national report to the CBD contains a detailed breakdown of the numbers of species of each kingdom of life recorded from Cuba, the main groups being: animals (17,801 species), bacteria (270), chromista (707), fungi, including lichen-forming species (5844), plants (9107) and protozoa (1440).[234]

As elsewhere in the world, vertebrate animals and flowering plants are well documented, so the recorded numbers of species are probably close to the true numbers. For most or all other groups, the true numbers of species occurring in Cuba are likely to exceed, often considerably, the numbers recorded so far.

Demographics
Main articles: Cuban people and Demographics of Cuba
Self-identified race (2012 Census)[3]
Race
White

64.1%
Mulatto, Mestizo, Zambo, or Pardo

27.6%
Black

9.3%
Asian

0.1%
Population[235]
Year Million
1950 5.9
2000 11.1
2016 11.5

Students of the Escuela Lenin
According to the official census of 2010, Cuba’s population was 11,241,161, comprising 5,628,996 men and 5,612,165 women.[236] Its birth rate (9.88 births per thousand population in 2006)[237] is one of the lowest in the Western Hemisphere. Although the country’s population has grown by about four million people since 1961, the rate of growth slowed during that period, and the population began to decline in 2006, due in the country’s low fertility rate (1.43 children per woman) coupled with emigration.[238]

Indeed, this drop in fertility is among the largest in the Western Hemisphere[239] and is attributed largely to unrestricted access to legal abortion: Cuba’s abortion rate was 58.6 per 1000 pregnancies in 1996, compared to an average of 35 in the Caribbean, 27 in Latin America overall, and 48 in Europe. Similarly, the use of contraceptives is also widespread, estimated at 79% of the female population (in the upper third of countries in the Western Hemisphere).[240]

Ethnoracial groups
Cuba’s population is multiethnic, reflecting its complex colonial origins. Intermarriage between diverse groups is widespread, and consequently there is some discrepancy in reports of the country’s racial composition: whereas the Institute for Cuban and Cuban-American Studies at the University of Miami determined that 62% of Cubans are black,[241] the 2002 Cuban census found that a similar proportion of the population, 65.05%, was white.

In fact, the Minority Rights Group International determined that “An objective assessment of the situation of Afro-Cubans remains problematic due to scant records and a paucity of systematic studies both pre- and post-revolution. Estimates of the percentage of people of African descent in the Cuban population vary enormously, ranging from 34% to 62%”.[242]

A 2014 study found that, based on ancestry informative markers (AIM), autosomal genetic ancestry in Cuba is 72% European, 20% African, and 8% Indigenous.[243] Around 35% of maternal lineages derive from Cuban Indigenous People, compared to 39% from Africa and 26% from Europe, but male lineages were European (82%) and African (18%), indicating a historical bias towards mating between foreign men and native women rather than the inverse.[243]

Asians make up about 1% of the population, and are largely of Chinese ancestry, followed by Japanese.[244][245] Many are descendants of farm laborers brought to the island by Spanish and American contractors during the 19th and early 20th century.[246] The current recorded number of Cubans with Chinese ancestry is 114,240.[247]

Afro-Cubans are descended primarily from the Yoruba people, Bantu people from the Congo basin, Carabali people and Arará from the Dahomey[248] as well as several thousand North African refugees, most notably the Sahrawi Arabs of Western Sahara.[249]

Immigration and emigration
Main article: Spanish immigration to Cuba
Immigration and emigration have played a prominent part in Cuba’s demographic profile. Between the 18th and early 20th century, large waves of Canarian, Catalan, Andalusian, Galician, and other Spanish people immigrated to Cuba. Between 1899–1930 alone, close to a million Spaniards entered the country, though many would eventually return to Spain.[250] Other prominent immigrant groups included French,[251] Portuguese, Italian, Russian, Dutch, Greek, British, and Irish, as well as small number of descendants of U.S. citizens who arrived in Cuba in the late 19th and early 20th centuries.

Post-revolution Cuba has been characterized by significant levels of emigration, which has led to a large and influential diaspora community. During the three decades after January 1959, more than one million Cubans of all social classes — constituting 10% of the total population — emigrated to the United States, a proportion that matches the extent of emigration to the U.S. from the Caribbean as a whole during that period.[252][253][254][255][256] Prior to January 13, 2013, Cuban citizens could not travel abroad, leave or return to Cuba without first obtaining official permission along with applying for a government issued passport and travel visa, which was often denied.[257] Other common destinations include Spain, the United Kingdom, Canada, Mexico, and Sweden, among others. Those who left the country typically did so by sea, in small boats and fragile rafts. On 9 September 1994, the U.S. and Cuban governments agreed that the U.S. would grant at least 20,000 visas annually in exchange for Cuba’s pledge to prevent further unlawful departures on boats.[258]

Religion
Main article: Religion in Cuba

Havana Cathedral
In 2010, the Pew Forum estimated that religious affiliation in Cuba is 65% Christian (60% Roman Catholic or about 6.9 million in 2016, 5% Protestant or about 575,000 in 2016), 23% unaffiliated, 17% folk religion (such as santería), and the remaining 0.4% consisting of other religions.[259]

Cuba is officially a secular state. Religious freedom increased through the 1980s,[260] with the government amending the constitution in 1992 to drop the state’s characterization as atheistic.[261]

Roman Catholicism is the largest religion, with its origins in Spanish colonization. Despite less than half of the population identifying as Catholics in 2006, it nonetheless remains the dominant faith.[204] Pope John Paul II and Pope Benedict XVI visited Cuba in 1998 and 2011, respectively, and Pope Francis visited Cuba in September 2015.[262][263] Prior to each papal visit, the Cuban government pardoned prisoners as a humanitarian gesture.[264][265]

The government’s relaxation of restrictions on house churches in the 1990s led to an explosion of Pentecostalism, with some groups claiming as many as 100,000 members. However, Evangelical Protestant denominations, organized into the umbrella Cuban Council of Churches, remain much more vibrant and powerful.[266]

The religious landscape of Cuba is also strongly defined by syncretisms of various kinds. Christianity is often practiced in tandem with Santería, a mixture of Catholicism and mostly African faiths, which include a number of cults. La Virgen de la Caridad del Cobre (the Virgin of Cobre) is the Catholic patroness of Cuba, and a symbol of Cuban culture. In Santería, she has been syncretized with the goddess Oshun.

Cuba also hosts small communities of Jews (500 in 2012), Muslims, and members of the Bahá’í Faith.[267]

Several well-known Cuban religious figures have operated outside the island, including the humanitarian and author Jorge Armando Pérez.

Languages
The official language of Cuba is Spanish and the vast majority of Cubans speak it. Spanish as spoken in Cuba is known as Cuban Spanish and is a form of Caribbean Spanish. Lucumí, a dialect of the West African language Yoruba, is also used as a liturgical language by practitioners of Santería,[268] and so only as a second language.[269] Haitian Creole is the second most spoken language in Cuba, and is spoken by Haitian immigrants and their descendants.[270] Other languages spoken by immigrants include Galician and Corsican.[271]

Largest cities
See also: List of cities in Cuba
vte
Largest cities or towns in Cuba
According to the 2016 Estimate
Rank Name Province Pop.
Havana
Havana
Santiago de Cuba
Santiago de Cuba 1 Havana Havana 2,130,081 Camagüey
Camagüey
Holguín
Holguín
2 Santiago de Cuba Santiago de Cuba 433,099
3 Camagüey Camagüey 306,183
4 Holguín Holguín 294,002
5 Guantánamo Villa Clara 216,056
6 Santa Clara Guantánamo 216,609
7 Victoria de Las Tunas Granma 158,978
8 Bayamo Las Tunas 168,645
9 Cienfuegos Cienfuegos 150,404
10 Pinar del Río Pinar del Río 142,967
Media
See also: Media of Cuba
The Cuban government and Communist Party of Cuba control almost all media in Cuba.

Press
See also: List of newspapers in Cuba
Granma brings:
Reflections of Fidel Castro
Speeches of Raúl Castro
Television
See also: Television in Cuba
Five Communist controlled national channels:

Cubavisión
Tele Rebelde
Canal Educativo
Canal Educativo 2
Multivisión
Internet
Internet in Cuba has some of the lowest penetration rates in the Western hemisphere, and all content is subject to review by the Department of Revolutionary Orientation.[272] ETECSA operates 118 cybercafes in the country.[272] The government of Cuba provides an online encyclopedia website called EcuRed that operates in a “wiki” format.[273] Internet access is limited.[274] The sale of computer equipment is strictly regulated. Internet access is controlled, and e-mail is closely monitored.[275]

Culture
Main article: Culture of Cuba

A local musical house, Casa de la Trova in Santiago de Cuba
Cuban culture is influenced by its melting pot of cultures, primarily those of Spain and Africa. After the 1959 revolution, the government started a national literacy campaign, offered free education to all and established rigorous sports, ballet and music programs.[276]

Music

Gloria Estefan and Celia Cruz
Main article: Music of Cuba
Cuban music is very rich and is the most commonly known expression of Cuban culture. The central form of this music is Son, which has been the basis of many other musical styles like “Danzón de nuevo ritmo”, mambo, cha-cha-chá and salsa music. Rumba (“de cajón o de solar”) music originated in the early Afro-Cuban culture, mixed with Hispanic elements of style.[277] The Tres was invented in Cuba from Hispanic cordophone instruments models (the instrument is actually a fusion of elements from the Spanish guitar and lute). Other traditional Cuban instruments are of African origin, Taíno origin, or both, such as the maracas, güiro, marímbula and various wooden drums including the mayohuacán.

Popular Cuban music of all styles has been enjoyed and praised widely across the world. Cuban classical music, which includes music with strong African and European influences, and features symphonic works as well as music for soloists, has received international acclaim thanks to composers like Ernesto Lecuona. Havana was the heart of the rap scene in Cuba when it began in the 1990s.

During that time, reggaetón grew in popularity. In 2011, the Cuban state denounced reggaeton as degenerate, directed reduced “low-profile” airplay of the genre (but did not ban it entirely) and banned the megahit Chupi Chupi by Osmani García, characterizing its description of sex as “the sort which a prostitute would carry out.”[278] In December 2012, the Cuban government officially banned sexually explicit reggaeton songs and music videos from radio and television.[279][280] As well as pop, classical and rock are very popular in Cuba.

Cuisine
Main article: Cuban cuisine

A traditional meal of ropa vieja (shredded flank steak in a tomato sauce base), black beans, yellow rice, plantains and fried yuca with beer

Cuban-style tamales
Cuban cuisine is a fusion of Spanish and Caribbean cuisines. Cuban recipes share spices and techniques with Spanish cooking, with some Caribbean influence in spice and flavor. Food rationing, which has been the norm in Cuba for the last four decades, restricts the common availability of these dishes.[281] The traditional Cuban meal is not served in courses; all food items are served at the same time.

The typical meal could consist of plantains, black beans and rice, ropa vieja (shredded beef), Cuban bread, pork with onions, and tropical fruits. Black beans and rice, referred to as moros y cristianos (or moros for short), and plantains are staples of the Cuban diet. Many of the meat dishes are cooked slowly with light sauces. Garlic, cumin, oregano, and bay leaves are the dominant spices.

Literature
Main article: Cuban literature
Cuban literature began to find its voice in the early 19th century. Dominant themes of independence and freedom were exemplified by José Martí, who led the Modernist movement in Cuban literature. Writers such as Nicolás Guillén and José Z. Tallet focused on literature as social protest. The poetry and novels of Dulce María Loynaz and José Lezama Lima have been influential. Romanticist Miguel Barnet, who wrote Everyone Dreamed of Cuba, reflects a more melancholy Cuba.[282]

Alejo Carpentier was important in the Magic realism movement. Writers such as Reinaldo Arenas, Guillermo Cabrera Infante, and more recently Daína Chaviano, Pedro Juan Gutiérrez, Zoé Valdés, Guillermo Rosales and Leonardo Padura have earned international recognition in the post-revolutionary era, though many of these writers have felt compelled to continue their work in exile due to ideological control of media by the Cuban authorities.

Dance
Dance holds a privileged position in Cuban culture. Popular dance is considered an essential part of life, and concert dance is supported by the government and includes internationally renowned companies such as the Ballet Nacional de Cuba.[283]

Sports
Main article: Sport in Cuba

Cuban former boxer Teófilo Stevenson, widely considered one of the greatest boxers of all time
Due to historical associations with the United States, many Cubans participate in sports that are popular in North America, rather than sports traditionally played in other Latin American nations. Baseball is the most popular. Other sports and pastimes include football, basketball, volleyball, cricket, and athletics. Cuba is a dominant force in amateur boxing, consistently achieving high medal tallies in major international competitions. Cuban boxers are not permitted to turn professional by their government. However, many boxers defect to the U.S. and other countries.[284][285] Cuba also provides a national team that competes in the Olympic Games.[286]

Education
Main article: Education in Cuba

University of Havana, founded in 1728
The University of Havana was founded in 1728 and there are a number of other well-established colleges and universities. In 1957, just before Castro came to power, the literacy rate was fourth in the region at almost 80% according to the United Nations, higher than in Spain.[90][287] Castro created an entirely state-operated system and banned private institutions. School attendance is compulsory from ages six to the end of basic secondary education (normally at age 15), and all students, regardless of age or gender, wear school uniforms with the color denoting grade level. Primary education lasts for six years, secondary education is divided into basic and pre-university education.[288] Cuba’s literacy rate of 99.8 percent[201][289] is the tenth-highest globally, due largely to the provision of free education at every level.[290] Cuba’s high school graduation rate is 94 percent.[291]

Higher education is provided by universities, higher institutes, higher pedagogical institutes, and higher polytechnic institutes. The Cuban Ministry of Higher Education operates a distance education program that provides regular afternoon and evening courses in rural areas for agricultural workers. Education has a strong political and ideological emphasis, and students progressing to higher education are expected to have a commitment to the goals of Cuba.[288] Cuba has provided state subsidized education to a limited number of foreign nationals at the Latin American School of Medicine.[292][293]

According to the Webometrics Ranking of World Universities, the top-ranking universities in the country are Universidad de la Habana (1680th worldwide), Instituto Superior Politécnico José Antonio Echeverría (2893rd) and the University of Santiago de Cuba (3831st).[294]

Health
Main article: Healthcare in Cuba
Cuba’s life expectancy at birth is 78.3 years (76.2 for males and 80.4 for females).[201] This ranks Cuba 55th in the world and 5th in the Americas, behind Canada, Chile, Costa Rica and the United States. Infant mortality declined from 32 infant deaths per 1,000 live births in 1957, to 10 in 1990–95,[295] 6.1 in 2000–2005 and 5.13 in 2009.[289][201] Historically, Cuba has ranked high in numbers of medical personnel and has made significant contributions to world health since the 19th century.[90] Today, Cuba has universal health care and despite persistent shortages of medical supplies, there is no shortage of medical personnel.[296] Primary care is available throughout the island and infant and maternal mortality rates compare favorably with those in developed nations.[296]

Disease and infant mortality increased in the 1960s immediately after the revolution, when half of Cuba’s 6,000 doctors left the country.[297] Recovery occurred by the 1980s,[78] and the country’s health care has been widely praised.[298] The Communist government asserted that universal health care was a priority of state planning and progress was made in rural areas.[299] Like the rest of the Cuban economy, medical care suffered from severe material shortages following the end of Soviet subsidies in 1991, and a tightening of the U.S. embargo in 1992.[300]

Challenges include low salaries for doctors,[301] poor facilities, poor provision of equipment, and the frequent absence of essential drugs.[302] Cuba has the highest doctor-to-population ratio in the world and has sent thousands of doctors to more than 40 countries around the world.[303] According to the World Health Organization, Cuba is “known the world over for its ability to train excellent doctors and nurses who can then go out to help other countries in need”. As of September 2014, there are around 50,000 Cuban-trained health care workers aiding 66 nations.[304] Cuban physicians have played a leading role in combating the Ebola virus epidemic in West Africa.[305]

Import and export of pharmaceutical drugs is done by the Quimefa Pharmaceutical Business Group (FARMACUBA) under the Ministry of Basic Industry (MINBAS). This group also provides technical information for the production of these drugs.[306] Isolated from the West by the US embargo, Cuba developed the successful lung cancer vaccine, Cimavax, which is now available to US researchers for the first time, along with other novel Cuban cancer treatments. The vaccine has been available for free to the Cuban population since 2011.[307] According to Roswell Park Cancer Institute CEO Candace Johnson: “They’ve had to do more with less, so they’ve had to be even more innovative with how they approach things. For over 40 years, they have had a preeminent immunology community.”[308] During the thaw in Cuba–U.S. relations starting in December 2014 under the Obama administration, a growing number of U.S. lung cancer patients traveled to Cuba to receive vaccine treatment. The end of the thaw under the Trump Administrarion has resulted in a tightening of travel restrictions, making it harder for U.S. citizens to travel to Cuba for treatment.[309]

In 2015, Cuba became the first country to eradicate mother-to-child transmission of HIV and syphilis,[310] a milestone hailed by the World Health Organization as “one of the greatest public health achievements possible”.[311]

See also
flag Cuba portal
flag New Spain portal
icon Latin America portal
Index of Cuba-related articles
Outline of Cuba
References
“Cuban Peso Bills”. Central Bank of Cuba. 2015. Retrieved February 14, 2017.
“National symbols”. Government of Cuba. Retrieved September 7, 2009.
official 2012 Census Archived June 3, 2014, at the Wayback Machine.
“The Constitution of the Republic of Cuba, 1976 (as Amended to 2002)” (PDF). National Assembly of People’s Power. Archived from the original (PDF) on January 17, 2013. Retrieved August 18, 2012.
For discussion of the 1992 amendments, see Domínguez 2003.
“Resumen del Balance Demográfico” (PDF). Archived from the original (PDF) on 31 July 2017. Retrieved 15 July 2017.
“World Bank GDP PPP 2015, 28 April 2017 PDF”. Retrieved 18 January 2018.
“World Bank total population of Cuba in 2015 (GDP PPP divided by Population data)”. Retrieved 18 January 2018.
“GDP (current US$)”.
“GDP per capita (current US$)”.
“Cuba grapples with growing inequality”. Reuters. Retrieved July 21, 2013.
“Table 2: Trends in the Human Development Index, 1990–2014”. United Nations Development Programme. Retrieved December 15, 2015.
“Cuba profile: Facts”. BBC News. Retrieved March 26, 2013.
Allaire, p. 678
“Remarks of Senator John F. Kennedy at Democratic Dinner, Cincinnati, Ohio”. John F. Kennedy Presidential Library & Museum – Jfklibrary.org. October 6, 1960. Retrieved February 14, 2017.
“Fidel Castro”. Encyclopædia Britannica. 26 June 2017. Castro created a one-party government to exercise dictatorial control over all aspects of Cuba’s political, economic, and cultural life. All political dissent and opposition were ruthlessly suppressed
Fernández, Gonzalo (2009). Cuba’s Primer – Castro’s Earring Economy. ISBN 9780557065738. The number of individuals who have been jailed or deprived of their freedom in labor camps over the 50 years of Castro’s dictatorship is estimated at around 200,000
“Fidel Castro – Cuba’s hero and dictator”. Deutsche Welle. 26 November 2016.
“World Report 2018: Rights Trends in Cuba”. Human Rights Watch. 2018-01-18. Retrieved 2018-07-15.
Rangel, Carlos (1977). The Latin Americans: Their Love-Hate Relationship with the United States. New York: Harcourt Brace Jovanovich. pp. 3–5. ISBN 978-0-15-148795-0. Skidmore, Thomas E.; Peter H. Smith (2005). Modern Latin America (6 ed.). Oxford and New York: Oxford University Press. pp. 1–10. ISBN 978-0-19-517013-9.
“Human Development Report 2015 – “Rethinking Work for Human Development”” (PDF). HDRO (Human Development Report Office) United Nations Development Programme.
“GHO – By category – Life expectancy – Data by country”.
Field Listing: Literacy Archived November 24, 2016, at the Wayback Machine.. CIA World Factbook.
“Cuba – Cultural institutions | history – geography”. Encyclopedia Britannica. p. 11. Retrieved 18 August 2017.
The Dictionary of the Taino Language (plate 8) Alfred Carrada Archived 19 February 2009 at the Wayback Machine.[unreliable source?]
Dictionary – Taino indigenous peoples of the Caribbean Dictionary — Archived April 30, 2008, at the Wayback Machine.[unreliable source?]
Augusto Mascarenhas Barreto: O Português. Cristóvão Colombo Agente Secreto do Rei Dom João II. Ed. Referendo, Lissabon 1988. English: The Portuguese Columbus: secret agent of King John II, Palgrave Macmillan, ISBN 0-333-56315-8
da Silva, Manuel L. and Silvia Jorge da Silva. (2008). Christopher Columbus was Portuguese, Express Printing, Fall River, MA. 396pp. ISBN 978-1-60702-824-6.
Ramón Dacal Moure, Manuel Rivero de la Calle (1996). Art and archaeology of pre-Columbian Cuba. University of Pittsburgh Press. p. 22. ISBN 978-0-8229-3955-9.
Ted Henken (2008). Cuba: a global studies handbook. ABC-CLIO. p. 30. ISBN 978-1-85109-984-9. (gives the landing date in Cuba as 27 October)
Cuba Oficina Del Censo (2009). Cuba: Population, History and Resources 1907. BiblioBazaar, LLC. p. 28. ISBN 978-1-110-28818-2. (gives the landing date in Cuba as 28 October)
Gott 2004, p. 13
Andrea, Alfred J.; Overfield, James H. (2005). “Letter by Christopher Columbus concerning recently discovered islands”. The Human Record. 1. Houghton Mifflin Company. p. 8. ISBN 978-0-618-37040-5.
“Encomienda or Slavery? The Spanish Crown’s Choice of Labor Organization in Sixteenth-Century Spanish America” (PDF). Latin American Studies. Retrieved July 19, 2013.
McAlister 1984, p. 164
Diamond, Jared M. (1998). Guns, Germs, and Steel: The Fates of Human Societies. New York, NY: W.W. Norton & Co. ISBN 978-0-393-03891-0.
Byrne, Joseph Patrick (2008). Encyclopedia of Pestilence, Pandemics, and Plagues: A-M. ABC-CLIO. p. 413. ISBN 978-0-313-34102-1.
J. N. Hays (2005). Epidemics and Pandemics: Their Impacts on Human History Archived November 27, 2016, at the Wayback Machine.. p.82. ISBN 1-85109-658-2
Davidson, James West. After the Fact: The Art of Historical Detection Volume 1. Mc Graw Hill, New York 2010, Chapter 1, p. 1
Wright 1916, p. 183.
Wright 1916, p. 229.
Wright 1916, p. 246.
Melvin Drimmer, “Reviewed Work: Slavery in the Americas: A Comparative Study of Virginia and Cuba by Herbert S. Klein”, The William and Mary Quarterly Vol. 25, No. 2 (Apr. 1968), pp. 307–309, in JSTOR, accessed 1 March 2015
Thomas, Hugh. Cuba: The Pursuit of Freedom (2nd edition). Chapter One.
Ferrer, Ada (2014). Freedom’s Mirror: Cuba and Haiti in the Age of Revolution. New York: Cambridge University Press. p. 5. ISBN 978-1107029422.
Ferrer, Ada (2014). Freedom’s Mirror: Cuba and Haiti in the Age of Revolution. New York: Cambridge University Press. p. 10. ISBN 978-1107029422.
Ferrer, Ada (2014). Freedom’s Mirror: Cuba and Haiti in the Age of Revolution. New York: Cambridge University Press. p. 36.
Childs, Matt D. (2006). The 1813 Aponte Rebellion in Cuba and the Struggle against Atlantic Slavery. The University of North Carolina Press. p. 320 pages. ISBN 978-0-8078-5772-4.
Scheina 2003, p. 352.
Magnus Mõrner, Race Mixture in Latin America, Boston, 1967, pp. 124–125
Herbert S. Klein, Slavery in the Americas: A Comparative Study of Virginia and Cuba, Chicago: University of Chicago Press, 1967, p. 196
Chomsky, Carr & Smorkaloff 2004, pp. 115–7.
Westad 2012, pp. 227–8
“Historia de las Guerras de Liberación de Cuba”.[unreliable source?]
“The Little War (La Guerra Chiquita)”.[unreliable source?]
Scott 2000, p. 3
Chomsky, Carr & Smorkaloff 2004, pp. 37–8.
Stanley Sandler, ed. (2002). Ground warfare: an international encyclopedia. Part 25, Volume 1. ABC-CLIO. p. 549. ISBN 978-1-57607-344-5. Retrieved September 6, 2009.
David Arias (2005). Spanish-americans: Lives And Faces. Victoria, BC, Canada: Trafford Publishing. p. 171. ISBN 978-1-4120-4717-3. Retrieved September 6, 2009.
Robert K. Home (1997). Of Planting and Planning: The Making of British Colonial Cities. Chapman and Hall. p. 195. ISBN 978-0-419-20230-1. Retrieved September 6, 2009.
The Spanish–American War. “Cuban Reconcentration Policy and its Effects”. Retrieved January 29, 2007.[unreliable source?]
Morison, Samuel Loring; Morison, Samuel Eliot; Polmar, Norman (2003). The American Battleship. St. Paul, Minn.: MBI Publishing Company. p. 18. ISBN 978-0-7603-0989-6. Retrieved September 15, 2009.
Falk 1988, p. 64.
“Franklin Pierce: Foreign Affairs—Miller Center”. Archived from the original on March 12, 2016.
“Treaty of Peace Between the United States and Spain”. The Avalon Project. Yale Law School. December 10, 1898.
Louis A. Pérez (1998). Cuba Between Empires: 1878–1902. University of Pittsburgh Pre. p. xv. ISBN 978-0-8229-7197-9. Retrieved July 19, 2013.
Diaz-Briquets, Sergio; Jorge F Pérez-López (2006). Corruption in Cuba: Castro and Beyond. Austin: University of Texas Press. p. 63. ISBN 978-0-292-71321-5. Retrieved September 6, 2009.
Thomas 1998, pp. 283–7.
Benjamin Beede, ed. (1994). The War of 1898, and U.S. interventions, 1898–1934: an encyclopedia. New York: Garland. p. 134. ISBN 978-0-8240-5624-7. Retrieved September 6, 2009.
Terry K Sanderlin, Ed D (April 24, 2012). The Last American Rebel in Cuba. AuthorHouse. p. 7. ISBN 978-1-4685-9430-0. Retrieved July 19, 2013.
Wilber Albert Chaffee; Gary Prevost (1992). Cuba: A Different America. Rowman & Littlefield. p. 4. ISBN 978-0-8476-7694-1. Retrieved July 19, 2013.
Argote-Freyre, Frank (2006). Fulgencio Batista. 1. New Brunswick, N.J.: Rutgers University Press. p. 50. ISBN 978-0-8135-3701-6.
Jones, Melanie (2001). Jacqueline West, ed. South America, Central America and the Caribbean 2002. Routledge. p. 303. ISBN 978-1-85743-121-6. Retrieved July 19, 2013.
Jaime Suchlicki (2002). Cuba: From Columbus to Castro and Beyond. Potomac Books, Inc. p. 95. ISBN 978-1-57488-436-4. Retrieved July 19, 2013.
Domínguez 1978, p. 76
Domínguez 1978, p. ?.
Frank R. Villafana (December 31, 2011). Expansionism: Its Effects on Cuba’s Independence. Transaction Publishers. p. 201. ISBN 978-1-4128-4656-1. Retrieved July 19, 2013.
Horowitz 1988, p. 662
Bethell, Leslie (1993). Cuba. Cambridge University Press. ISBN 978-0-521-43682-3.
Sweig 2004, p. 4
Sweig 2004, p. ?.
“Batista’s Boot”. Time. January 18, 1943. Retrieved April 20, 2013.
Domínguez 1978, p. 101
Domínguez 1978, pp. 110–1
Alvarez 2004.
“A Coup in Cuba – History Today”. www.historytoday.com.
Guerra, Lillian (2010). Grandin, Greg; Joseph, Gilbert M., eds. Beyond Paradox. A Century of Revolution. American Encounters/Global Interactions. Durham, NC: Duke University Press. pp. 199–238. ISBN 978-0-8223-4737-8.
Historical Dictionary of the 1950s, by James Stuart Olson, Greenwood Publishing Group, 2000, ISBN 0-313-30619-2, pp. 67–68.
Sweig 2004, p. 6
Paul H. Lewis (2006). Authoritarian Regimes in Latin America. Oxford, UK: Rowman & Littlefield. p. 186. ISBN 978-0-7425-3739-2. Retrieved September 14, 2009.
Smith & Llorens 1998.
Baklanoff 1998.
Thomas 1998, p. 1173.
Maureen Ihrie; Salvador Oropesa (October 31, 2011). World Literature in Spanish: An Encyclopedia: An Encyclopedia. ABC-CLIO. p. 262. ISBN 978-0-313-08083-8. Retrieved July 19, 2013.
Aviva Chomsky (November 23, 2010). A History of the Cuban Revolution. John Wiley & Sons. pp. 37–38. ISBN 978-1-4443-2956-8. Retrieved July 19, 2013.
Falk 1988, p. 67.
Ros (2006) pp. 159–201.
“Anti-Cuba Bandits: terrorism in past tense”. Archived from the original on February 22, 2007.
“Background Note: Cuba”. State.gov. June 21, 2012. Retrieved July 19, 2013.
When the State Kills: The Death Penalty v. Human Rights, Amnesty International Publications, 1989
“Cuba or the Pursuit of Freedom Hugh Thomas”. Longitudebooks.com. Archived from the original on 7 June 2013. Retrieved 19 July 2013.
R.J. Rummel. “Power Kills”. University of Hawaii. Retrieved July 19, 2013.
Black Book of Communism. p. 664.
Chase, Michelle (2010). “The Trials”. In Greg Grandin; Joseph Gilbert. A Century of Revolution. Durham, NC: Duke University Press. pp. 163–198. ISBN 978-0822347378. Retrieved September 17, 2015.
“US rejects Cuba demand to hand back Guantanamo Bay base Archived December 7, 2016, at the Wayback Machine.”. BBC News. 30 January 2015.
Stephen G. Rabe (1988). Eisenhower and Latin America: The Foreign Policy of Anticommunism. UNC Press Books. pp. 123–125. ISBN 978-0-8078-4204-1. Retrieved July 19, 2013.
Richard A. Crooker (2005). Cuba. Infobase Publishing. pp. 43–44. ISBN 978-1-4381-0497-3. Retrieved July 19, 2013.
U.S International Trade Commission. The Economic Impact of U.S. Sanctions with Respect to Cuba. p. Section 2–3, p. 2. ISBN 978-1-4578-2290-2.
“This Day in History — 7/9/1960”. History.com. Retrieved July 19, 2013.
“Case Studies in Sanctions and Terrorism: Case 60-3, US v. Cuba (1960– : Castro)” (PDF). Peterson Institute for International Economics. October 2011. Retrieved February 14, 2017.
Faria, Miguel A. Cuba in Revolution – Escape From a Lost Paradise, 2002, Hacienda Publishing, Inc., Macon, Georgia, pp. 163–228
Domínguez 1989, p. ?.
Bethell, Leslie (1998-08-13). The Cambridge History of Latin America. ISBN 978-0-521-62327-8.[page needed]
“Health consequences of Cuba’s Special Period”. CMAJ : Canadian Medical Association Journal. 179 (3): 257. 2008. doi:10.1503/cmaj.1080068. PMC 2474886. PMID 18663207.
Patricia Maroday (January 12, 2015). “Doing Business with Cuba – The Complete Guide”. Archived from the original on March 14, 2016.
Gershman & Gutierrez 2009, p. ?.
Carlos Lauria; Monica Campbell; María Salazar (March 18, 2008). “Cuba’s Long Black Spring”. The Committee to Protect Journalists.
“Cuba – No surrender by independent journalists, five years on from “black spring”” (PDF). Reporters Without Borders. March 2008. Archived from the original (PDF) on July 2, 2009.
“Castro resigns as Cuban president: official media”. Agence France-Presse. February 19, 2008. Retrieved February 19, 2008.[dead link]
“Raul Castro named Cuban president”. BBC News. February 24, 2008. Retrieved February 24, 2008.
“Byte by byte”. The Economist. March 19, 2008. Retrieved April 4, 2008.
“Raúl Castro replaces top Cuban officials”. The Guardian. London. March 2, 2009. Retrieved September 15, 2009.
“China View 2009-06-04: OAS plenary votes to end Cuba’s exclusion”. News.xinhuanet.com. 4 June 2009. Archived from the original on 21 August 2013. Retrieved 19 July 2013.
“China View 2009-06-04: Cuba’s Fidel Castro calls OAS a “U.S. Trojan horse””. News.xinhuanet.com. June 4, 2009. Archived from the original on August 21, 2013. Retrieved July 19, 2013.
CNN: “Cuba eases travel restriction for citizens” by Ben Brumfield Archived March 4, 2016, at the Wayback Machine. 16 October 2012 |Until now, Cubans had to pay $150 for an exit visa. A resident in the country that the Cuban wanted to visit would also have to write a letter of invitation. Fees associated with the letter ran as high as $200. That’s a steep price in a country where the average official monthly income is about $20.
BBC: “Leaving Cuba: The difficult task of exiting the island” by Sarah Rainsford Archived December 7, 2016, at the Wayback Machine. 12 July 2012
Washington Office on Latin America: “Cubans Allowed to Travel Abroad Without Exit Visas” By Geoff Thale and Clay Boggs Archived April 2, 2016, at the Wayback Machine. 16 October 2012
Henken, Ted (2013). Cuba. ABC-CLIO. p. 245. ISBN 9781610690126.
“Cubans line up for the chance to leave” by Girish Gupta, USA Today, 14 January 2013
PBS: “Cuba Opens Travel Abroad for Most Citizens, Eliminating Exit Visa Requirement” Archived November 28, 2016, at the Wayback Machine. 14 January 2013
USA Today: “Cubans can leave, but to where and with what?” by Girish Gupta, 11 November 2012
International Business Times: “Cuba’s First Year Of Immigration Reform: 180,000 People Leave The Country … And Come Back” By Patricia Rey Mallén Archived August 9, 2016, at the Wayback Machine. 14 January 2014
Andrea Mitchell; Eric McClam (December 18, 2014). “Cuba Frees American Alan Gross, Held for Five Years”. NBC News.
“Country profile: Cuba”. BBC News. August 20, 2009. Retrieved September 7, 2009.
“Cuba 1976 (rev. 2002)”. Constitue. Retrieved April 28, 2015.
Cuba: Elections and Events 1991–2001 Archived March 1, 2007, at the Wayback Machine. Latin American Election Statistics Home
“Democracy Index 2016: Revenge of the ‘deplorables'”. eiu.com. The Economist Intelligence Unit. 25 January 2017. Retrieved 20 July 2017.
“Country Status and ratings overview”, Freedom in the World 1973–2016, Freedom House. Retrieved 2 August 2016.
“Cuba’s Raul Castro announces retirement in 5 years”. USA Today. February 25, 2013. Retrieved April 23, 2014.
Lima, Tomas Munita, Mauricio; Ahmed, Azam (December 3, 2016). “A Nation in Mourning: Images of Cuba After Fidel Castro”. The New York Times. ISSN 0362-4331. Retrieved February 7, 2017.
“Information about human rights in Cuba” (in Spanish). Comision Interamericana de Derechos Humanos. April 7, 1967. Archived from the original on June 14, 2006. Retrieved July 9, 2006.
Bureau of Public Affairs (March 25, 2010). “Cuba”. United States Department of State. Retrieved April 1, 2011.
“Cuba”. Human Rights Watch. 2006. Archived from the original on May 11, 2006.
“EU-Cuba relations”. European Communities. September 4, 2003. Retrieved September 6, 2009.
Laursen, F. (2009). The EU in the Global Political Economy. P.I.E. Peter Lang. p. 279. ISBN 978-90-5201-554-5.
“Cuban Democracy Act”. U.S. Department of State. 1992. Archived from the original on August 17, 2000. Retrieved September 6, 2009.
“The US Embargo Against Cuba: Its Impact on Economic and Social Rights” (PDF). Amnesty International. September 2009. Archived from the original (PDF) on February 28, 2013. Retrieved December 29, 2013.
“Record number of nations oppose US embargo of Cuba in UN vote”. RT News. October 30, 2013. Retrieved June 2, 2014.
“Historic thaw in U.S., Cuba standoff”. CNN. Retrieved December 19, 2014.
“CPJ’s 2008 prison census: Online and in jail”. Committee to Protect Journalists.
Human Rights Watch (2008). World Report 2008: Events of 2007. Seven Stories Press. p. 207. ISBN 978-1-58322-774-9.
“Cuba’s Repressive Machinery – V. General Prison Conditions”. Human Rights Watch. Retrieved March 29, 2013.
“Number of Cuban political prisoners dips – rights group”. BBC News. July 5, 2010. Retrieved June 2, 2014.
Domínguez 1989, p. 6: “Cuba is a small country, but it has the foreign policy of a big power.”
Feinsilver 1989, p. 2: “Cuba has projected disproportionately greater power and influence through military might … through economic largesse … as a mediator in regional conflicts, and as a forceful and persuasive advocate of Third World interests in international forums. Cuba’s scientific achievements, while limited, are also being shared with other Third World countries, thereby furthering Cuban influence and prestige abroad.”
Gleijeses 1996, pp. 159, 161: “Cuba’s relationship with Algeria in 1961–5 … clashes with the image of Cuban foreign policy—cynical ploys of a [Soviet] client state—that prevails not only in the United States but also in many European capitals. … The aid Cuba gave Algeria in 1961–2 had nothing to do with the East-West conflict. Its roots predate Castro’s victory in 1959 and lie in the Cubans’ widespread identification with the struggle of the Algerian people.”
Gleijeses 2010, p. 327: “The dispatch of 36,000 Cuban soldiers to Angola between November 1975 and April 1976 stunned the world; … by 1988, there were 55,000 Cuban soldiers in Angola.”
Gleijeses 2002, p. 392: “After Angola, Cuba’s largest military intervention was in Ethiopia, where in 1978 16,000 Cuban troops helped repulse the invading Somali army.”
Tareke 2009, pp. 62–3. Tareke refers here to the training given to 10 members of the Eritrean Liberation Front in 1968 during the Eritrean struggle for independence.
Gleijeses 1997, p. 50: “On 14–16 October 1960, [Guinean president Ahmed Sékou] Touré went to Havana. It was the first visit of an African chief of state to Cuba. The following year Cuba’s foreign aid programme to Third World governments began when fifteen students from Guinea arrived in Havana to attend the university or technical institutes.”
Gleijeses 1997, p. 45: “Joining the rebellion in 1966, and remaining through the wa
République de Cuba

República de Cuba (es)

Drapeau
Drapeau de Cuba. Blason
Armoiries de la République de Cuba.
Description de l’image Cuba (orthographic projection).svg.
Devise nationale ‘La patrie ou la mort, nous vaincrons
(en espagnol : Patria o muerte, venceremos)
Hymne national La Bayamesa
Administration
Forme de l’État République
État communiste à parti unique
Premier secrétaire du Parti communiste Raúl Castro
Président du Conseil d’État Miguel Díaz-Canel
Langues officielles Espagnol
Capitale La Havane
Géographie
Plus grande ville La Havane
Superficie totale 110 860 km2
(classé 106e)
Superficie en eau Négligeable
Fuseau horaire UTC -5
Histoire
Indépendance De l’Espagne, puis des États-Unis
Déclarée
– De l’Espagne
– Des États-Unis
– Révolution cubaine 10 octobre 1868
10 décembre 1898
20 mai 1902
1er janvier 1959
Démographie
Gentilé Cubain
Population totale (20171) 11 147 407 hab.
(classé 80e)
Densité 101 hab./km2
Économie
PIB nominal (2012) 72,300 milliards de $ (66e)
IDH (2017) en diminution 0,7772 (élevé ; 73e)
Monnaie Peso cubain convertible (CUC​)
Divers
Code ISO 3166-1 CUB, CU​
Domaine Internet .cu
Indicatif téléphonique +53
modifierConsultez la documentation du modèle

Cuba, en forme longue la république de Cuba (en espagnol : República de Cuba), est un État insulaire des Caraïbes formé de l’île de Cuba (la plus grande île des Antilles), de l’île de la Jeunesse (appelée île aux Pins jusqu’en 1976) et de quelques autres petites îles. Il est situé à l’ouest des grandes Antilles, à la confluence de la mer des Caraïbes, du golfe du Mexique et de l’océan Atlantique ; au nord-est des Îles Caïmans ; au nord-nord-ouest de la Jamaïque ; à l’est du Mexique (Yucatán) ; au sud-sud-est de la péninsule de Floride ; au sud-ouest des Bahamas ; à l’ouest d’Haïti et des îles Turques-et-Caïques.

Devançant Hispaniola en superficie, Cuba est toutefois derrière en nombre d’habitants : c’est ainsi la deuxième île la plus peuplée des Caraïbes avec près de 11 253 000 habitants. Sa capitale est La Havane, sa langue officielle l’espagnol et deux monnaies y sont utilisées : le peso cubain et le peso cubain convertible.

L’île a été une colonie espagnole de 1492 à 1898 puis un Territoire des États-Unis d’Amérique jusqu’au 20 mai 1902. Depuis la révolution de 1959, Cuba se définit comme une république socialiste3, bien que Fidel Castro n’officialise le caractère socialiste du régime que le 17 août 1961 durant l’épisode de la Baie des Cochons, dont le Parti communiste de Cuba, créé en 1965, constitue la « force dirigeante supérieure »4, mais le pays est considéré par ses opposants comme une dictature5,6.

Cuba est membre de l’Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA) depuis la Déclaration conjointe signée par Hugo Chávez et Fidel Castro le 14 décembre 2004 à La Havane.

Sommaire
1 Étymologie
2 Histoire
2.1 Préhistoire
2.2 Histoire pré-coloniale
2.3 Histoire coloniale
2.4 Indépendance
2.5 Révolution et guerre froide
2.6 Réchauffement des relations avec les États-Unis
3 Géographie
3.1 Climat
3.2 Subdivisions administratives
3.3 Villes
3.4 Îles cubaines
4 Politique
4.1 Constitution
4.2 Pouvoir exécutif
4.3 Pouvoir législatif
4.4 Élections
4.5 Forces armées
4.6 Libertés politiques
5 Économie
5.1 Agriculture
5.1.1 Café
5.1.2 Canne à sucre
5.2 Logement
5.3 Industrie pharmaceutique
5.4 Relations économiques avec les États-Unis
5.4.1 Embargo américain
5.5 Relations économiques avec le Venezuela
6 Éducation, sciences et santé
6.1 Éducation
6.2 Médecine
6.2.1 Formation médicale et médecin à Cuba
6.2.2 Réputation, récompense et comparaison avec d’autres systèmes de santé
7 Population
7.1 Démographie
7.1.1 La mortalité
7.2 Émigration
7.3 Langues
7.4 Religion
7.5 Société cubaine
7.6 Légalité des mœurs et pratiques sexuelles
7.6.1 Homosexualité
7.6.2 Transidentité
7.6.3 Autres pratiques sexuelles
7.7 Sport
8 Culture
8.1 Média
8.1.1 Libertés de la presse et des médias
8.2 Jours fériés
9 Tourisme
10 Personnalités
10.1 Arts
10.2 Sports
11 Faune
12 Codes
13 Notes et références
14 Annexes
14.1 Bibliographie
14.2 Articles connexes
14.3 Liens externes
Étymologie
2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2018).
Il n’y a pas de consensus entre les historiens quant à l’origine du nom Cuba. Pour certains il viendrait des mots taïnos cubanacán signifiant « place centrale », ou cubao « terres fertiles ». Pour d’autres le nom découlerait de la contraction des mots arawaks coa « lieu, terre » et bana « grande », coabana. D’autres encore affirment que le nom vient de Cuba, ville de la province de l’Alentejo au Portugal, seul autre endroit au monde à porter ce nom. Contrairement à ce qui est affirmé parfois, Christophe Colomb n’a pas appelé l’île Juana en l’honneur de la fille des Rois Catholiques espagnols mais, selon Bartolomé de las Casas, en l’honneur de leur fils, le prince Don Juan : « En 1492, Colomb a découvert Cuba lors de son premier voyage. L’Amiral de la Mer Océane, vice roi des terres qu’il vient de découvrir, nomme Juanna cette terre qu’il croit être une île rattachée au continent asiatique. Colomb l’a nommée ainsi en l’honneur de l’enfant don Juan, fils d’Isabelle et Ferdinand, les Rois Catholiques, afin de les remercier. » Le 4 octobre 1497, le prince don Juan décède. On envisage, en Espagne, de renommer l’île.

Le premier document qui comporte le nom de Cuba est la carte de Juan de la Cosa, dessinée dans la première moitié de l’année 1500. L’île a aussi été appelée, ultérieurement, Fernandina, en l’honneur du roi Ferdinand, époux de la reine Isabelle de Castille. Après la mort du prince don Juan, Ferdinand d’Aragon a renommé l’île par un décret du 28 février 1515. Malgré le décret du roi Ferdinand l’île a conservé le nom de Cuba.

Histoire

Premier voyage de Christophe Colomb.
Article détaillé : Histoire de Cuba.
Préhistoire
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?
Histoire pré-coloniale
Cuba était peuplée d’Amérindiens : les Ciboneys et les Taïnos. Les Ciboney étaient des chasseurs et des pêcheurs qui ont laissé des peintures rupestres – plus de 200 dans les grottes de Punta del Este sur la Isla de la Juventud. Les Tainos vivaient de la culture et de la chasse et possédaient une forme primitive d’organisation sociale. Ces sociétés disparurent en moins de 50 ans au contact des Européens.

Histoire coloniale

Carte britannique de 1680.
La monarchie catholique espagnole conquiert l’île au cours du xvie siècle après la découverte de l’île par Christophe Colomb le 28 octobre 14927 et l’intègre à son empire. La domination espagnole durera jusqu’à la signature du traité de Paris en 1898. Au cours de ces quatre siècles, de nouvelles villes verront le jour dont Santiago de Cuba (1514) et La Havane (1515). Malgré les efforts de Bartolomé de las Casas, la population indienne payera un lourd tribut : elle sera pratiquement décimée en quelques années. Déçus par la faible productivité des mines d’or, les conquistadors décident de faire de Cuba leur plaque tournante vers le continent et l’utilisent comme escale pour les navires chargés des richesses du Nouveau Monde à destination de l’Espagne. L’île se tourna donc vers de nouvelles activités : tabac (plus ou moins 300 millions de cigares par an ainsi qu’une douzaine de milliards de cigarettes brunes ou blondes), café et canne à sucre (héritée de quatre siècles de colonisation espagnole et qui procure à Cuba le plus gros de ses ressources). Cette dernière activité nécessitant une main d’œuvre importante, il sera fait appel aux esclaves africains. Il semble que l’on ait cultivé dès 1523 la canne à Cuba où elle a trouvé les meilleures conditions de croissance : climat chaud, sols humides et, juste avant la coupe, une période sèche propice à la concentration du saccharose. En 1620, Cuba produisait 550 tonnes de canne à sucre.

Château de Jagua. C’est la troisième forteresse militaire de Cuba édifiée par le roi Philippe V d’Espagne pour combattre pirates des caraïbes et boucaniers. Elle se situe dans le canal d’entrée de la baie de Cienfuegos. Sa construction se termine en 1745 et est inaugurée sous le nom de « Château de Notre Dame des Anges de Jagua ».
En 1763, il n’y avait pas plus de trente-six mille esclaves dans toute l’île. La culture sucrière, sans être négligeable, était très loin du niveau des colonies françaises comme Saint-Domingue ou anglaises comme la Jamaïque. Après la longue guerre qui dure de 1791 à 1803 contre les esclaves noirs beaucoup de propriétaires blancs de Saint-Domingue fuient à Cuba où ils apportent capitaux et savoir-faire. De 1792 à 1860, on introduit à Cuba plus de sept cent vingt mille esclaves, plus qu’au cours des deux siècles précédents. Ensuite, les planteurs francophones viennent grossir le flot des Réfugiés français de Saint-Domingue en Amérique.

Même si, au xviie siècle, la population avait augmenté avec l’arrivée des colons espagnols et des esclaves africains, Cuba était encore, au début du xviiie siècle, une petite colonie. Pendant l’été 1762, la capitale fut conquise par les Anglais conduits par Georges Keppel et lord Albemarle. Ils allaient régner sur l’île pendant neuf mois. Aussi brève fût-elle, l’occupation anglaise modifia l’organisation économique et sociale de Cuba. Les restrictions commerciales imposées par l’Espagne furent abolies, marquant le début des échanges avec les colonies anglaises d’Amérique du Nord. Le trafic des esclaves s’intensifia pour fournir la main d’œuvre nécessaire dans les plantations. À l’issue du traité de Paris, signé en 1763, Cuba fut rendue à l’Espagne en échange de la Floride attribuée aux Britanniques.

Dans les régions plantées de palmiers royaux, trop accidentées pour les machines modernes, des brigades de travailleurs de provinces et de villes différentes et de toutes professions viennent encore couper la canne à la machette. Volontaires, nourris six fois par jour[réf. nécessaire], pouvant gagner cinq fois plus qu’un ouvrier ordinaire, ils ont droit à tous les égards. Au xviiie siècle, le châtiment le plus redouté par l’esclave urbain était d’être vendu aux planteurs de l’intérieur ; prisonniers du domaine, les Noirs ne recevaient ni argent ni éducation.

Carlos Manuel de Céspedes, le Père de l’Indépendance cubaine.
Alors que la traite était officiellement abolie, plus de 360 000 esclaves furent débarqués entre 1820 et 1860 au port de La Havane, qui comptait au début du siècle 40 000 Blancs et 30 000 esclaves. C’est en 1886 que fut entièrement supprimé l’esclavage8, fondement de l’économie coloniale, source des richesses de toute l’aristocratie créole.

Indépendance
Les luttes pour l’indépendance remontent au milieu du xixe siècle avec la guerre des Dix Ans qui débuta en 1868 ; Les États-Unis intervinrent dans la guerre d’indépendance cubaine, qui avait fait 200 000 morts depuis 1895 (soit 1/8 de la population), lors de la guerre hispano-américaine. Ils occupèrent ensuite l’île de 1901 à 1902, puis de 1905 à 1909. Les États-Unis poursuivirent une ingérence marquée jusqu’en 1934 (révocation de l’« amendement Platt » et Politique de bon voisinage).

Durant cette période et en particulier sous les gouvernements de Fulgencio Batista (1940-1944 et 1952-1959), l’île est massivement investie par la Cosa nostra qui y installe casinos et pratique le blanchiment d’argent à grande échelle9. Les mafias italo-américaines trouvent à Cuba « calme, impunité, profits » et pratiquent la corruption à large échelle des élites locales. Une convergence d’intérêts se crée entre ceux de la Cosa nostra, des grandes sociétés américaines implantées dans l’île et du gouvernement des États-Unis, notamment de ses services de renseignement9.

Révolution et guerre froide
Articles détaillés : Révolution cubaine, Débarquement de la baie des Cochons, Crise des missiles de Cuba et Embargo des États-Unis contre Cuba.
Fidel Castro prend la tête d’une armée rebelle en 1956 et renverse le dictateur Fulgencio Batista le 1er janvier 1959. Les États-Unis sont, en 1959, l’une des premières nations à reconnaître diplomatiquement le nouveau gouvernement, mais les rapports entre les deux pays se gâtent dès le mois de mai de la même année, lors de la nationalisation des avoirs étrangers (dont ceux de United Fruit Company) à Cuba.

Carte indiquant la baie des Cochons
Par la suite, du 17 au 19 avril 1961 eut lieu la tentative de débarquement à la baie des Cochons de 1 400 réfugiés, recrutés, payés et entraînés par la CIA américaine, qui se solda par un échec. Les États-Unis mirent alors en place un embargo économique en 1962, mais renoncèrent à toute invasion de Cuba, pourtant un temps envisagée selon les plans de l’opération Northwoods mais dont la mise en œuvre fut finalement refusée par le président John Kennedy, aux termes d’un accord signé pour conclure l’affaire des missiles de Cuba.

L’embargo des États-Unis contre Cuba (décrit à Cuba par le terme espagnol « el bloqueo » qui signifie « le blocus ») est un embargo économique, commercial et financier à l’égard de Cuba par les États-Unis mis en place le 7 février 1962 à la suite de nationalisations expropriant des compagnies américaines. Cet embargo commercial est le plus long de l’histoire moderne.

Le pays fut longtemps soutenu par l’URSS qui lui accordait une aide (4 à 6 milliards de dollars américains par an jusqu’en 1990) en échange de son alignement sur sa politique : envoi de forces cubaines dans plusieurs pays d’Afrique pour protéger des gouvernements communistes ou déstabiliser ceux du « camp adverse », soutien aux mouvements révolutionnaires d’Amérique latine. Mais cette question fait l’objet de controverses. Cuba avait sa propre logique tiers-mondiste et une population noire était particulièrement tentée d’envoyer de sa propre initiative des soldats en Angola en novembre 1975 soutenir le MPLA quand les troupes sud-africaines envahirent l’ancienne colonie portugaise. L’URSS intervint après pour aider les Cubains à redresser une situation militaire très difficile. En Amérique latine, Moscou avait conclu avec Washington en mai 1972 un « code de bonne conduite » qui lui interdisait d’aider militairement les mouvements révolutionnaires. À l’automne 1981, accusé par Ronald Reagan de fournir des armes à la guérilla salvadorienne, Fidel Castro démentit et invoqua la clause d’un accord avec l’URSS qui lui interdisait d’exporter les armes vers les guérillas latino-américaines. Cuba fait face à une grave crise économique depuis la disparition de l’URSS et le maintien de l’embargo des États-Unis.

Cinq agents de Cuba sont détenus aux États-Unis10. Arrêtés en septembre 1998, ils ont été condamnés en décembre 2001 à Miami, pour, notamment, conspiration en vue de commettre des actes d’espionnages et des délits. La justice américaine leur reproche de s’être fait employer à la Key West Naval Air Station pour espionner pour le compte du gouvernement cubain, ainsi que pour avoir fourni des informations ayant permis à l’armée cubaine d’abattre deux avions américains d’organisations cubo-américaines, hors du territoire cubain, faisant quatre victimes américaines11. En appel, certaines des condamnations ont été maintenues et d’autres revues à la baisse. En 2009, les peines de prison infligées ont été revues à la baisse. Selon le gouvernement cubain, ces agents n’étaient pas des espions mais devaient infiltrer des organisations terroristes anti-cubaines basées à Miami, organisant des attentats ultérieurement. Selon les défenseurs de ces agents, des violations de la loi dans leur traitement et leur procès auraient eu lieu. Au niveau international, de nombreuses organisations comme Amnesty International ont appelé à un nouveau procès, jugeant le fonctionnement de la justice inéquitable mais la cour suprême américaine a refusé de revoir le cas.

Selon Cuba, de nouvelles sanctions ont été introduites à son encontre par le gouvernement américain sous la présidence de George W. Bush12. La Commission for Assistance to a Free Cuba (en), créée en 2003 par le président Bush, a proposé de dégager tous les deux ans une somme de 80 millions de dollars destinée à financer activement « l’opposition démocratique cubaine » avec pour but « d’aider la société civile cubaine à réaliser la transition démocratique13 » et la mise en place d’un « gouvernement de transition » reconnu par les États-Unis. En 2008, l’agence gouvernementale USAID s’est engagée à rendre effectives les propositions de la commission afin de lutter contre « la tyrannie à Cuba14 ».

Le gouvernement cubain reproche également aux États-Unis d’héberger plusieurs terroristes ayant commis des attentats à Cuba, parmi lesquels Luis Posada Carriles (dont il réclame l’extradition au Venezuela15) et Orlando Bosch Ávila. Luis Posada Carriles a déclaré dans le New York Times du 12 juillet 1998 avoir été financé par la Cuban American National Foundation (CANF) (« Fondation nationale cubano-américaine »), organisation officielle basée à Miami.

Réchauffement des relations avec les États-Unis
Fidel Castro dirige Cuba jusqu’au 31 juillet 2006 puis c’est son frère Raúl Castro Ruz qui, après avoir assuré l’intérim du pouvoir, est élu le 24 février 2008 président du Conseil d’État et du Conseil des ministres par l’Assemblée nationale.

En mars 2009, le Congrès des États-Unis autorise les citoyens américains d’origine cubaine à se rendre à Cuba une fois par an16 ; puis, le 13 avril 2009, le président annonce la fin des restrictions sur les voyages et les transferts d’argent des Cubano-Américains vers l’île16. Il est toujours interdit d’envoyer de l’argent à des membres de la fonction publique ou de l’armée cubaine16, et l’embargo est, pour sa plus grande partie, maintenu.

Panneau anti-impérialiste installé devant les locaux de la Section des intérêts des États-Unis à La Havane.
Le 17 décembre 2014, les deux pays annoncent conjointement la reprise de leurs relations diplomatiques, impliquant un assouplissement de l’embargo américain sur Cuba17. À cette occasion, les trois agents cubains toujours emprisonnés aux États-Unis sont libérés.

Le 20 juillet 2015, les bâtiments qui abritaient jusqu’à présent les sections d’intérêts dans chaque capitale ont retrouvé leur statut d’ambassade18. Les employés ont été accrédités auprès de ces dernières et les chefs de mission sont devenus chargés d’affaires, en attendant la nomination d’ambassadeurs.

Le 20 mars 2016, Le Président américain Barack Obama fait une visite officielle à Cuba. C’est la première fois depuis 1928 qu’un Président américain en exercice se rend sur le sol cubain19.

Géographie

Carte de Cuba
Article détaillé : Géographie de Cuba.
La république de Cuba est située entre la mer des Caraïbes au sud, le golfe du Mexique au nord-ouest, la Floride au nord et les Bahamas au nord-est, elles-mêmes baignées par l’Atlantique Nord. C’est un archipel composé de l’île de Cuba, longue de 1 210 km (qui fait d’elle la plus grande île des Antilles), de l’île des Pins (île de la Jeunesse) et d’environ 1 600 îlots. Géographiquement, elle se trouve à proximité du tropique du Cancer, à 87 km à l’ouest-nord-ouest de la pointe du Cheval Blanc, sur l’île d’Haïti; à 145 km au nord de la Jamaïque; à 208 km de Punta Cayo Raton, sur la péninsule du Yucatán (Mexique), et à 212 km au sud de East Cape, sur la péninsule de Floride. La République comprend l’île entière ainsi que la Isla de la Juventud (« île de la Jeunesse »), mais l’entrée de la baie de Guantánamo est occupée depuis 1898 (officiellement loué depuis 1903) par les États-Unis qui y ont installé une importante base navale (que les États-Unis maintiennent malgré l’opposition du gouvernement cubain).

Climat

Varadero
Cuba est régulièrement frappée par des ouragans pendant l’été et l’automne. Parmi ceux-ci, l’ouragan de Cuba de 1910 a été particulièrement marquant, affectant l’île durant 5 jours. En juillet 2005, l’ouragan Dennis a fait 16 morts selon les autorités, provoqué d’importants dégâts et plus d’un million et demi de personnes furent obligées d’évacuer. Avec des vents de 300 km/h, ce dernier ouragan est passé à la catégorie 4 de l’échelle de Saffir-Simpson qui compte 5 catégories. La saison cyclonique 2008 a beaucoup pesé sur l’économie cubaine, surtout l’agriculture et l’élevage : les destructions causées par les cyclones sont évaluées par le dirigeant Raúl Castro à 10 milliards de dollars (7,9 milliards d’euros)20. 500 000 foyers ont été affectés, 156 000 hectares de canne à sucre ont été détruits et 500 000 ont été inondés20.

Face à des situations de crises régulières que causent les ouragans, le peuple cubain et l’État ont acquis une certaine expérience et mis en place une logistique permettant de protéger les personnes et les biens des vents sauvages assez fréquents dans l’île. Dix ouragans majeurs ont frappé Cuba entre 1985 et 2004, ne provoquant que vingt-deux décès. Ainsi quand Cuba fut frappé par l’Ouragan George en 1998, il n’y eut que quatre morts contre 600 dans les autres pays touchés. De même l’ouragan Charley d’août 2004 provoqua quatre morts à Cuba contre 30 en Floride. Pour le responsable de l’agence des Nations unies « International Straegy for Disaster Reduction » M. Salavano Briceno, cette réussite cubaine repose sur l’importance de l’effort éducatif et de prévention consenti par les autorités cubaines. La qualité des services de secours cubain a fait l’objet d’un forum spécifique lors de la « World Conference on Disaster Reduction » de janvier 200521.

L’île située au sud du tropique du cancer jouit essentiellement d’un climat tropical qui est presque partout rendu agréable par les alizés. La moyenne de température s’élève à 25,5 °C ou 78 °F. L’air ambiant est très humide22. La saison sèche va de novembre à avril. Le mois d’août est le plus pluvieux. Mais il ne pleut jamais plus de quarante-huit heures consécutives.

Subdivisions administratives

Maison d’habitation traditionnelle dans un village de Cuba
Article détaillé : Provinces de Cuba.
Le pays est divisé en 15 provinces et une « municipalité spéciale » (l’île de la Jeunesse qui ne constitue pas une province à part entière). Chaque province est divisée en municipalité qui sont actuellement au nombre de 172 sur l’ensemble du territoire cubain.

Les provinces cubaines sont :

Pinar del Río
Artemisa
Ciudad de la Habana
Mayabeque
Matanzas
Cienfuegos
Villa Clara
Sancti Spíritus
Ciego de Ávila
Camagüey
Las Tunas
Granma
Holguín
Santiago de Cuba
Guantánamo
Villes
Article détaillé : Villes de Cuba.
Les principales villes du pays sont :

La Havane (capitale)
Pinar del Río
Varadero
Holguín
Banes
Guantánamo
Palma Soriano
Trinidad
Ciego de Ávila
Santiago de Cuba
Santa Clara
Camagüey
Baracoa
Cienfuegos
Bayamo
Sancti Spíritus
Las Tunas
Nueva Gerona
Matanzas
Îles cubaines
Cayo Ensenacho
Cayo Guilermo
Cayo Largo
Cayo Romano
Cayo Santa Maria
Cayo Coco
Politique
Articles détaillés : Politique à Cuba et Relations entre Cuba et les États-Unis.

Che Guevara et Fidel Castro, photographiés par Alberto Korda en 1961.
Constitution
Le pays est régi par la Constitution de 1976. Cuba se présente comme un pays socialiste et se veut être une république unitaire des ouvriers et paysans et une république parlementaire. Le Parti communiste est le seul parti politique reconnu par la Constitution, qui le désigne comme « la force dirigeante supérieure de la société et de l’État »4. Néanmoins il ne peut désigner les candidats aux élections en effet ils sont désignés soit directement par les électeurs pendant des réunions publiques ou soit par les assemblés municipales. Le régime cubain est souvent de ce fait qualifié de dictature5,6, mais un débat existe en France et ailleurs sur la pertinence de cette qualification : le diplomate Jean Mendelson, estime ainsi en 2016 que « Cuba ne correspond à aucune case: ni démocratie représentative, ni dictature »23.

Pouvoir exécutif
L’organe suprême du pouvoir exécutif est le Conseil d’État, présidence collégiale composée de 31 membres élus par le Parlement pour cinq ans et dont le président exerce la charge de chef de l’État.

Les fonctions gouvernementales sont exercées par le Conseil des ministres dont la présidence est exercée par le président du Conseil d’État.

Fidel Castro est premier ministre de 1959 à 1976, puis, après l’abolition de cette charge, président du conseil d’État de 1976 à 2008. Il est devenu en 1965, premier secrétaire du Parti communiste de Cuba et en 1976 représentant à l’Assemblée nationale de la municipalité de Santiago de Cuba. Raúl Castro a été investi par l’Assemblée nationale à la tête de l’État en juillet 2008, succédant à son frère Fidel Castro. Il lui a succédé en 2011 à la tête du parti. Le 18 avril 2018, Miguel Díaz-Canel devient le premier président du Conseil d’État à ne pas être issu de la famille Castro. Raúl Castro reste toutefois à la tête du parti.

Pouvoir législatif
Le parlement cubain est l’Assemblée nationale du pouvoir populaire (Asamblea Nacional del Poder Popular). C’est l’organe suprême du pouvoir de l’État, doté des droits de voter les lois et de modifier la Constitution. Ses 614 membres sont élus pour cinq ans au scrutin uninominal majoritaire à deux tours. L’Assemblée nationale élit en son sein le Conseil d’État et son président par un vote à bulletin secret. Selon la Constitution, les députés doivent rendre des comptes régulièrement à leurs électeurs et sont révocables par ceux-ci24.

Élections
Les dernières élections municipales se sont tenues le 25 avril et 2 mai 2010, ayant désigné un peu plus de 15 000 délégués dans les 169 assemblées municipales. Selon la Constitution cubaine, c’est le seul scrutin permettant aux électeurs cubains de désigner directement leurs candidats lors de réunions publiques. En pratique, les délégués n’ont obtenu aucun pouvoir supplémentaire lors de la réforme constitutionnelle de 199225,26. De plus, selon une étude de Christian Nadeau, le Parti Communiste Cubain serait affecté par des problèmes de corruption27.

Lors des élections générales du 20 janvier 2008, les délégués municipaux ont désigné à leur tour les candidats à l’Assemblée nationale du pouvoir populaire (614 députés), et aux 14 Assemblées provinciales (1 200 délégués sur tout le pays). Parmi ces candidats, les députés sont élus au suffrage universel direct.

L’Assemblée nationale a ensuite élu les 31 membres du Conseil d’État qui, selon la constitution cubaine, ont investi le 24 février 2008 Raúl Castro président de la république de Cuba.

Forces armées
Article détaillé : Forces armées cubaines.
L’armée cubaine, appelée « Forces armées révolutionnaires », a été très développée durant la guerre froide avec l’aide massive de l’URSS, ainsi l’armée cubaine compta 162 000 hommes en 1985. Elle est en forte régression depuis 1990, son effectif était de 105 000 militaires en 1995 et de 49 000 soldats en 2004.

En 2003, le budget de la défense était à 4 % du produit intérieur brut28 et estimé à 380 millions de dollars29.

Le gouvernement cubain s’appuie également sur plusieurs forces paramilitaires et milices tels la Ejército Juvenil del Trabajo (armée des jeunes travailleurs), les Milicias de Tropas Territoriales (milices territoriales) et Comités de Defensa de la Revolucion (comités de défense de la révolution) sous contrôle du ministère de l’Intérieur30.

Elle a été massivement engagée dans plusieurs pays d’Afrique dès les années 196031. Elle a notamment participé à la bataille de Cuito Cuanavale.

Libertés politiques
Selon Amnesty International, les libertés fondamentales d’expression, d’association et de circulation32 sont réduites, ce qui aurait contribué à provoquer l’exode de centaines de milliers de Cubains, réfugiés notamment en Floride. Selon Christian Nadeau, dans les années 1990, le pouvoir a maintenu un contrôle strict de la société civile, notamment par le biais des Comités de défense de la révolution, et augmenté la présence policière26. Toujours selon Christian Nadeau, en 1996, Raúl Castro a proclamé la fermeture politique totale de Cuba et la réforme constitutionnelle de 2002 a verrouillé toute possibilité de dissidence33. Selon Yannick Bovy, la répression s’est alors intensifiée à l’égard de toute opinion contraire à celle du gouvernement34,35.

Des opposants au régime sont en prison : selon Amnesty, 62 personnes étaient incarcérées pour des raisons politiques fin 200732. Cependant, selon Salim Lamrani, Amnesty admet que ces personnes ont accepté de toucher de l’argent de l’étranger, ce qui, en droit international, les classe non pas en opposants politiques mais en « agents stipendiés par une puissance étrangère » et tombent dans le cadre de la loi pénale36. Ces personnes ont été condamnées par un tribunal cubain pour avoir reçu de l’argent de la Section des Intérêts des États–Unis à La Havane37, d’avoir collaboré clandestinement avec des médias américains et avoir diffusé de fausses nouvelles sur l’île, ce qui relève de la trahison. Trahison aussi et surtout parce que les informations payées38 par l’administration américaine et diffusées par ces collaborateurs permettent aux États-Unis de justifier en partie le maintien de l’embargo sur Cuba. Cet épisode est un aspect de la guerre politique et économique que se livrent Cuba et les États-Unis depuis 60 ans ou le vrai du faux est difficile à appréhender. Les détracteurs du gouvernement cubain les qualifient de « prisonniers politiques », tandis que ses partisans préfèrent le qualificatif de « mercenaires ».

Ignacio Ramonet du Monde diplomatique souligne pour sa part que lorsque Raúl Castro arriva à la tête de l’État en 2008, il lança un vaste débat à l’échelle du pays pour déterminer les attentes principales de la population. De nombreuses critiques y furent formulées contre certains aspects de la politique menée39.

À la Commission des droits de l’homme de l’ONU, Cuba était toujours l’objet de critiques pour violations des droits de l’Homme40. Sur ce point, Cuba a dénoncé une « manipulation » de la part du gouvernement américain : les résolutions condamnant Cuba étaient présentées par les États-Unis et leurs alliés, et votées à une courte majorité, sous pression du gouvernement américain selon Cuba41.

En juin 2007, le Conseil des droits de l’homme a supprimé le poste de rapporteur spécial de l’ONU pour les droits de l’homme à Cuba, occupé par la juriste française Christine Chanet. En 2006, Cuba est élue membre du Conseil par l’Assemblée générale de l’ONU, lorsque celui-ci remplace la Commission. Le 12 mai 2009, Cuba a été réélue pour une seconde période de trois ans.

Bien que Cuba n’ait pas aboli la peine de mort, la dernière exécution en date remonte à 2003. En 2010, l’ile ne compte plus aucun condamné à mort, les dernières condamnation ayant été commuées42.

Selon l’ONG des droits de l’homme Amnesty International, 8 600 personnes ont été arrêtées pour des motifs politiques en 2015, pour des durées allant généralement de 1 à 30 heures43.

Économie
Article détaillé : Économie de Cuba.

Puits de pétrole à Boca de Jaruco.

Pont de Bacunayagua, le plus haut de Cuba.
Au lendemain de la prise de pouvoir, le gouvernement nationalise en 1960, 90 % du secteur industriel et 70 % des terres agricoles44. Il confisque les entreprises américaines, en représailles contre le non-respect du Sugar Act, qui prévoyait l’achat par les États-Unis du sucre à des prix au double de celui du marché, et conclut un accord commercial avec l’URSS. Le gouvernement cubain met en place une économie planifiée. La plupart des moyens de production sont contrôlés par l’État et la plupart de la main-d’œuvre est employée dans le secteur public. Ces dernières années le secteur privé s’est développé. En 2000, le secteur public représentait 77,5 % des emplois et le secteur privé 22,5 % alors qu’en 1981 le rapport était de 91,8 % et 8,2 %45. L’investissement est réglementé et la plupart des prix sont fixés par les autorités publiques.

La chute de l’Union soviétique et du COMECON qui priva l’île de ses principaux partenaires commerciaux et l’embargo des États-Unis eurent de lourdes conséquences sur l’économie cubaine. L’Union soviétique achetait le sucre cubain à un prix supérieur au prix du marché et fournissait du pétrole à bas prix. En 1992, le niveau des échanges avec les pays de l’ex-COMECON représentait moins de 7 % du niveau de 1989. Dans le même temps, le PNB cubain chuta de 34 %, les revenus par habitant de 39 %. En 1992, les États-Unis ont resserré l’embargo contre Cuba, tout bateau qui entrait dans un port cubain était refusé d’accès aux États-Unis pendant six mois. Des centaines de tonnes de nourriture et de médicaments étaient prises en otage. Quelques années plus tard, l’embargo fût intensifié, chaque pays qui commerçait avec Cuba se voyait interdit d’accès aux États-Unis, l’accès de Cuba aux capitaux étrangers s’écroulait.

Face à cette crise économique, Cuba libéralisa un peu son économie. Le développement d’entreprises privées de commerce et de manufactures fut permis, ainsi que la légalisation du dollar américain dans les magasins pour un temps (non permis depuis 2004). Le tourisme fut aussi encouragé. En 1996, l’activité touristique représentait plus que la culture de la canne à sucre en termes de devises. 1,9 million de touristes ont visité l’île en 2003, pour l’essentiel des touristes venant du Canada ou de l’Union européenne, générant 2,1 milliards de dollars de revenus46. La productivité cubaine demeure cependant insuffisante et les performances de l’économie entravées par le manque de moyens de transport47.

Sur la côte entre La Havane et Varadero, des pompes à pétrole rappellent que Cuba produit 4 millions de tonnes de brut par an. Le pays en importe aussi du Venezuela, « à prix d’ami ». Le régime, qui espère trouver des gisements offshore, a autorisé le géant pétrolier espagnol Repsol à prospecter au large de la capitale cubaine48.

Les prévisions de croissance de l’économie Cubaine pour 2012 tournent autour de 3,4 %.

Agriculture
Article détaillé : Agriculture à Cuba.
Avant les années 1990, l’agriculture cubaine était basée sur le modèle productiviste, système rendu possible par le partenariat avec l’Union soviétique qui fournissait pétrole, fertilisants, pesticides et machines agricoles. L’arrêt brutal de ces approvisionnements, l’embargo des États-Unis entraina une grave crise alimentaire, l’agriculture cubaine fut décimée ; les coupures de courant étaient fréquentes, la faim et la sous-alimentation étaient répandues [réf. nécessaire]. Contraint par ces événements, Cuba est alors passé d’une agriculture intensive et productiviste dirigée vers l’exportation à une agriculture extensive et biologique de proximité49. L’agriculture vivrière est très développée à Cuba et en particulier l’agriculture urbaine50 et biologique51. Le pays est aussi très en pointe en matière d’agroécologie et d’agroforesterie52. Seules les cultures d’exportation comme le tabac sont restées sur le modèle productiviste et intensif53. En 1996, l’objectif de fournir 300 grammes de légumes frais par jour à chacun était atteint54,55,56. Cuba est, selon l’UNICEF, le seul pays d’Amérique latine à s’être débarrassé de la sous-nutrition sévère chez les enfants57.

Cette reconversion a été un succès, l’île de Cuba enregistre alors le meilleur score en matière de production alimentaire dans toute l’Amérique latine et les Caraïbes, soit un taux de croissance annuel de 4,2 pour cent par habitant de 1996 à 2005, contre un taux moyen de 0 pour cent dans le reste de la région58.

La recherche agricole y est notamment basée sur la phytosélection participative qui associe étroitement chercheurs et agriculteurs dans l’amélioration des semences59.

Ferme de Tabac à Pinar del Río
Café
On doit l’arrivée de la “Coffea arabica” en sol cubain en 1748 à Don José Antonio Gelabert60, a d’abord été cultivé en quantités très limitées. La production ne prend son essor qu’après la forte croissance caféière vécue chez le voisin français lors de la Révolution du café de Saint-Domingue.

La révolution du café à Cuba désigne la période au cours de laquelle l’île est devenu le premier producteur mondial de café, grâce à un développement très rapide des plantations au cours des trois premières décennies du xixe siècle. Cette période a profondément transformé la culture et la démographie de l’île, avec l’arrivée massive d’esclaves noirs et d’immigrants d’origine non-espagnole, principalement français. Cette “révolution” agricole, temps fort de l’histoire de la caféiculture, s’est principalement déroulée aux alentours de La Havane et dans l’est de l’île, région alors peu habitée, sur les pourtours du port de Santiago de Cuba et de la Sierra Maestra, qui culmine à 1 974 mètres au Pico Turquino, plus haut sommet du pays.

Canne à sucre
En 1987, plus de 7 millions de tonnes de cannes à sucre sont produites. Les sacs de 50 kg sont expédiés durant la guerre froide surtout vers les pays de l’Est mais également en Libye. Cuba est devenu le premier exportateur mondial de canne à sucre. Cependant, cette culture a souffert au cours des années 1990 des problèmes d’approvisionnement en énergie, après la fin des grands accords de troc entre Cuba et l’URSS, qui voyaient cette dernière échanger du pétrole contre du sucre cubain. Sur les six premières années de la décennie 2010, Cuba n’est jamais parvenu à réintégrer le palmarès des huit plus grands producteurs mondiaux de sucre61, en raison du déclin opéré vingt ans plus tôt.

Logement
Le castrisme n’avait pas aboli la propriété privée. Et 85 % des Cubains sont propriétaires de leur logement. Jusqu’en 2012, ils pouvaient seulement « permutar », échanger leur appartement. Désormais, ils sont autorisés à acheter ou vendre leur bien, dans la limite d’un logement principal et d’une résidence de vacances. Comme les agences immobilières restent interdites, une bourse aux logements se tient tous les samedis sur le paseo del Prado, à La Havane62.

Il semble ne pas y avoir de sans-abris à Cuba. Bien que le logement ne soit pas gratuit, il est fortement subventionné. Les bidonvilles ont été progressivement éliminés depuis la révolution. Une étude de l’université Harvard publiée en 2002 soutient que la proportion de logements insalubres est passée de près de 50 % en 1960 à moins de 15 %63.

Industrie pharmaceutique
Après le tourisme, c’est le secteur des biotechnologies qui arrive en deuxième position : 32 instituts et entreprises sont rassemblées sous l’égide de la holding publique BioCubaFarma, laquelle emploie plus de 21 000 salariés et est le premier exportateur de biens du public (plus de 680 millions de dollars en 2013)64,65. Les produits les plus exportés sont le Heberprot-P, l’érythropoïétine humaine recombinante (iorHuEPO) ou la technologie SUMA65.

L’industrie pharmaceutique cubaine est l’une des six au monde produisant une protéine nommée interféron (INF). Elle produit aussi le facteur de croissance épidermique, utilisé dans des crèmes très efficace contre les brûlures ; le vaccin contre l’hépatite B ; le vaccin antiméningocique de type B, la streptokinase recombinante utilisée dans l’infarctus du myocarde et l’embolie pulmonaire, des modulateurs immunologiques, antihypertenseur, hypocholestérolémiant et médicaments anticancéreux[réf. nécessaire].

Le gouvernement américain a autorisé la mise en vente aux États-Unis de deux vaccins élaborés à Cuba, devenu un grand exportateur de médicaments génériques66.

Des scientifiques cubains ont présenté en mars 2012 lors d’un congrès de la biotechnologie à La Havane leurs progrès dans le développement d’un vaccin contre le virus du sida qui a été utilisé avec succès dans des expériences avec des souris et qui commenceront à être bientôt testé chez les humains[réf. à confirmer]67. Le gouvernement cubain financera ce projet à hauteur de 200 millions de dollars par an[réf. nécessaire].

Relations économiques avec les États-Unis
Article détaillé : Relations entre Cuba et les États-Unis.
Les États-Unis sont le troisième fournisseur de Cuba avec 11 % des importations en 2004-200668,69. En 2012, les États-Unis sont le premier fournisseur de biens alimentaires et agricoles à Cuba, ces secteurs n’étant pas concernés par l’embargo70.

Washington possède une Section d’intérêts des États-Unis à La Havane71. Enfin, les Cubains exilés en Floride envoient sur l’île des Remesas, c’est-à-dire de l’argent sous forme de mandats. Après avoir été légalisé comme les autres monnaies étrangères en août 1993, le dollar américain ne peut plus être utilisé comme moyen de paiement direct depuis 200472.

Embargo américain
Article détaillé : Embargo des États-Unis contre Cuba.
Les États-Unis mettent en place un embargo sur Cuba en 1962. En 1998, le président américain Bill Clinton déclara que Cuba n’était plus une menace pour les États-Unis et assouplit l’embargo72. La même année, les vols directs avec Cuba purent reprendre73. Depuis 2001, à la suite de l’allègement de l’embargo, les sociétés américaines peuvent vendre certains produits agroalimentaires et des médicaments à Cuba. La plupart des importations agroalimentaires à Cuba viennent des États-Unis71. Les agriculteurs américains souhaitent par ailleurs renforcer leurs exportations vers Cuba74.

En avril 2004, 77 entreprises ont été condamnées à une amende de 200 millions de dollars américains pour avoir fait du commerce avec Cuba, malgré l’embargo des États-Unis (dont la banque suisse UBS, à hauteur de 100 millions de dollars, pour avoir réalisé du change pour le compte de l’état cubain et d’autres états concernés par les embargos des États-Unis75,76,77). La Banque suisse UBS a répercuté cette amende à son client cubain. Pour contrer cette mesure, l’état cubain a décidé que les dollars américains doivent être convertis en Peso Convertible Cubain (CUC) dans un bureau de change agréé. Le change des USD en CUC subit une taxe de 10 % correspondant au taux d’amende américain.

Lors de sa visite à Cuba, le pape Jean-Paul II avait bien fait comprendre qu’il était contre cet embargo78. Le président élu Barack Obama s’est déclaré favorable à un allègement de l’embargo imposé à Cuba, mais cette mesure est soumise à l’autorisation du congrès. L’embargo a été légèrement assoupli sous la présidence d’Obama : en mars 2009, le Congrès autorise les citoyens américains d’origine cubaine à se rendre à Cuba une fois par an16 ; puis, le 13 avril 2009, le président annonce la fin des restrictions sur les voyages et les transferts d’argent des Cubano-Américains vers l’île16. Il est toujours interdit d’envoyer de l’argent à des membres de la fonction publique ou de l’armée cubaine16, et le blocus est, dans sa plus grande partie, maintenu, même s’il a été condamné plusieurs fois par l’ONU. L’embargo est l’une des principales causes des difficultés de l’île (avec la chute du Bloc de l’Est et donc de ses partenaires commerciaux).

L’embargo ne concerne pas les médicaments, sous réserve qu’ils obtiennent une licence79. Le gouvernement cubain soutient néanmoins devant l’Assemblée générale de l’ONU que les États-Unis font un embargo sur les médicaments, et violeraient donc les Conventions de Genève80. L’embargo ne porte pas non plus sur les matériels de télécommunications et les produits agro-alimentaires81,16, faisant des États-Unis le premier exportateur pour l’économie cubaine, particulièrement dans le secteur alimentaire : le montant des exportations américaines vers l’île s’élève aujourd’hui à 500 millions de dollars par an81. En 2008, entre 35 à 45 % des importations alimentaires à Cuba viennent des États-Unis, qui sont devenus les premiers fournisseurs de nourriture de l’île20. Mais, d’après le rapport de Cuba à l’ONU en 2001, les restrictions sur l’importation des aliments et médicaments empêchent l’île de subvenir totalement aux besoins de la population82. Selon Ricardo Alarcón, président de l’Assemblée nationale cubaine, le paiement des aliments doit se faire à l’avance, sans crédit et dans une autre monnaie que le dollar, ce qui restreint les possibilités d’achat et augmente les coûts83.

L’ONG Centre Europe-Tiers Monde juge que l’embargo américain est « illégitime et immoral en ce qu’il s’attaque aux acquis sociaux réalisés par Cuba depuis des années et met en péril les réussites — reconnues par nombre d’observateurs internationaux indépendants (notamment ceux de l’OMS, de l’UNESCO, de l’UNICEF ou maintes ONG) — que sont ses systèmes publics d’éducation, de recherche, de santé et de culture, participant du plein exercice des droits de l’homme » ; l’ONG estime que cet embargo porte en outre sur des domaines comme l’alimentation, les médicaments ou équipements médicaux et les échanges d’informations scientifiques84.

Relations économiques avec le Venezuela
Article détaillé : Relations entre Cuba et le Venezuela.
S’étant significativement améliorées sous la présidence d’Hugo Chávez, les relations entre Cuba et le Venezuela s’accentuent notamment grâce à une aide au développement, une coopération entre les entreprises, des transactions financières, l’échange des ressources énergétiques et des technologies de l’information et de la communication dans les domaines des services de renseignement et militaires. Une caractéristique des échanges Cuba-Venezuela est que les biens sont peu coûteux pour le pays d’exportation, mais d’une grande importance pour le pays importateur.

En avril 2005, Cuba et le Venezuela créent l’Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA), organisation de coopération sociale, politique et économique. Celle-ci a depuis été rejointe par la Bolivie, le Nicaragua, la Dominique et le Honduras. En avril 2009, les pays membres approuvent l’idée de la création d’une monnaie commune, le « SUCRE » (acronyme pour ‘Système Unique de Compensation REgional’, du nom d’Antonio José de Sucre), visant à réduire leur dépendance au dollar américain85.

Éducation, sciences et santé

Le bâtiment El Capitolio est l’académie des Sciences cubaine à La Havane.
Les dépenses publiques de santé s’établissaient en 2004 à 5,5 % du PIB, les dépenses publiques d’enseignement à 9 % du PIB (2002-2005). Cuba se trouve à la quatrième place selon le classement du PNUD en Amérique latine et à la quarante-huitième place dans le monde pour l’indice de développement humain86.

Dans le Rapport sur le développement humain 2013 du PNUD, Cuba est passé à la vingt-sixième place pour l’IDH, et ses dépenses de santé et pour l’éducation représentent respectivement 9,7 % et 12,7 % du PIB87. L’UNICEF désigne Cuba comme le pays le plus avancé sur les droits des enfants dans la zone Amérique latine/Caraïbes et seulement devancé par le Canada dans tout l’hémisphère occidental88.

Cuba est devenu en 1965 le premier pays latino-américain à légaliser l’avortement, et est resté le seul jusqu’en 2012 et sa légalisation en Uruguay89.

Éducation

Pinar del Río
Fidel Castro a, dès 1961, nationalisé les universités, et autres écoles, et les a rendues gratuites. Il n’y a pas de frais pour les étudiants. Cependant, avec les difficultés de 1990, l’éducation de qualité s’est montrée dure à appliquer.

Avant la révolution cubaine, le taux d’alphabétisation à Cuba, était déjà de 78 %35, alors que la moyenne mondiale était de 44 %90,91. Selon le PNUD, Cuba se situe au troisième rang mondial avec un taux d’alphabétisation de 99,8 % aujourd’hui92), à égalité avec l’Estonie et devant les États-Unis (93,3 %).

Pendant les années 1960-1980, les étudiants furent contraints de participer aux travaux agricoles (récolte de la canne à sucre), d’assister aux réunions syndicales et de partir en mission en Afrique93. Une partie de la matière grise formée dans les universités cubaines émigra pour échapper aux conditions de vie93. La moitié des médecins cubains étaient en mission à l’étranger66.

La plus ancienne université du pays est celle de La Havane fondée en 1728. Parmi les autres établissements d’enseignement supérieur, on peut citer, par ordre d’importance, l’université de Santiago de Cuba, l’université de Santa Clara (Universidad Central de Las Villas ayant pour antennes l’université de Cienfuegos et des centres universitaires de Sancti Spiritus), l’université de Camagüey, l’université de Pinar del Río, l’université de Ciego de Ávila, l’université de Granma, l’université de Holguín, l’université de Matanzas et l’université catholique de Santo Tomás de Villanueva.

Mais le nombre d’universités a considérablement augmenté depuis 1959.

Médecine

Pharmacie à La Havane
Historiquement, Cuba est bien classé en termes de personnel médical et a contribué de façon significative à la santé depuis le xixe siècle94. Aujourd’hui Cuba dispose d’une sécurité sociale universelle, et bien que les pénuries de fournitures et de matériels médicaux persistent le pays ne connaît pas de pénurie du personnel médical95. Les services de soins sont disponibles gratuitement partout sur l’île et le taux de mortalité infantile est comparable à celui des pays développés95. De même le gouvernement cubain a consacré en 2009 près de 12 % de son PIB au système de santé, soit autant que la France ou l’Allemagne, selon la Banque mondiale96. L’île dispose du plus important centre de biotechnologie au monde97.

D’après l’Organisation des Nations unies, l’espérance de vie à Cuba est de 78,2 ans (76,2 pour les hommes et 80,4 pour les femmes). Cela place Cuba au 37e rang mondial et au 3e dans les Amériques (derrière le Canada et le Chili juste devant les États-Unis). Le taux de mortalité infantile à Cuba est passé de 32 ‰ en 1957 à 10 ‰ dans les années 199098.

Après la Révolution, Cuba a connu une dégradation générale en termes de maladie et de mortalité infantile dans les années 1960 lorsque la moitié de ses 6 000 docteurs ont fui le pays99. Le rétablissement s’est produit dans les années 1980100, après quoi le système de santé cubain a été globalement félicité101. Le gouvernement communiste affirme que la couverture santé universelle est devenue une priorité nationale et que des progrès ont été réalisés dans les régions rurales102. Comme le reste de l’économie cubaine, le secteur médical connaît de nombreuses pénuries depuis la fin des subventions soviétiques en 1991, suivies par le renforcement de l’embargo américain en 1992103. Ainsi en 2011, le Bureau des actifs étrangers du département américain du Trésor avait gelé 4,2 millions de dollars destinés à Cuba par le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme104.

Formation médicale et médecin à Cuba
Les difficultés rencontrées par Cuba sont en particulier des médecins peu payés (entre 25 et 40 dollars par mois, ce qui est légèrement supérieur à la moyenne nationale105, si bien que d’après certains Cubains soit les médecins sont de mauvaise qualité soit ils reçoivent des dessous-de-table106,107), le manque d’infrastructure, d’équipement et l’absence chronique des médicaments de base108,105. Néanmoins, Cuba a le taux de médecins par habitant le plus élevé au monde et a envoyé des centaines de docteurs dans plus de quarante pays109. Ainsi les autorités cubaines estiment qu’il y a 40 000 médecins et personnels de santé cubains qui travaillent à l’étranger. Cette pratique rapporte 6 milliards de dollars par an à l’État, soit trois fois plus que le tourisme. C’est pourquoi en 2013 Raul Castro envisage de faire payer certains pays, comme la Bolivie, le Pérou ou l’Éthiopie, qui bénéficiaient jusqu’ici de médecins cubains gratuitement105. En échange de l’envoi de personnel médical au Venezuela, Cuba a aussi obtenu des prix réduits sur le pétrole qu’il importe96. De plus de nombreux d’étrangers viennent se faire soigner à Cuba où les soins sont 60 à 80 % moins chers qu’aux États-Unis110. Ainsi cent Québécois sont allés se faire soigner à Cuba en 2008111. Cependant, le journal britannique The Economist note en 2008 que le pays est « encore une fois au bord de la faillite » et qu’en particulier le secteur médical est entré dans un déclin prononcé112.

En théorie chaque bloc de maisons se voit désigner un médecin généraliste qui assure les vaccinations des enfants et les contrôles des femmes enceintes. Le médecin peut prescrire des médicaments qui peuvent en théorie être obtenus quasi-gratuitement dans les pharmacies publiques (qui sont les seules autorisées). Or d’après Al Jazeera de nombreux médicaments de base comme l’aspirine ne sont pas disponibles dans les pharmacies[réf. insuffisante] mais peuvent être facilement achetés au marché noir. De plus de nombreux patients apportent de l’argent ou des cadeaux à leur médecin pour espérer obtenir un rendez-vous[réf. insuffisante]. Ainsi le système est décrit comme gratuit mais lent et inefficace113. En plus du secteur public, un secteur médical privé est disponible pour les étrangers et les Cubains qui en ont les moyens. Ainsi d’après The Economist, les deux meilleurs hôpitaux de La Havane, Cira García et CIMEX, sont privés et bien meilleurs que les hôpitaux publics où les patients doivent apporter leurs propres draps et leur nourriture114.

Cuba forme aussi des médecins, ainsi en 1999, le gouvernement a créé l’École latino-américaine de médecine (Elam), considéré par l’ONU comme l’école de médecine la plus avancée au monde97, qui a accueilli depuis sa création plus de 30 000 étudiants venus de 70 pays115. Cette formation, initialement fournie gratuitement, demande depuis 2012 une contribution de certains pays bénéficiaires115. L’école entretient des projets de formation dans 67 pays, où sont inscrits plus de 26.000 étudiants. Cuba envoie de plus de l’aide humanitaire comme après le tremblement de terre du 8 octobre 2005 qui a ébranlé le Pakistan où 73 pour cent des victimes, soit 1 700 000 patients, furent soignés par les 2 600 travailleurs de la santé cubains qui participèrent aux secours internationaux116. Ils travaillèrent dans les trente hôpitaux de terrain complètement équipés et mis à disposition par Cuba. La mission Henry Reeve resta ainsi au Pakistan durant sept mois et Cuba accorda également 1 000 bourses à des jeunes pakistanais afin de leur permettre de venir étudier la médecine à Cuba117.

Réputation, récompense et comparaison avec d’autres systèmes de santé
Les médias cubains mettent fréquemment en avant la différence entre les enfants cubains et ceux de Bogota, Los Angeles, Buenos Aires, les « pueblos jóvenes » du Pérou, ou les favelas du Brésil[réf. nécessaire]. Tous les enfants cubains ont le droit d’acheter un litre de lait par jour à un prix abordable jusqu’à l’âge de 7 ans[réf. nécessaire]. En 2011 l’ONG « Save the Children » (organisation internationale américaine qui lutte pour les droits des enfants) a publié une étude mesurant la qualité des soins pour les enfants dans 161 pays. Il en ressort que Cuba est la première nation latino-américaine, en 8e position mondiale, devant l’Allemagne (10e), la France (12e), le Royaume-Uni (14e) et les États-Unis (15e)[réf. nécessaire].

En 1998 Fidel Castro a reçu la médaille de la Médaille d’or de la Santé pour Tous de l’Organisation mondiale de la santé118.

D’après, Joycelyn Elders, ancienne Surgeon General des États-Unis : « le système de santé cubain est plus efficace que celui des États-Unis. »119. Un article publié en 2010 par des professeurs de l’École de médecine de l’université Stanford dans la revue Science affirme que « malgré l’impact des restrictions sur l’approvisionnement en médicaments et matériel médical, les résultats sanitaires de Cuba sont comparables à ceux des pays développés »120,121.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, le système de santé cubain a valeur d’exemple pour tous les pays du monde. Selon les déclarations faites en juillet 2014 par Margaret Chan, sa directrice générale, « Cuba est le seul pays qui dispose d’un système de santé étroitement lié à la recherche et au développement en cycle fermé. C’est la voie à suivre, car la santé humaine ne peut s’améliorer que grâce à l’innovation »122,123,124. Selon elle, le monde doit suivre l’exemple de l’île dans ce domaine et remplacer le modèle curatif, inefficace et plus couteux, par un système basé sur la prévention, « Nous souhaitons ardemment que tous les habitants de la planète puissent avoir accès à des services médicaux de qualité, comme à Cuba ».

En 2015, Cuba devient le premier pays au monde à éliminer la transmission du sida de la mère à l’enfant125.

Population
Démographie

Évolution de la démographie entre 1961 et 2003 (chiffre de la FAO, 2005). Population en milliers d’habitants.
Article détaillé : Démographie de Cuba.

Étudiantes cubaines
Principaux indicateurs démographiques (2004)126 :

Taux de natalité : 11 pour mille habitants
Taux de mortalité : 7 pour mille habitants
Taux de mortalité infantile : 6 pour mille127
Espérance de vie des hommes : 75 ans
Espérance de vie des femmes : 79 ans
Taux d’alphabétisation des femmes : 99,7 %128
Taux d’alphabétisation des hommes : 99,7 %128
Indice de développement humain (2007) : 0,838 (51e place mondiale)127
La mortalité
La mortalité a fortement diminué entre 1950 et 2010.

Le taux de mortalité infantile est passé de 80,6 pour mille naissances vivantes en 1950-1955 à 5,3 en 2010129.

L’espérance de vie s’est améliorée entre 1950 et 2012. En 2012, elle est de 80 ans à la naissance. Cuba dépasse les États-Unis qui sont à 78 ans.

Évolution de quelques indicateurs démographiques[réf. nécessaire]
Années Natalité Mortalité Espérance de vie moyenne
1950–1955 29,7 ‰ 11,1 ‰ 59,5 ans
1960–1965 35,1 ‰ 8,8 ‰ 64,5 ans
1970–1975 26,7 ‰ 6,5 ‰ 71 ans
1980–1985 16,2 ‰ 6,4 ‰ 73,9 ans
1990–1995 14,9 ‰ 6,8 ‰ 75,3 ans
2000–2005 11,7 ‰ 7,2 ‰ 78 ans
Émigration

Un des 1 700 bateaux de réfugiés arrivé en Floride lors de l’exode de Mariel en 1980.
L’émigration cubaine est essentiellement en direction des États-Unis. Elle a connu un premier pic dans la décennie suivant la révolution castriste : entre 1959 et 1964, 144 700 personnes émigrent légalement vers les États-Unis, puis 244 700 entre 1965 et 1974. Kennedy fit adopter une disposition en 1963 qui donnait le statut de réfugié à toute personne cubaine en provenance directe de l’île. La loi d’Ajustement cubain, adoptée par le président Johnson le 2 novembre 1966, établit un statut spécial et exclusif : tout étranger né à Cuba ou au bénéfice de la nationalité cubaine pourra bénéficier du statut de résident permanent. Pour le gouvernement cubain, ces deux dispositions ne font que favoriser l’immigration clandestine, ceci dans un contexte où les États-Unis n’accordent que très peu de visas aux Cubains130.

L’exil des Cubains se calme à la fin des années 1970, avant de repartir à la hausse en 1980. Cette année, 94 000 Cubains émigrent officiellement aux États-Unis131, et dans les faits, près de 125 000 vers la Floride lors de l’exode de Mariel ; parmi eux, de nombreux prisonniers de droit commun sont expulsés par le régime72. L’émigration cubaine est plus faible dans les années 1980 et repart à partir de 1990; entre 1990 et 1995, 142 000 Cubains sont partis de Cuba, la plupart vers les États-Unis ; entre 1994 et 2000, ce nombre s’est élevé à 210 000 personnes132.

Aujourd’hui, on estime à entre 1,7 million133 et 2 millions de Cubains, soit entre 11 et 15 % de la population du pays, vivent à l’extérieur de l’île134. Selon Ricardo Alarcón, actuel président de l’Assemblée nationale cubaine, le nombre de Cubains ayant quitté l’île, non pas depuis 1959 mais depuis le début de l’histoire de l’émigration cubaine vers les États-Unis, dépasserait depuis 2004 le million de personnes135. Toujours est-il que, selon Sylvia Pedreza, professeur de sociologie à l’université du Michigan, les chiffres de l’US Census montrent que l’émigration légale entre 1959 et 2000 représente 828 577 cubains ayant quitté leur pays pour les États-Unis131.

New Jersey, 2010
La communauté cubaine de l’agglomération de Miami compte environ 650 000 personnes en 2006 (y compris celles nées aux États-Unis)136. Le comté de Miami-Dade est le principal foyer d’exilés137 cubains dans le monde. En valeur absolue, l’émigration cubaine vers les États-Unis est la deuxième138 ou la troisième139 du continent américain derrière le Mexique et le Canada140 mais la onzième en valeur relative, devant le Mexique en 1998 (taux d’émigration de 1,58 pour mille habitants pour Cuba contre 1,37 pour mille habitants pour le Mexique141), mais derrière lui sur la période 1991-1996.

En 2016, le flot d’émigration clandestine se maintient. Selon un reportage de Times Magazine, certains Cubains n’hésitent pas à accomplir un périple difficile de plus de 10 000 km consistant en un vol avion jusqu’au Guyana, puis la traversée clandestine de plusieurs frontières pour passer par le Brésil, le Pérou, l’Équateur et tous les pays de la côte pacifique afin d’atteindre la frontière des États-Unis via le Mexique142.

Langues
Article détaillé : Langues à Cuba.
Religion
Articles détaillés : Religion à Cuba et Santeria.

Cathédrale San Cristobal à La Havane.
La religion reflète la diversité culturelle de l’île. D’après certains chercheurs, 85 % des Cubains croient en quelque chose, alors qu’ils ne sont que 15 % à pratiquer régulièrement une religion143.

Après la révolution de 1959, Cuba est devenu un état officiellement athée et a limité la pratique religieuse. Le régime expulsa ou incarcéra plusieurs centaines d’ecclésiastiques143. Le nouveau gouvernement persécuta les pratiquants de la Santeria et les tint à l’écart du Parti communiste144.

Fidel Castro a déclaré en 1977 que « le processus révolutionnaire nécessaire en Amérique latine exigeait l’union entre marxistes et chrétiens ». Il s’est lui-même impliqué pour permettre l’adhésion des croyants au parti communiste cubain145. L’article 8 de la Constitution cubaine stipule que « l’État reconnaît, respecte et garantit la liberté religieuse146 ».

Depuis les années 1990, les religions connaissent un regain de vitalité dans l’île143. La crise provoquée par l’effondrement du bloc soviétique poussa de nombreux pauvres à se tourner vers la charité des églises. En 1992, Fidel Castro renonça officiellement à l’athéisme d’État147. De 1969 à 1998, le gouvernement avait supprimé Noël des jours fériés148. En janvier 1998, le pape Jean-Paul II a effectué une visite historique sur l’île, invité par le gouvernement cubain et l’Église catholique. Le régime a assoupli ses positions contre la religion puisqu’il est désormais possible pour les catholiques de devenir membres du PCC et de montrer publiquement des symboles religieux149. Cependant, un Bureau des Affaires religieuses, qui dépend du PCC, surveille toujours les activités des Églises qui doivent obtenir la reconnaissance des autorités147.

Cuba est traditionnellement un pays catholique. Parfois le catholicisme est très influencé par le syncrétisme. Une croyance syncrétique commune est la Santeria, qui est originaire de Cuba. 60 % de la population a reçu le baptême mais seuls 1,5 % sont des catholiques pratiquants143. L’Église catholique romaine est composée de la conférence des évêques catholiques cubains (COCC), menée par Jaime Ortega, cardinal et archevêque de La Havane. Elle est formée de onze diocèses, 56 ordres de nonnes et 24 ordres de prêtres.

Selon une étude du Centre de Recherches Psychologiques et Sociologiques, Cuba compterait un demi million de protestants sur une population totale de 11,2 millions de personnes. On recenserait par ailleurs 90 000 Témoins de Jéhovah, et cinq synagogues pour environ 1 500 Juifs143. Plusieurs centaines de milliers de Cubains pratiquent des cultes afrocubains143, qui connaissent un succès important. Parmi les rituels venus d’Afrique, la Santeria, est la plus répandue. Parmi les autres cultes africains pratiqués à Cuba figure le Palo Monte, pour lequel on utilise des herbes et autres éléments naturels à des fins magiques, ainsi que l’Abakuá, qui est plus qu’une société secrète de secours mutuel réservée aux hommes.

Société cubaine

Matanzas
D’après le recensement de 2002, 65 % des Cubains sont blancs, 10 % sont noirs et 25 % métis8. Selon un chercheur au Centre d’études des États-Unis (Esteban Morales), la discrimination des Noirs s’est accentuée à Cuba à partir des années 19908. Il y a 19 % des parlementaires qui sont noirs et cinq membres du Bureau politique sur 24144. Les Afro-cubains sont victimes de racisme dans la capitale, en dépit des efforts du pouvoir pour l’éviter150. Une enquête de la BBC de 2009 conclut qu’à Cuba « les Noirs occupent des places de travail inférieures, habitent dans les pires logements et sont majorité dans les prisons et minorité dans les universités » et le Comité pour l’élimination raciale de l’ONU s’est préoccupé du fait que 80-90 % des prisonniers cubains sont des afro-descendants. En 2010, le dissident noir Orlando Zapata meurt d’une grève de la faim, protestant contre ses conditions d’incarcération ; le dissident Manuel Cuesta Morúa estime qu’« on s’était acharné contre lui [Zapata Tamayo] parce qu’il était noir »151.

La crise que connaît Cuba depuis les années 1990 a entraîné une augmentation des inégalités sociales. Le salaire moyen mensuel d’un Cubain est actuellement de 15 dollars152. La population la plus pauvre a recours au recyclage et au système D car le salaire ne suffit plus. Le marché noir, lié au rationnement de la nourriture, la prostitution et la criminalité sont des phénomènes qui se développent dans l’île152. Le système repose en outre sur une corruption généralisée153.

Le Parlement cubain est paritaire154 mais l’instance suprême du pouvoir, le Bureau politique du Parti communiste, ne compte que quatre femmes sur 17 membres depuis son congrès de 2016155.

Légalité des mœurs et pratiques sexuelles
Circle-icons-scissors.svg Cette section est trop longue. Elle pourrait gagner à être raccourcie ou répartie en plusieurs sous-sections.
Il est également possible que sa longueur crée un déséquilibre dans l’article, au point d’en compromettre la neutralité en accordant à un aspect du sujet une importance disproportionnée.
Homosexualité
La condition des homosexuels à Cuba pourrait sembler meilleure que dans le reste de l’Amérique latine : l’homosexualité y est dépénalisée depuis 1979, et en 1998, un programme national à la télévision cubaine a initié une série de débats sur l’homosexualité afin de faire changer les mentalités156, mais Nicolas Balutet estime que ce discours de tolérance à l’égard de l’homosexualité n’est que de façade et relève, en fait, d’un vaste programme de propagande révélé dans le film Fraise et Chocolat, de Tomás Gutiérrez Alea (1993), film produit par l’État Cubain pour améliorer les conditions des homosexuels en témoignant sur les répressions qu’ils ont subit lors de la révolution cubaine157.

Selon Marcel Hatch, militant communiste et des droits des homosexuels, avant la révolution de 1959, « la vie des lesbiennes et des gays était marquée par un isolement extrême et une répression inscrite dans la loi et renforcée par le dogme catholique »158. Il décrit le milieu clandestin des homosexuels de l’époque comme « un bouillon de prostitution pour le tourisme des États-Unis ».

Il soutient que la révolution lança un processus pour l’amélioration de leur condition en proclamant l’égalité des sexes, mais que « le machisme latin, la bigoterie catholique et l’homophobie stalinienne » empêchèrent un véritable progrès dans ce sens. D’après José Luis Llovio-Menéndez, Fidel Castro a prononcé à cette époque des discours homophobes, assimilant l’homosexualité à une « décadence bourgeoise » et dénonça les « maricones » (« pédés ») comme des « agents de l’impérialisme »[réf. à confirmer]159. Le journal Lunes de Revolución fut interdit, ses écrivains gays publiquement dénoncés et renvoyés160. Le dramaturge Virgilio Piñera a été arrêté pour délit d’homosexualité en 1961 durant la nuit des trois P (pour « proxénètes, prostituées, pédérastes »)161 ; son œuvre fut censurée par le pouvoir162,163.

Pendant 18 mois158, entre 1965 et 1967, des centaines d’homosexuels hommes et femmes (dont Reinaldo Arenas), et de travestis dispensés du port des armes (tout comme les objecteurs de conscience et les analphabètes), furent envoyés dans des unités militaires d’aide à la production (UMAP) à la place du service en caserne. Pour les auteurs de Le Livre noir du communisme, il s’agissait de camps de concentration où ils devaient être « rééduqués »164 : les prisonniers vivaient des conditions très difficiles, ils étaient astreints au travail forcé, étaient mal nourris et subissaient des mauvais traitements164. Selon un témoignage recueilli par Ernesto Cardenal, ce serait Fidel Castro lui-même qui a décidé de la fermeture des camps en 1967, après s’être rendu compte, lors d’une visite à l’improviste, des excès qui y étaient commis165. Les homosexuels auraient été ensuite interdits dans l’éducation et dans la représentation artistique de Cuba à l’étranger. Des purges homophobes auraient été organisées, notamment à l’université de La Havane (toujours selon les auteurs du « livre noir du communisme »)164, ce que conteste fermement Fidel Castro pour qui la Révolution et l’éducation sont venues à bout des préjugés contre les homosexuels166.

Mariela Castro, nièce de Fidel Castro et militante LGBT, donne une autre version des UMAP : « Ce n’était pas des camps, c’étaient des unités militaires d’appui à la production qui s’étaient créés, comme une sorte de service militaire pour faciliter l’obtention d’une qualification aux fils d’ouvriers et de paysans qui à la sortie leur permettrait l’accès à un travail mieux rémunéré. Cela était l’idée qui avait été proposée au nouveau ministère des Forces armées Révolutionnaires. C’était une période avec beaucoup de confusions, une nation révolutionnaire était en train de se créer en même temps que des attaques de terrorisme d’État dont le peuple cubain était l’objet : c’était très difficile. Ce fut une des initiatives et dans certaines de ces unités se trouvaient des gens qui humiliaient les homosexuels, qui considéraient qu’il fallait les faire travailler pour qu’ils deviennent des « hommes ». Il fallait les « transformer », ça c’était l’idée de l’époque, et elle était ancrée dans le monde entier. Même les psychiatres pratiquaient des thérapies pour les faire devenir hétérosexuels »167. Elle ajoute cependant que l’enfermement dans ces camps fut une « violation des droits de ces personnes167 ».

Selon Vincent Bloch, « L’édification de l’homme nouveau » – rêvé par Che Guevara – est le prétexte idéologique du régime tout au long des années 1960 : « Au nom d’une moralité confuse et incertaine, les hippies, les homosexuels, les témoins de Jéhovah, les artistes idéologiquement « diversionnistes », sont envoyés dans des camps de concentration, appelés Unités militaires d’aide à la production (UMAP). En compagnie des hommes « non fiables » âgés de 18 à 27 ans, que le gouvernement juge imprudent d’initier au maniement des armes dans le cadre du Service militaire obligatoire (SMO), ils constituent la catégorie de citoyens dont la conduite est « impropre »168 ».

Depuis la fin des années 1970, la situation de l’homosexualité a beaucoup évolué à Cuba. La sodomie a été dépénalisée en 1989169, et les dernières références homophobes ont été supprimées de la loi cubaine en 1997. Cependant, le journal Tétu écrivait encore en 2006 : « Harcèlement policier permanent, interdiction des lieux de rencontre, internement pour les séropositifs, la dictature castriste impose toujours sa loi [aux homosexuels] »170. Depuis 1986, la “Commission Nationale sur l’Éducation Sexuelle” présente un programme d’éducation sur l’homosexualité et la bisexualité158.

Répression de l’homosexualité dans le monde.
En 1992, Vilma Espín, femme de Raúl Castro, a dénoncé publiquement la répression et les discriminations qui ont longtemps visé les homosexuels. Ce combat a été repris par sa fille Mariela Castro, actuellement présidente du Centre national d’éducation sexuelle. La même année, Fidel Castro précise : « Pour ma part, je ne souffre pas de cette sorte de phobie contre les homosexuels. Je n’ai jamais été en faveur ni n’ai fait la promotion ni soutenu de politique contre les homosexuels. C’est un ressentiment qui correspond, je dirais, à une époque issue du machisme. […] Nous avons vraiment évolué et on peut le constater surtout chez les jeunes, mais on ne peut pas dire que la discrimination sexuelle ait totalement disparu et nous ne devons pas faire semblant qu’elle n’existe plus »171. Dans cet entretien, il reconnaît l’importance qu’a prise l’homophobie à Cuba, tout en l’expliquant et en la condamnant.

Signe de cette évolution significative, il est à noter que Cuba fit partie des 66 pays de l’ONU à signer une déclaration en faveur de la dépénalisation universelle de l’homosexualité, en décembre 2008172.

Transidentité
La première opération de changement de sexe a été faite à Cuba en 1988, ce qui avait heurté la population et scandalisé l’Église catholique cubaine. Après une interruption de 20 ans et sur l’impulsion de Mariela Castro, une résolution a approuvé, en 2008, la réalisation d’opérations gratuites de changement de sexe. Mariela Castro Espín a participé dans l’île à une parade contre l’homophobie et elle milite pour les droits des LGBT (Lesbiennes, Gays, Trans et Bisexuels).

Depuis cette résolution, au moins 28 opérations de changement de sexe ont été pratiquées gratuitement dans l’île.

Un colloque international sur la transidentité intitulé « Trans-identités, genre et culture » s’est tenu à La Havane les 9, 10 et 11 juin 2010. Il a été organisé par deux associations cubaines, La Société cubaine multidisciplinaire d’étude de la sexualité, Le Centre national d’éducation sexuelle (Cenesex), et deux associations françaises : le Centre psycho-médical social (CPMS) de l’Élan retrouvé à Paris et une association scientifique, le TRIP (travaux de recherches sur l’inconscient et les pulsions).

Autres pratiques sexuelles
L’État cubain interdit un certain nombre d’autres pratiques sexuelles comme l’inceste, la polygamie et la pédophilie (loi pénale no 62 du 29 décembre 1987).

Il interdit par ailleurs toute contrainte sexuelle et toute expression publique à caractère sexuel de toute nature (loi organique 10/1995 du 23 novembre 1995).

Sport
En 1961 est créé l’Institut national du sport, de l’éducation physique et des loisirs, afin d’encourager la pratique sportive, y compris pour les handicapés173. Les rencontres sportives sont gratuitement accessibles pour les spectateurs depuis 1967.

Le sport professionnel, considéré comme un moyen « d’enrichir juste quelques-uns aux dépens du plus grand nombre » est interdit à Cuba depuis 1962. La mesure eut toutefois pour effet de provoquer la défection de plusieurs sportifs renommés cubains, intéressés par les salaires proposés par les pays occidentaux aux sportifs professionnels. Cuba obtient cependant des résultats croissants dans le domaine sportif : alors que l’ile n’avait obtenu aucune médaille d’or olympique entre 1906 et 1968, elle en remporte 31 entre 1972 et 1992173.

Le baseball est considéré à Cuba comme le sport national.

Culture
Articles détaillés : Culture de Cuba, Littérature cubaine et Musique cubaine.
Photo de cigare.
Cigare cubain.
Cuba est réputé notamment pour :

ses cigares, notamment les Habanos et les Cohiba, cigares cubains de renommée mondiale ;
son rhum, notamment le Havana Club, détenu par l’État cubain qui l’exploite conjointement avec le groupe Pernod Ricard174. Le rhum est une eau-de-vie obtenue par fermentation et distillation du jus de la canne à sucre ;
sa musique cubaine a produit un grand nombre de genres musicaux dont le mambo et le cha-cha-cha, le son dont Buena Vista Social Club a permis la redécouverte, le boléro. Aujourd’hui, elle s’exprime avant tout par la timba (proche de la salsa) et le reggaeton. Elle s’inspire aussi de la rumba congolaise, pour cause, la forte communauté originaire d’Afrique centrale (ex-Zaïre) depuis l’esclavage. Des chansons comme Guantanamera, Hasta siempre, Quizás, quizás, quizás sont mondialement célèbres…
Genres par ordre chronologique : Conga | Punto guajiro | Guaracha | Tumba francesa | Contradanza | Rumba | Habanera | Trova | Changüí | Danzón | Boléro | Son | Guajira | Mambo | Jazz afro-cubain | Filin | Cha-cha-cha | Pachanga | Nueva trova | Songo | Timba

Santiago de Cuba.
les vieilles voitures américaines (classées dans le patrimoine cubain, c.-à-d. qu’on ne peut les acheter et les faire sortir de l’île).
le révolutionnaire argentin Ernesto Guevara dit le « Che », aux côtés duquel Fidel Castro mena la révolution cubaine.
la santeria, religion syncrétique d’origine africaine, très présente dans la société cubaine. Selon l’historienne et anthropologue María I. Faguaga, la majorité de la population tient compte des prophéties publiées chaque année dans la Lettre de l’année publiée par les babalaos, les prêtres de la santería175.
les Cubains sont peu équipés en matériel informatique (3,3 ordinateurs pour 100 habitants, c’est-à-dire l’un des taux les plus faibles du monde)176.
Média
Articles détaillés : Médias à Cuba et Presse écrite à Cuba.
Après la prise de pouvoir de Fidel Castro, le nombre de titres de presse se réduit considérablement177 ; en 1965 : il ne reste plus que deux journaux, tous deux dépendants du Parti communiste : Granma et Juventud Rebelde (en)177.

Avant la Révolution cubaine, la capitale possédait 135 salles de cinéma dont la plupart ont été fermées. Il en reste une vingtaine aujourd’hui178.

Libertés de la presse et des médias
En 2016, le pays est classé 171e sur 180 par Reporters sans frontières pour le peu de liberté qui y est laissé à la presse (l’organisation déclarant par ailleurs que Cuba est « le pire pays d’Amérique latine en matière de liberté de la presse », avec des arrestations abusives, des menaces, des campagnes de dénigrement, des confiscations de matériel, des fermetures de site web ou encore un arsenal de lois restrictives43)179, mais l’objectivité de cette organisation est contestée par certains comme Rony Brauman. Cependant, d’autres organisations font le même constat que RSF : en 2008, Cuba est ainsi le second pays au monde avec le plus de journalistes emprisonnés selon le Comité pour la protection des journalistes (basé à New York, États-Unis), qui fait du pays le quatrième pire pays pour le traitement des blogueurs180. Guillermo Fariñas a fait une grève de la faim de quatre mois contre la censure d’Internet. Amnesty International écrit pour sa part que tous les médias sont aux mains du pouvoir et que cela rend impossible toute expression d’une voix dissidente181 ; l’ONG des droits de l’homme y est par ailleurs interdite depuis 199043.

Capter les chaînes étrangères de télévision resterait interdit par le gouvernement182,183. La publicité est toujours interdite à Cuba. La vente des ordinateurs aux particuliers était très limitée jusqu’en mai 2008184, et les cybercafés qui affichaient des tarifs prohibitifs sont maintenant à des tarifs raisonnables. En effet Cuba n’a pas pu se connecter aux câbles américains passant à quelques dizaines de kilomètres au large de la Havane à cause de l’embargo impliquant des surcoûts prohibitifs de connexion internet par satellite. Un câble de fibre optique reliant Cuba au Venezuela sera opérationnel courant 2011, multipliant la capacité de connexion de l’île par 3 000. Selon RSF, les connexions ne permettent pas d’accéder aux sites étrangers tandis que l’accès à internet serait soumis à autorisation185,186. Ainsi, Freedom House, une ONG américaine, classe Cuba comme pays dernier pour sa liberté d’expression sur internet, en dessous de l’Iran ou de la Chine. L’ONG écrit ainsi : « Le seul accès à Internet disponible pour la plupart des Cubains passe par les courriels, mais ceux-ci sont tous analysés par l’État »187. Salim Lamrani conteste les accusations portées contre Cuba sur la censure d’Internet, affirmant que, selon les rapports de Reporters sans frontières, des blogueurs opposés au gouvernement publient régulièrement des articles depuis Cuba, et que ces articles sont lus par beaucoup de Cubains, ce qui serait selon lui impossible s’ils n’avaient réellement pas accès à Internet.

Cuba détient le taux d’accès à internet le plus bas d’Amérique latine182 (17 internautes pour mille habitants contre 630 aux États-Unis et 430 en France127). Toutefois, le gouvernement explique cette déficience par des raisons pratiques et énergétiques découlant de l’embargo (contraignant Cuba à se connecter par satellite, ce qui multiplie les coûts) plutôt que par des choix politiques188. Seulement 5 % des foyers pouvant naviguer sur Internet, Amnesty International déclare que naviguer sur le web dans le pays est « censuré ». Par ailleurs, il était interdit jusqu’en 2008 de posséder un ordinateur personnel ou un lecteur DVD43. En 2014, dans le cadre de l’allègement de l’embargo, le gouvernement américain lève partiellement l’interdiction faite à Google de proposer ses programmes à Cuba189.

Cuba a développé sa propre encyclopédie en ligne, EcuRed, dont le but est de présenter le point de vue du décolonisateur. En 2013, Twitter a fermé le compte d’EcuRed ainsi que tous les comptes ayant des adresses IP liées au Joven Club de Computación y Electrónica190.

Jours fériés
Fêtes et jours fériés
Date Nom français Nom local Remarques
1er janvier Jour de la Libération Día de la Liberación
1er mai Fête internationale des travailleurs Dia Internacional de los Trabajadores
25, 26 et 27 juillet 26 juillet 1953, attaque de la caserne Moncada Día de la Rebeldía Nacional
10 octobre Le Cri de Yara (Grito de Yara), marquant le début de la Guerre des Dix Ans, première tentative d’indépendance du pays
25 décembre Noël Navidad Depuis 1998 (de 1969 à 1998, le gouvernement
avait supprimé le jour de Noël148)
Tourisme
Article détaillé : Tourisme à Cuba.
L’assouplissement de l’embargo des États-Unis contre Cuba en 2015 amène un regain de l’activité touristique à Cuba. Néanmoins, au-delà du charme exotique de la destination et du faible taux d’insécurité, la pauvreté, les coûts élevés, l’état des transports et des télécommunications, la qualité de la nourriture, la saturation de l’aéroport international José-Martí ou encore les relents de la propagande castriste sont critiqués191.

Personnalités
Circle-icons-scissors.svg Cette section est trop longue. Elle pourrait gagner à être raccourcie ou répartie en plusieurs sous-sections.
Il est également possible que sa longueur crée un déséquilibre dans l’article, au point d’en compromettre la neutralité en accordant à un aspect du sujet une importance disproportionnée.

Fidel Castro
Joaquín Albarrán
Fulgencio Batista
Mario García Kohly
Martha Fernández de Batista
Pedro Luis Boitel
Elena Mederos
Martha Frayre
Carlos Prío Socarrás
Alfredo Zayas Zayas
Julio Antonio Mella
Jorge Mas Canosa
Arnaldo Ochoa Sánchez
José Raúl Capablanca
Arnaldo Tamayo
Mario García Menocal
Juan Gualberto Gómez
José Agustín Caballero
América Arias
Sergio Carbó
Enrique José Varona
Jorge Mañach
Eduardo Chibás
Manuel Urrutia Lleó
Fidel Castro
Raúl Castro
Carlos Manuel de Céspedes del Castillo
Salvador Cisneros Betancourt, marquis de Santa Lucia
Beatriz de Jústiz Zayas, marquise Jústiz de Santa Ana
Vicente García González
Bartolomé Masó
Ignacio Agramonte
Calixto García
Amalia Simoni
Yarini
Enriqueta Almanza
Celia Sánchez Manduley
Juanita Castro
Osvaldo Dorticós Torrado
Antonio de la Guardia
Camilo Cienfuegos
Joseph Damingue
Rafael Díaz-Balart
Domingo del Monte
Ramón Grau San Martín
Ernesto Guevara dit Che Guevara ou El Che
María Teresa Mestre, grande-duchesse de Luxembourg
Francisco Javier Santa Cruz Mallén, comte de Jaruco
Antonio Maceo
Fernando Ortiz Fernández
Felipe Poey
Tomás Romay
Manuel Fernández Supervielle
Emilio Terry
Emilio Bacardí Moreau
Félix Varela
Mel Martínez
Severiano Heredia
Manuel Sanguily
Mariana Grajales
Carlos Alberto Montaner
Emiliano Heredia
José Miguel Gómez Gómez
Antonio Guiteras Holmes
Joaquín, Gumá, conde de Lagunillas
María Luis Gómez-Mena Villa, condesa Revilla de Camargo
María Luisa Gómez Mena
José Genaro Gómez Mena
Martha Abreu Arencibia
Rosalía Abreu Arencibia
Eutimio Falla Bonet
José Manuel Corina
Julio Lobo
Carlos Miguel de Céspedes
Carlos Manuel de Céspedes García-Menocal
José San Martín Odria
[[Rafael Guas Inclán]
Manuel Márquez Sterling Loret de Mola
Carlos Márquez Sterling
Eusebio Leal
Guillermo Belt
Carlos Hevia de los Reyes Gavilán
Federico Laredo Brú
Carlos Mendieta
Andrés Rivero Agüero
Agustín Tamargo
Porfirio Franca Alvarez de la Campa
Guillermo Portela Muller
Luis Gómez Wangüemert
Félix Lizaso
Emilio Roig de Leuchsenring
Carlos Saladrigas
Félix Lancís Sánchez
Ramón Zaydín
Anselmo Alliegro Milá
Emilio Núñez Portuondo
José Miró Cardona
Haydée Santamaría
Melba Hernández
Arts
Tomás Gutiérrez Alea, cinéma
Néstor Almendros, cinéma
Alicia Alonso, danse
Leo Brouwer, compositeur
José Lezama Lima, écrivain
Camila Cabello, chanteuse
Mirtha Pla, danseuse
Aurora Bosch, danseuse
Loipa Araújo, danseuse
Fernando Bujones, danseur
Rosario Suárez, danseuse
Guillermo Cabrera Infante, écrivain
Mario Cimarro, acteur
Celia Cruz, chanteuse
Los Aldeanos, rap.
Danay Suárez Fernández, chanteuse.
Eliseo Diego, poète
Angel Gaztelu, poète, prêtre
Cintio Vitier, écrivain
Rafael García Bárcena, philosophe
Julio García Espinosa, réalisateur
Ramón Peón, réalisateur
Manolo Alonso, réalisateur
Orlando Rojas, réalisateur
Humberto Solás, réalisateur
Fernando Pérez, réalisateur
Silvestre de Balboa, écrivain
José-Maria de Heredia, poète
Juan Clemente Zenea, écrivain
Juan Francisco Manzano, écrivain esclave
Anselmo Suárez Romero
Ramón de Palma, écrivain
Gloria Estefan, chanteuse
Ibrahim Ferrer, chanteur
Andy García, acteur
William Navarrete, écrivain
Wendy Guerra, écrivaine
José María Heredia, poète
Miguel de Carrión, écrivain
Julián del Casal, poète
Juana Borrero, écrivain
Ramón Meza, écrivain
Carlos Loveira, écrivain
Alfonso Hernández Catá, écrivain
Félix Pita Rodríguez, écrivain
Onelio Jorge Cardoso, écrivain
La Lupe, chanteuse
José Martí, écrivain, poète, et homme politique
Juan Formell, musicien
Eva Mendes, actrice
Raimundo Cabrera Bosch, écrivain
José Antonio Ramos, dramaturge
Carlos Enríquez, peintre
Rita Montaner, chanteuse
Pablo de la Torriente Brau, poète, martyr
Enrique Serpa, écrivain, journaliste
Gastón Baquero, poète
Lydia Cabrera, anthropologue
Dulce María Loynaz, écrivain
Nivaria Tejera, écrivain
Enrique Labrador Ruiz, écrivain
Lino Novás Calvo, écrivain
Luis Casas Romero, compositeur
Lorenzo García Vega, écrivain
Benny Moré, chanteur
Marcelo Pogolotti, peintre
José Nicolás de la Escalera, premier peintre
Federico Martínez, peintre
Miguel Melero, peintre
Leopoldo Romañach, peintre
Federico Fernández Cavada, peintre
Carlos Pío Uhrbach, poeta
Armando Menocal, peintre
José Joaquín Tejada Revilla, peintre
Guillermo Collazo, peintre
Enrique Carabia, peintre
Domingo Ramos, peintre
Antonio Sánchez Araújo, peintre
Juan Emiliio Hernández Giró, peintre
Armando Maribona, écrivain, caricaturiste
Conrado W. Massaguer, caricaturiste
José Zacarías Tallet, poète
Ignacio Villa dit Bola de Nieve, chanteur, compositeur
Enrique Riverón, peintre
Guy Pérez Cisneros, critique d’art
Fina García Marruz, poète
Wifredo Lam, peintre
Virgilio Piñera, écrivain
Severo Sarduy, écrivain
Calvert Casey, écrivain
César Leante, écrivain
Antonio Benítez Rojo, écrivain
Manuel Granados, écrivain
José Lorenzo Fuentes, écrivain
Mario Bauzá, musicien
Candido Camero, musicien
Patato Valdés, musicien
Olga Guillot, chanteuse
Alejandro García Caturla, compositeur
Ignacio Cervantes, compositeur
Amadeo Roldán, compositeur
Ernesto Lecuona, pianista, compositeur
Fernando Albuerne, chanteur
Pérez Prado, compositeur, musicien
Julián Orbón, compositeur
Lucrecia Pérez, chanteuse
Alberto Lauro, poète
Odette Alonso, poète
Albita, chanteuse
Marisela Verena, chanteuse
Arturo Sandoval, musicien
Elena Burke, chanteuse
Malena Burke, chanteuse
Pablo Milanés, chanteur, compositeur
Haydée Milanés, chanteuse
Esther Borja, chanteuse
Martha Pérez, chanteuse d’opéra
Linda Mirabal, chanteuse lyrique
Náyades Proenza, chanteuse lyrique
Eglise Gutiérrez, chanteuse lyrique
Moraima Secada, chanteuse
John Secada, chanteur
Roberto Torres, chanteur
Celina González, chanteuse
Alba Marina, chanteuse lyrique
Olga Chorens, chanteuse
Rosita Fornés, actrice
María Teresa Vera; chanteuse
Radeúnda Lima, chanteuse
Ramón Veloz, chanteur
Yolanda del Castillo, compositrice, pianiste
Numidia Vaillant, pianiste
Joaquín Ferrer, peintre
Roberto García-York, peintre
Rolando Laserie, chanteur
Orlando Contreras, chanteur
Israel López Cachao, musicien
Bebo Valdés, pianiste, compositeur
Willy Chirino, chanteur, compositeur
Hansel Martínez, chanteur, compositeur
Blanca Rosa Gil, chanteuse
Concha Valdés Miranda, compositrice
Chico O’Farrill, musicien
Machito, musicien
Margarita Lecuona, compositrice
Bobby Collazo, compositeur
Eduardo Davidson, compositeur
Rosendo Rosell, compositeur
María Luisa Chorens, actrice
Nazario López, compositeur
Guillermo Portabales, compositeur, chanteur
Zoraida Marrero, chanteuse
Armando Oréfiche, compositeur
José Dolores Quiñones, compositeur
Osvaldo Farrés, compositeur
José Carbó Menéndez, compositeur
Juan Bruno Tarraza, compositeur
Luisa María Güell, chanteuse
María Antonieta Pons, danseuse
Rita Longa, sculptrice
Florencio Gelabert Pérez, sculpteur
Luisa Fernández-Morrell Goebels, peintre
Teodoro Ramos Blanco, sculpteur
Juan José Sicre Vélez, sculpteur
Danina Chaviano, écrivain
Sandú Darié, peintre
Mirtha Cerra, peintre
Loló Soldevilla, peintre
Guido Llinás, peintre
Luis Martínez Pedro, peintre
Felipe Orlando, peintre
Roberto Diago, peintre
Agustín Cárdenas, sculpteur
Jessie Fernández, photographe
Néstor Almendros, réalisateur
Mariano Rodríguez, peintre
Gina Pellón, peintre
Fernando Ortiz Fernández, anthropologue
Mario Carreño, peintre
Ricardo Porro, architecte
Amelia Peláez, peintre
José María Mijares, pentre
Humberto Calzada, peintre
Domingo Ravenet, peintre
Cundo Bermúdez, peintre
Waldo Díaz-Balart, peintre
Jorge Arche, peintre
Servando Cabrera Moreno, peintre
Enrique Caravia, peintre
René Portocarrero, peintre
Antonio Gattorno, peintre
Eduardo Abela, peintre
Víctor Manuel, peintre
Hugo Consuegra, peintre
Agustín Fernández, peintre
Angel Acosta León, peintre
Jorge Camacho, peintre
Ramón Alejandro, peintre
Humberto Peña, peintre
Rafael Soriano, peintre
Salvador Corratgé, peintre
Raúl Milián, peintre
Wilfredo Arcay, peintre
José Pérez Benitoa, architecte
Nicolás Quintana, architecte
Mario Romañach, architecte
Ernesto Gómez Sampera, architecte
Silverio Bosch, architecte
Joaquín Nin, compositeur
Groupe Orisha, rappeur
Leonardo Padura, écrivain
Virgilio Piñera, écrivain
[[Pitbull (rappeur)
Pitbull, rap
Compay Segundo, chanteur
Humberto Solás, cinéaste
José Triana, écrivain
Zoé Valdés, écrivain
Gertrudis Gómez de Avellaneda, écrivain
Ramón Guirao, poète
Eduardo Manet, dramaturge
Fidelio Ponce de León, peintre
Esteban Valderrama, peintre
Natalia Bolívar, anthropologue
Félix González Torres, artiste
Guillermo Álvarez Guedes, humouriste
Max Borges Recio, architecte
Nicolás Arroyo, architecte
Félix Cabarrocas, architecte
María Margarita Egaña, architecte
Luis Carbonell, artiste
Carmina Benguría, artista
Ana Mendieta, artista
Emilio Ballagas, poète
Sports
Javier Sotomayor, saut en hauteur
Kid Chocolate, boxe
Teófilo Stevenson, boxe
Yuriorkis Gamboa, boxe
Guillermo Rigondeaux, boxe
Erislandy Lara, boxe
Rancés Barthelemy, boxe
Orlando Ortega, athlétisme (haies)
Dayron Robles, athlétisme (haies)
Faune
voir aussi Liste des oiseaux des Antilles
Codes
Cuba a pour codes :

C, selon la liste des codes internationaux des plaques minéralogiques,
CU, selon la liste des codes pays utilisés par l’OTAN, code alpha-2,
CU, selon la norme ISO 3166-1 (liste des codes pays), code alpha-2,
.cu, selon la liste des domaines de premier niveau d’Internet,
CUB, selon la norme ISO 3166-1 alpha-3 (liste des codes pays),
CUB, selon la liste des codes pays du CIO,
CUB, selon la liste des codes pays utilisés par l’OTAN, alpha-3,
CUT, selon la liste des préfixes OACI d’immatriculation des aéronefs,
MU, selon la liste des préfixes des codes OACI des aéroports.
Notes et références
↑ (en) « The World Factbook — Central Intelligence Agency » [archive], sur www.cia.gov (consulté le 12 avril 2018).
↑ (en) « Human Development Reports » [archive], sur hdr.undp.org (consulté le 6 octobre 2018).
↑ « Cuba » [archive], sur www.tlfq.ulaval.ca (consulté le 6 juin 2018).
↑ a et b Constitution de Cuba [archive], site de l’université de Perpignan
↑ a et b Sara Roumette, « Cuba renonce au socialisme, mais pas à la dictature », Alternatives économiques,‎ janvier 2013 (résumé [archive]).
↑ a et b Anne-Laure Debaecker, « Cuba : derrière la fascination de François Hollande, la réalité d’une dictature », Le Figaro,‎ 11 mai 2015 (lire en ligne [archive]).
↑ Paul Massé, Histoire économique et sociale du monde: De l’origine de l’Humanité au xxe siècle : Économie générale et société, évolution des théories économiques, t. 1, L’Harmattan, 2011.
↑ a b et c Mauricio Vicent, « Cuba. La révolution n’a pas eu raison du racisme », Courrier international,‎ 19 novembre 2008 (lire en ligne [archive]) d’après un article de El Pais
↑ a et b Jean-François Gayraud, « Les deux pôles de la mondialisation criminelle », Conflits, no 13,‎ janv.-mars 2017, p. 21-23.
↑ René Gonzalez Sehweret, Gerardo Hernandez Nordelo, Ramón Labañino Salazar, Fernando González Llort et Antonio Guerrero Rodríguez
↑ (en) ca11.uscourts.gov [archive] [PDF].
↑ Rapport de Cuba sur la résolution 58/7 de L’Assemblée Générale des Nations Unies [archive], Granma, 30 septembre 2004
↑ (en) Commission for assistance to a free Cuba [archive] publiée par le Département d’État, archive, juillet 2006 [PDF].
↑ (en) USAID [archive] Governing Justly & Democratically
↑ (es) « Luis Posada Carriles debe ser juzgado por sus crímenes » [archive], sur www.granma.cubaweb.cu, juillet 2007 (consulté le 19 juin 2018).
↑ a b c d e f et g avec AFP, « Barack Obama lève les restrictions de voyage des Américano-Cubains vers Cuba », Le Monde.fr,‎ 13 avril 2009 (lire en ligne [archive]).
↑ « Cuba-Etats-Unis : un rapprochement historique » [archive], sur Europe 1, 17 décembre 2014 (consulté le 19 juin 2018).
↑ avec AFP, « Les Etats-Unis et Cuba rouvrent officiellement leurs ambassades », Le Monde.fr,‎ 20 juillet 2015 (lire en ligne [archive]).
↑ « Barack Obama à Cuba, une visite historique [Vidéo] », Le Monde.fr,‎ 21 mars 2016 (lire en ligne [archive]).
↑ a b et c Paulo A. Paranagua, « La crise mondiale et trois cyclones ont aggravé la pénurie alimentaire à Cuba », Le Monde,‎ 4 décembre 2008 (lire en ligne [archive]).
↑ (en) « Cuba: a model in hurricane risk management – UNISDR » [archive], sur www.unisdr.org (cité par Jacques Sapir).
↑ Géographie et Climat de Cuba [archive]
↑ Fidel Castro a donné à Cuba une place hors norme dans le monde [archive], Jean Mendelson, 29 novembre 2016
↑ Le système politique cubain [archive], Ministerio de Relaciones Exteriores de Cuba
↑ Yannick Bovy, Éric Toussaint, 2001. Cuba : Le Pas suspendu de la Révolution, Mons (Belgique), éditions du Cerisier, p. 103–104.
↑ a et b Christian Nadeau, « Étude socio-économique et politique : Cuba (1989 – 2005) » [archive], Institut d’études internationales de Montréal, décembre 2005 (consulté le 4 avril 2009), p. 20 [PDF].
↑ Christian Nadeau, « Étude socio-économique et politique : Cuba (1989 – 2005) » [archive], Institut d’études internationales de Montréal, décembre 2005 (consulté le 4 avril 2009), p. 29 [PDF].
↑ Encyclopédie MicrosofT Encarta
↑ (fr) Atlas-Monde : Cuba [archive] [PDF].
↑ (en) The Role of Cuban Paramilitary Organizations (People’s Militias) in the Post-Castro Era [archive], Max G. Manwaring, 7 août 2009.
↑ (fr) Les armées africaines face au défi démocratique [archive], Dominique Bangoura
↑ a et b « Cuba » [archive], Amnesty International (consulté le 4 octobre 2008).
↑ Christian Nadeau, « Étude socio-économique et politique : Cuba (1989 – 2005) » [archive], Institut d’études internationales de Montréal, décembre 2005 (consulté le 4 avril 2009), p. 3 [PDF].
↑ Yannick Bovy, Éric Toussaint, 2001. Cuba : Le Pas suspendu de la Révolution, Mons (Belgique) : Éditions du Cerisier. p. 144.
↑ a et b Rapport mondial de suivi sur l’éducation pour tous de l’UNESCO CHAPITRE 8 [archive] [PDF].
↑ https://www.youtube.com/watch?v=74eLfmlraKY [archive]
↑ USINT : http://havana.usint.gov/ [archive]
↑ (en) Abby Goodnough, « U.S. Paid 10 Journalists for Anti-Castro Reports », The New York Times,‎ 9 septembre 2006 (lire en ligne [archive]).
↑ Temps nouveaux à Cuba, Ignacio Ramonet, publié dans le hors série de l’Humanité, Il était une fois la Révolution, 2009
↑ Christian Nadeau, « Étude socio-économique et politique : Cuba (1989 – 2005) » [archive], Institut d’études internationales de Montréal, décembre 2005 (consulté le 4 avril 2009), p. 22 [PDF].
↑ D. Bleitrach et J.-F. Bonaldi, Cuba, Fidel et le Che ou l’aventure du socialisme, Le Temps des Cerises, chapitre V.5.
↑ lefigaro.fr, « Cuba: dernière peine de mort commuée », Le Figaro,‎ 29 décembre 2010 (lire en ligne [archive]).
↑ a b c et d « Cuba : les chiffres de la répression et de la censure » [archive], sudouest.fr, 4 décembre 2016.
↑ Encarta 2003
↑ (en) social policy [archive] [PDF].
↑ Cuba [archive], novembre 2007
↑ Habel98
↑ GEO no 404 d’octobre 2012 p. 120
↑ L’agroécologie : le modèle d’agriculture urbaine de CUBA [archive]
↑ « L’agriculture urbaine à Cuba » [archive], sur www.apeas.fr.
↑ Comment les cubains ont converti leur île au bio [archive]
↑ L’agroforesterie en milieu urbain et périurbain, pour la sécurité alimentaire, nutritionnelle et financière des ménages cubains [archive]
↑ Organic by Necessity – Cuba, tve Television Trust for the Environment [archive]
↑ (en) Rural-Urban Migration and the Stabization of Cuban Agriculture, Lisa Renolds Wolfe, Global Exchange/Food First [archive]
↑ « comment Cuba a survécu au peak oil » l’énergie de la communauté, par Megan Quin, from the Wilderness. [archive]
↑ International Field Studies in Sustainable Agriculture: Cuba! [archive]
↑ (es) « BBC Mundo – Cultura y Sociedad – UNICEF: Cuba, sin desnutrición infantil » [archive] (consulté le 31 décembre 2016).
↑ Le paradoxe de l’agriculture cubaine [archive]
↑ ÉTUDE DE CAS — Cuba : L’innovation agricole à Cuba [archive]
↑ « Cubita – Le café et Cuba » [archive], sur www.cubita.ca (consulté le 4 octobre 2017).
↑ Selon Arcadia, déclinaison africaine du Rapport Cyclope
↑ GEO no 404 d’octobre 2012 p. 115
↑ Editor in Chief, « Community Alliance | Homeless in Cuba? Not Likely » [archive], sur fresnoalliance.comEditor in Chief, « Community Alliance | Homeless in Cuba? Not Likely » [archive], sur fresnoalliance.com.
↑ R. Stone, “In from the cold”, Science, 15 May 2015: Vol. 348 no. 6236 p. 746-751, DOI: 10.1126/science.348.6236.746
↑ a et b BioCubaFarma : vers le leadership à l’échelle régionale [archive], Granma, 26 février 2014
↑ a et b Sara Roumette, « Pas forcément l’idée que l’on en a… », dans Géo, no 339, mai 2007, p. 92.
↑ Cuba: Les quatre vaccins contre le cancer dont personne ne parle [archive]
↑ Christian Nadeau, « Étude socio-économique et politique : Cuba (1989 – 2005) » [archive], Institut d’études internationales de Montréal, décembre 2005 (consulté le 4 avril 2009), p. 9 [PDF].
↑ Pascal Boniface L’Année stratégique 2007 : analyse des enjeux internationaux, Dalloz-Sirey, Paris, 7 septembre 2006, 611 pages, (ISBN 2247069517).
↑ Hector Lemieux, « Les États-Unis au secours de l’économie cubaine », Le Figaro,‎ 12 décembre 2013, p. 21 (lire en ligne [archive]).
↑ a et b Sara Roumette, « Pas forcément l’idée que l’on en a… », dans Géo, no 339, mai 2007, p. 90.
↑ a b et c Janette Habel, Yves Bongarçon, « Les trois âges du castrisme », dans Géo, no 339, mai 2007, p. 101–102.
↑ René Cárdenas Medina, « El espacio social de la religión en Cuba y la visita de Juan Pablo II ». La Habana : Centro de Investigaciones Psicológicas y Sociológicas (CIPS): Estudios Sociorreligiosos, 1998, p. 10.
↑ Christian Nadeau, « Étude socio-économique et politique : Cuba (1989 – 2005) » [archive], Institut d’études internationales de Montréal, décembre 2005 (consulté le 4 avril 2009), p. 25 [PDF].
↑ CUBA-ÉTATS-UNIS : Commerce avec l’ennemi [archive]
↑ swissinfo le 10 mai 2004
↑ Amende de 154 millions de francs à l’UBS pour transaction avec Cuba [archive]
↑ Fidel Castro de George Galloway
↑ Une société pharmaceutique, Chiron, a été condamnée pour avoir exporté vers Cuba des produits pharmaceutiques sans la licence prévue à cet effet ; les exportations de médicaments sont légales mais soumises à licence cf Chiron fined for exports to Cuba [archive], Judy Silber, 9 juillet 2004. Quand elle a demandé une autorisation pour exporter légalement ces vaccins, elle en a obtenu une : Medicc Review [archive]
↑ Déclaration de Felipe Perez Roque à l’ONU [archive], 8 novembre 2005
↑ a et b James McKinley, « Ces Américains qui commercent avec Cuba », dans International Herald Tribune, cité dans Courrier international du 14-11-2007, [lire en ligne [archive]].
↑ Rapport de Cuba sur la résolution 55/20 de l’Assemblée générale de l’ONU [archive], sur Cuba Solidarity Project, 23 juillet 2001
↑ Conversations avec Ricardo Alarcon de Quesada, Salim Lamrani, éditions Le Temps des Cerises, 2006, p. 132.
↑ Les effets de l’embargo des États-Unis contre Cuba et les raisons de l’urgente nécessité de sa levée [archive]
↑ L’Humanité, 17 avril 2009, p. 10.
↑ Catherine Gouëset, « Cuba : fiche repères », L’Express.fr,‎ 25 mai 2009 (lire en ligne [archive]).
↑ Rapport sur le développement humain 2013 du PNUD [archive]
↑ « El Estado Mundial de la Infancia 2014 en cifras | Centro de Información de las Naciones Unidas » [archive], sur www.cinu.mx.
↑ « En Uruguay, le Parlement vote la dépénalisation de l’avortement », Le Monde.fr,‎ 17 octobre 2012 (ISSN 1950-6244, lire en ligne [archive]).
↑ Alain Abellard, « La naissance d’un mythe », Le Monde,‎ 30 décembre 2008 (lire en ligne [archive]).
↑ C. Ronsac (dir.), Le livre noir du communisme, 2000, p. 759.
↑ Rapport 2006 sur le développement humain : http://hdr.undp.org/hdr2006/statistics/countries/country_fact_sheets/cty_fs_CUB.html [archive]
↑ a et b Leonardo Padura, « La théorie du septième kilomètre », dans Géo, no 339, mai 2007, p. 84.
↑ (Smith et Llorens 1998).
↑ a et b (en) Linda M. Whiteford et Laurence G. Branch, Primary Health Care in Cuba : The Other Revolution, Rowman & Littlefield, 2008 (ISBN 0-7425-5994-7, lire en ligne [archive]), p. 2.
↑ a et b Judith Duportail, « Pourquoi Hugo Chavez se fait soigner à Cuba », Le Figaro.fr,‎ 8 août 2011 (lire en ligne [archive]).
↑ a et b « Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale – France 24 », France 24,‎ 20 septembre 2014 (lire en ligne [archive]).
↑ (en) World population Prospects: The 2006 Revision: Highlights [archive], rapport des Nations unies.
↑ (en) Wilber A. Chaffee, Gary Prevost, Rowland et Littlefield, Cuba: A Different America, 1992, p. 106.
↑ Leslie Bethell, Cuba, Cambridge University Press, 1993 (ISBN 978-0-521-43682-3).
↑ (Feinsilver 1989) : Its success has been acclaimed by Dr. Halfdan Mahler, the Director-General of the World Health Organization (WHO), and Dr. Carlysle Guerra de Macedo, Director-General of the Pan American Health Organization (PAHO), as well as by medical professionals from the United States and other capitalist countries who have observed the Cuban health system in action. Despite U.S. hostility toward Cuba, a U.S. government document stated in 1982 that the ‘Cuban Revolution has managed social achievements, especially in education and health care, that are highly respected in the Third World…, [including] a national health care program that is superior in the Third World and rivals that of numerous developed countries.
↑ Lundy, Karen Saucier. Community Health Nursing: Caring for the Public’s Health. Jones and Bartlett: 2005, p. 377.
↑ (en) Global Health Policy, Local Realities : The Fallacy of the Level Playing Field, Boulder, Col., Lynne Rienner Publishers, 2000 (ISBN 1-55587-874-1, lire en ligne [archive]), p. 69.
↑ Le gouvernement cubain dénonce le blocage par Washington de fonds anti-sida destinés à l’île [archive]
↑ a b et c Histoire du Monde : médecins cubains [archive]
↑ (en) Cuba Health Care: Budget Cuts Threaten Sector [archive], American Press, 25 août 2012.
↑ Health Care in Cuba is “Free” but… [archive], Havana Times, 11 avril 2013.
↑ (en) Cuban Health Care Systems and its implications for the NHS Plan [archive], par The Committee Office, House of Commons
↑ (en) Mignonne Breier et Angelique Wildschut, Doctors in a Divided Society : The Profession and Education of Medical Practitioners in South Africa, HSRC Press, 2007 (ISBN 978-0-7969-2153-6, lire en ligne [archive]), p. 16, 81.
↑ Cuba, l’exception médicale [archive], Radio France International
↑ Se faire soigner à Cuba [archive], Canoë infos, 23 mars 2009.
↑ (en) « Time for a (long overdue) change », The Economist,‎ 3 janvier 2008, p. 8.
↑ The truths and tales of Cuban healthcare [archive], 18 juin 2012, Al Jazeera English.
↑ (en) Nip and tuck in [archive], 17 novembre 2012, The Economist.
↑ a et b « Tour de Babel à Cuba: l’école de médecine gratuite et solidaire », L’Obs,‎ 30 octobre 2013 (lire en ligne [archive]).
↑ Cuba : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? par Viktor Dedaj – Libre TeamSpeak [archive]
↑ Visite du Docteur Reynaldo Marrero [archive]
↑ Annonce : Remise de la Médaille d’or de la Santé pour Tous de l’Organisation mondiale de la Santé à M. Fidel Castro, Président de la République de Cuba [archive], Organisation Mondiale de la Santé
↑ Joycelyn Elders: Cuba better at keeping people healthy [archive]
↑ (en) Paul K. Drain, « Fifty Years of U.S. Embargo: Cuba’s Health Outcomes and Lessons », Science,‎ 30 avril 2010 (ISSN 1095-9203, lire en ligne [archive])
↑ (en) « https://scopeblog.stanford.edu/2010/04/29/what_cuba_can_teach_the_us/ » [archive]
↑ Censuran grandes medios declaraciones de Margaret Chan sobre sistema de salud en Cuba [archive]
↑ Reconoce Margaret Chan avances de Cuba en materia de salud [archive]
↑ Directora general de la OMS está en Cuba para ver avances en investigaciones [archive]
↑ « VIH: Cuba devient le premier pays a éliminer la transmission du sida par la mère », 20minutes.fr,‎ 1er juillet 2015 (lire en ligne [archive]).
↑ Population et sociétés, Bulletin annuel d’information de l’INED, no 414, juillet-août 2005, [lire en ligne [archive]] [PDF].
↑ a b et c (en) « Human Development Report 2007/2008 » [archive], United Nations Development Programme, 2007 (consulté le 23 décembre 2008).
↑ a et b L’état du monde 2007, La Découverte, Paris, 2006, 430 pages.
↑ http://www.servicesantecuba.com/pourquoi-se-faire-soigner-a-cuba/ [archive]
↑ L’essentiel des réflexions du président cubain Fidel Castro Ruz sur l’émigration illégale stimulée par les États-Unis contre Cuba pendant quarante ans (Matanzas, le 3 août 1999) [archive]
↑ a et b Silvia Pedraza, Political disaffection in Cuba’s revolution and exodus, p. 156.
↑ Chávez Negrín, Ernesto, « Transformaciones sociodemográficas en la Cuba de los noventa », La Habana : Centro de Investigaciones Psicológicas y Sociológicas (CIPS): Departamento de Estudios sobre Familia, 2001, p. 11.
↑ Paulo A. Paranagua, Cuba après Castro, « l’armée en position d’arbitre », dans Le Monde du 2 novembre 2006, [lire en ligne [archive]].
↑ Collectif, Charles Ronsac (dir.), Le Livre noir du communisme, Robert Laffont, 2000 (ISBN 2-221-08861-1) p. 777.
↑ Salim Lamrani, Fidel Castro, Cuba et les États-Unis, p. 43.
↑ Eric Glover, « La dissidence donne de la voix », dans Courrier international [lire en ligne [archive]].
↑ Le mot exilés est utilisé pour désigner les émigrés cubains : voir par exemple Christian Nadeau, « Étude socio-économique et politique : Cuba (1989 – 2005) » [archive], Institut d’études internationales de Montréal, décembre 2005 (consulté le 4 avril 2009), p. 25 ; Émilie Descout, « La Fondation nationale cubano américaine. », Transatlantica, 2003, State of the Union, [En ligne]. Mis en ligne le 27 mars 2006, référence du 4 avril 2009. URL : transatlantica.revues.org [archive] ; Leonard Weinglass, « La singulière histoire de cinq Cubains » dans Le Monde diplomatique de décembre 2005, [lire en ligne [archive]], p. 16–17 ; « La Havane dialogue avec les exilés » dans L’Humanité du 5 mai 1993, [lire en ligne [archive]].
↑ Chiffres 1997 : Mexicains : 146 900, Cubains : 33 600, Dominicains : 27 100 (source :le recensement des États-Unis de 2000 [archive]</)
↑ Chiffres 1998 : Mexicains : 131 600, Dominicains : 20 400, Cubains : 17 400 (source :le recensement des États-Unis de 2000 [archive]</)
↑ Entre 1961 et 1970, 256 000 Cubains se sont installés sur le sol américain, 246 800 entre 1971 et 1980, 159 200 entre 1981 et 1990 selon le recensement des États-Unis de 2000 [archive]
↑ En 1998, 131 600 Mexicains sur une population de 95,831 millions ont émigré aux États-Unis, soit 1,37 pour mille habitants ; 17 400 Cubains sur une population de 11,116 millions ont émigré aux États-Unis soit 1,56 pour mille habitants ; source : recensement des États-Unis de 2000 [archive]
↑ http://time.com/cuba-the-long-way-to-america/?xid=newsletter-brief [archive]
↑ a b c d e et f Mauricio Vicent, « Les églises sortent de l’ombre », dans Géo, no 339, mai 2007, p. 74.
↑ a et b Paulo A. Paranagua, « L’élection de M. Obama ravive le débat racial à La Havane », dans Le Monde du 3 janvier 2009 [lire en ligne [archive]], mis en ligne le 2 janvier 2009.
↑ Ignacio Ramonet, Fidel Castro : Biographie à deux voix, Éditions Fayard, Paris 2007, page 200 et 201
↑ embacubalebanon.com [archive]
↑ a et b Mauricio Vicent, « Les églises sortent de l’ombre », dans Géo, no 339, mai 2007, p. 76.
↑ a et b « Les Rois mages malvenus à Cuba », dans Libération du 9 janvier 2007, [lire en ligne [archive]].
↑ Yannick Bovy et Éric Toussaint, Cuba : Le Pas suspendu de la Révolution, Mons (Belgique), Éditions du Cerisier, 2001, p. 122, 277, 295–297.
↑ Yannick Bovy et Éric Toussaint, Cuba : Le Pas suspendu de la Révolution, Mons (Belgique), Éditions du Cerisier, 2001, p. 132.
↑ Fabio Rafael Fiallo, « L’égalité à la Castro » [archive], contrepoints.org, 1er décembre 2016.
↑ a et b Sara Roumette, « Pas forcément l’idée que l’on en a… », dans Géo, no 339, mai 2007, p. 95.
↑ Leonardo Padura, « La théorie du septième kilomètre », dans Géo, no 339, mai 2007, p. 83.
↑ « Parité au Parlement : la France loin derrière le Rwanda ou Cuba » [archive], europe1.fr, 25 août 2016.
↑ (es) « Partido Comunista de Cuba » [archive], sur Cubadebate.
↑ vdedaj.club.fr [archive]
↑ Nicolas Balutet, « Représenter l’homosexualité à Cuba : les paradoxes de Fresa y chocolate », Les Langues néo-latines, 101e année, no 343, 4e trimestre 2007, p. 183–215.
↑ a b et c Les Gays à Cuba, et l’école de falsification de Hollywood [archive], Cuba Solidarity Project, 2005
↑ (en) José Luis Llovio-Menéndez, Insider: My Hidden Life as a Revolutionary in Cuba, New York, Bantam Books, 1988, p. 156–158, 172–174.
↑ (en) Peter Marshall, Cuba Libre: Breaking the Chains?, Londre, Victor Gollancz, 1987 (ISBN 1-55778-652-6).
↑ Jacobo Machover, « Cuba : la peur, l’exil et l’entre-deux », dans Raisons politiques, 3, 2001
↑ (en) « Virgilio Piñera » [archive], Find a grave (consulté le 12 avril 2009).
↑ numilog.fr [archive], Néstor Ponce, professeur à l’université de Rennes II [PDF].
↑ a b et c Collectif, Le Livre noir du communisme, Robert Laffont, 1998 (ISBN 2-221-08861-1) p. 768–769.
↑ Cité dans [PDF] La politique sexuelle de Reinaldo Arenas [archive], Jon Hillson, 2001
↑ Ignacio Ramonet, Fidel Castro : Biographie à deux voix, Éditions Fayard, Paris 2007, page 198 à 200
↑ a et b Interview de Mariela Castro par le journal Clarín (Argentine) [archive]
↑ Vincent Bloch (Doctorant en sociologie, EHESS), « Le Rôle de la terreur dans le genèse d’un pouvoir totalitaire à Cuba », COMMUNISME, nos 83-84-85, 2005-2006, p. 257. aportescriticos.com.ar [archive]
↑ “La nièce de Fidel Castro se bat pour les droits des transsexuels” [archive], sur tetu.com
↑ « Cuba, les gays en liberté surveillée », article de Clément AVISTAN et David FERRÉ, paru dans Têtu, no 113 de juillet-août 2006, pages 147-153.
↑ (en) Face to Face with Fidel Castro: A Conversation with Tomas Borge, Ocean Press, 1992
↑ site de l’ILGA, et rapports des conférences de l’ONU
↑ a et b Corentin Saguez, « Fidel Castro et le sport, un lien pour l’éternité » [archive], sur Views, 26 novembre 2016.
↑ Havana Club-Bacardi : la guérilla du rhum cubain [archive]. Le Figaro, 1er décembre 2012
↑ Raquel Sierra, « Préparez-vous aux colères du ciel ! » dans Courrier international du 29 janvier 2008, [lire en ligne [archive]].
↑ Sylvie Kauffmann, Martine Jacot, Brice Pedroletti, « La censure sur Internet : États contre cyberdissidents », dans Le Monde du 29 août 2007, [lire en ligne [archive]].
↑ a et b Jacobo Machover, « Cuba : la peur, l’exil et l’entre-deux », Raisons politiques, Presses de Sc. Po., no 3,‎ 2001, p. 101–112 (ISBN 272462906X, lire en ligne [archive]).
↑ Guillaume Carpentier, Les ruines de la révolution, dans Le Monde du 31-12-2008, mis en ligne le 30-12-2008, [lire en ligne [archive]].
↑ « Classement mondial de la liberté de la presse 2012 » [archive], Reporters sans frontières (consulté le 19 juin 2012).
↑ Comité pour la protection des journalistes, « CPJ’s 2008 prison census: Online and in jail » [archive], 4 décembre 2008
↑ Amnesty International, « Cuba: Fundamental freedoms still under attack » [archive], 17 mars 2006
↑ a et b Sara Roumette, « Pas forcément l’idée que l’on en a… », dans Géo, no 339, mai 2007, p. 97.
↑ (en) Cuba Facts [archive], Cuban Transition Project – Institute for Cuban and Cuban-American Studies, University of Miami
↑ Génération Nouvelles Technologies [archive] le 6 mai 2008
↑ (en) ca11.uscourts.gov [archive] [PDF].
↑ journalismes.info [archive]
↑ techno.branchez-vous.com [archive], avril 2009
↑ (es) Cuba denuncia bloqueo estadounidense a tecnologías e información [archive], Granma, 14 février 2007
↑ « Les Cubains auront un accès plus rapide à Google », L’Orient-Le Jour,‎ 12 décembre 2016 (lire en ligne [archive]).
↑ Global Voices: Twitter Suspends Cuban Encyclopedia Ecured’s Account [archive]
↑ Frédéric Martel, « Cuba, destination tendance de l’été ? Vous risquez d’être déçus » [archive], slate.fr, 10 juillet 2016.
Annexes
Sur les autres projets Wikimedia :

Cuba, sur Wikimedia CommonsCuba, sur Wikinews
Bibliographie
Salim Lamrani, Howard Zinn et Noam Chomsky, Washington contre Cuba, éditions Le Temps des Cerises, 2005 (ISBN 978-2-84109-587-2).
Le Pas suspendu de la Révolution. Approche critique de la réalité cubaine (2001), ouvrage collectif coordonné par Yannick Bovy et Éric Toussaint, Éditions du Cerisier, Mons, Belgique. Préface de Manuel Vazquez Montalban. Photos de Yannick Bovy et Mathieu Sonck.
(es) William Navarrete et J. de Castro, 1902-2002. Centenario de la República Cubana, éditions Universal, Miami, 2002, 542 pages (ISBN 0-89729-979-5).
Pierre Rigoulot, Coucher de soleil sur La Havane : La Cuba de Castro 1959-2007, éditions Flammarion, Paris, 2007 (ISBN 978-2-0806-8407-3).
Jacobo Machover, « Cuba : la peur, l’exil et l’entre-deux », Raisons politiques, Presses de Sc. Po., no 3,‎ 2001, p. 101–112 (ISBN 272462906X, lire en ligne [archive]).
Michèle Guicharnaud-Tollis et Jean-Louis Joachim, Cuba, de l’indépendance à nos jours, éditions Ellipses, Paris, 2007 (ISBN 978-2-7298-3467-8).
Fernando Portuondo, Historia de Cuba hasta 1898, Editoria del Consejo Nacional de Universidades, La Habana, 1965
(en) Kirby Smith et Hugo Llorens, « Renaissance and Decay: A Comparison of Socioeconomic Indicators in Pre-Castro and Current-Day Cuba », dans Cuba in Transition, vol. 8, Silver Spring, Association for the Study of the Cuban Economy, 1998 (ISBN 0-9649082-7-1, lire en ligne [archive]), p. 247–259
(en) Julie M. Feinsilver, « Cuba as a ‘World Medical Power’: The Politics of Symbolism », Latin American Research Review, vol. 24, no 2,‎ 1989, p. 1–34 (JSTOR 2503679)
Articles connexes
Histoire de Cuba
Littérature cubaine
Musique cubaine

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *